L’ethnobotanique au Jardin des plantes #1 : Le carré Lamarck dit des plantes-ressources

Plan topographique du Jardin des plantes en 1853 © Muséum national d'histoire naturelle (Paris) - Direction des bibliothèques et de la documentation

À l’entrée du Jardin des plantes du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), place Valhubert, se trouve le carré Lamarck, composé de plates-bandes présentant des plantes utiles ou plantes-ressources. Cet espace, très fréquenté des visiteurs qui ne font que le traverser le plus souvent, n’est pas vraiment mis en valeur ; il n’est même pas signalé sur le plan général du jardin.

Après une journée d’étude organisée sur le thème « Réinventer l’ethnobotanique du Muséum », un collectif de chercheurs (dont je fais partie) de trois UMR (Éco-anthropologie, le Centre Alexandre-Koyré et Patrimoines locaux et gouvernance – PALOC) a impulsé en juin 2018, à l’initiative de Bernadette Lizet (ethnologue membre d’Éco-anthropologie), une collaboration avec la Direction générale déléguée aux musées, jardins et zoos (DGD-MJZ) du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’équipe des jardiniers. L’objectif était de valoriser le Carré des plantes ressources, en lui donnant plus de sens et de cohérence dans le but de proposer au public une médiation mettant en valeur l’ethnobotanique au Muséum.

Le carré Lamarck à l’entrée de la grande perspective, place Valhubert (Photo : D. Juhé-Beaulaton)
Le carré Lamarck à l’entrée de la grande perspective, place Valhubert (Photo : D. Juhé-Beaulaton)
Rapide présentation historique du Carré Lamarck

Il est bien connu qu’à sa création, au XVIIe siècle, le Jardin des plantes a été conçu pour la présentation et la production de plantes médicinales pour le Roi. Après la Révolution et concomitamment au développement de la botanique au XVIIIe siècle, les botanistes du jardin aménagent de nouveaux espaces dans une volonté d’inventaire de toutes les plantes de la nature. Gabriel Thouin, jardinier et architecte (1747-1829) organise des parterres perpendiculaires aux allées où sont présentées les plantes utiles à l’homme. Le jardin a connu plusieurs remaniements depuis le XIXe siècle. Ce n’est que depuis les années 1990 et la réorganisation de l’École de botanique que le carré Lamarck des « plantes utiles » a été réaménagé près de l’entrée principale du jardin pour les placer en bonne vue des visiteurs, ce thème à visée pédagogique étant jugé attractif pour le public. Ces plantes, longtemps qualifiées d’utiles, revenaient ainsi où elles se trouvaient à l’époque de Thouin. Aujourd’hui, cette notion d’utilité est remise en cause par l’écologie, toutes les espèces ayant un rôle dans la nature. Les plantes utiles sont devenues des plantes ressources qui ont pu faire l’objet d’usages particuliers selon les sociétés, usages qui ont pu évoluer selon différents facteurs historiques, économiques ou sociaux… C’est ainsi qu’en 2008, l’intitulé historique des « plantes utiles » est abandonné pour celui de « plantes-ressources ».

La conception de ce carré s’articule alors autour de 28 plates-bandes thématiques et la mise en place de panneaux de médiation. L’appareil pédagogique actuel repose essentiellement sur des étiquettes ne présentant que les noms scientifiques, souvent illisibles et incompréhensibles pour les visiteurs, et quelques panneaux reprenant l’organisation thématique des plates-bandes : plantes de grande culture, aromatiques, à parfum, légumes oubliés, plantes tinctoriales et à fibres… La présentation des plantes médicinales (vocation première du Jardin du Roi) est fondée sur leur composition chimique et fait l’objet du plus grand nombre de panneaux. Cette orientation ne reflète pas, en l’état, le point de vue de l’ethnobotanique dans la tradition du Muséum, celle des savoirs vernaculaires sur les plantes, savoirs inscrits dans une histoire sociale et des environnements spécifiques.

Exemple de panneau de médiation en place pour les plantes médicinales, en cours de révision. (E. Goix © MNHN)
Exemple de panneau de médiation en place pour les plantes médicinales, en cours de révision. (E. Goix © MNHN)
Le projet d’action culturelle en cours au carré Lamarck

Au printemps 2019, j’ai obtenu le financement par le MNHN d’un stage de Master 2 qui a permis de véritablement mettre en œuvre ce projet de médiation culturelle en s’appuyant sur l’interdiscisciplinarité telle qu’elle se pratique au Muséum. C’est ainsi que l’équipe de départ d’ethnologues (UMR Éco-anthropologie et PaLoc) et d’archéobotanistes de l’UMR  AASPE a évolué en intégrant plus récemment des chimistes de l’UMR MCAM, ce qui a permis de croiser les disciplines de deux Départements du MNHN, Homme et Environnement et Adaptations du vivant. Marjorie Lassarre, étudiante en Master 2 Gestion et valorisation touristique du Patrimoine (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), nous a rejoints de mars à juin 2019.

Après une enquête préliminaire menée auprès des visiteurs du carré, nous avons réfléchi aux dispositifs muséographiques à employer pour apporter un éclairage différent et complémentaire sur les relations entre les plantes et les humains et qui pourraient s’intégrer dans la trame végétale déjà bien structurée de ce carré. Tenir compte de l’existant n’est pas sans poser de problèmes et limite les modifications possibles de l’organisation, certaines espèces ligneuses ne pouvant être déplacées. De nombreuses discussions avec les jardiniers très impliqués dans la réflexion et la réalisation du projet ont permis de faire des choix de plantes nouvelles à installer ou d’en déplacer certaines, même s’il s’avère néanmoins difficile de donner une véritable cohérence d’ensemble. Par exemple, la plate-bande des plantes à parfums se trouve actuellement entre les « légumes oubliés » et les « engrais verts », les plantes médicinales sont organisées selon les molécules chimiques, ce qui complexifie leur révision car une même plante peut présenter plusieurs molécules. Notre réflexion sur l’organisation thématique doit donc s’adapter à ces contraintes. Plusieurs réunions de concertation entre les différents protagonistes ont abouti à la proposition suivante : une réorganisation spatiale autour de quatre grandes thématiques illustrées par les collections vivantes du Muséum.

Reconnecter le public aux plantes

Pour commencer, le thème général de l’alimentation sera développé sous le prisme des domestications et des circulations des plantes cultivées à travers le temps, depuis le Néolithique jusqu’à nos jours. Puis, les visiteurs observeront les plantes médicinales en articulant les savoirs traditionnels et les savoirs scientifiques. Ils pourront ensuite aborder le thème des plantes et des techniques. Enfin, ils seront invités à découvrir les actions des plantes sur l’environnement pour fertiliser, dépolluer et favoriser la biodiversité à partir de l’exemple des haies bocagères et plessées représentantes de la culture paysanne jusqu’à leurs nouveaux usages par les paysagistes. Les jardiniers ont déjà planté les espèces végétales sélectionnées pour les haies en janvier 2019.

Par cette approche, nous entendons rappeler que l’origine de bon nombre de produits transformés aujourd’hui est végétale et que l’usage des plantes peut être dangereux. En effet, l’un des enjeux de cette exposition est de reconnecter le public aux plantes et de le sensibiliser aux enjeux environnementaux – sujet d’actualité qui intéresse les visiteurs.

Plan de travail du Carré Lamarck réalisé par M. Lassarre et L. Billault. En haut à droite : la haie bocagère plantée en janvier 2019 ; à gauche : les plantes méconnues. En bas à droite, les plantes textiles ; à gauche, les plantes à tanins. (Photos : D. Juhé-Beaulaton)
Plan de travail du Carré Lamarck réalisé par M. Lassarre et L. Billault. En haut à droite : la haie bocagère plantée en janvier 2019 ; à gauche : les plantes méconnues. En bas à droite, les plantes textiles ; à gauche, les plantes à tanins. (Photos : D. Juhé-Beaulaton)

En parallèle à l’organisation spatiale, nous avons réfléchi aux dispositifs de médiation à mettre en place en tenant compte des spécificités et de la complexité du MNHN et en collaborant avec les différents services spécialisés impliqués dans la médiation avec le public. Nous avons envisagé une diversité de dispositifs, parfois complémentaires : panneaux, installation d’objets, développement d’une application mobile avec QR Code pour rediriger vers des contenus numériques plus riches que ceux offerts par de simples cartels (page web, panneaux téléchargeables, traductions, jeux…).

La présence de Marjorie a permis notamment de concilier les savoirs des chercheurs et les attentes du public, d’adapter le contenu pédagogique tout en ne tombant pas dans une excessive simplicité. Elle a rédigé deux plaquettes de deux pages basées sur les plantes et les panneaux en place actuellement : « Excursion au carré des plantes utiles à l’humanité », nouveau nom du carré,  et le jeu de piste pour les enfants « À la découverte des plantes utiles à l’humanité ». Le plan du jardin a été réalisé par Laurence Billault, infographiste à PALOC et la maquette par Emmanuelle Goix, pour le MNHN.

Les contenus synthétiques et didactiques des panneaux qui seront proposés au public à partir du printemps 2020 sont en cours de rédaction. La nouvelle organisation sera en effet mise en place à partir de l’hiver prochain. Les textes des panneaux de présentation du carré, de chacun des quatre thèmes et des 28 plates-bandes, détailleront les thématiques retenues en présentant certaines plantes « emblématiques », déjà là ou encore à installer. Il est également prévu de mettre en place des cartels informatifs plus développés pour un certain nombre de plantes. Tout ce travail nécessite de se documenter et d’interagir avec les jardiniers et les collègues de disciplines différentes, ce qui se révèle enrichissant et passionnant mais demande aussi de s’adapter aux différentes formes de savoirs et aux contraintes à la fois du lieu et des plantes !

Cartel format A5 réalisé par Emmanuelle Goix, service de la médiation et rédaction scientifique. A raison de quatre cartels par plate-bande environ, cela représente près de 130 cartels. (crédits : (E. Goix © MNHN)
Cartel format A5 réalisé par Emmanuelle Goix, service de la médiation et rédaction scientifique. A raison de quatre cartels par plate-bande environ, cela représente près de 130 cartels. (crédits : (E. Goix © MNHN)
Présenter les recherches menées au MNHN

En effet, si au départ le projet portait essentiellement sur la présentation de l’approche ethnobotanique dans le carré Lamarck, il a maintenant pour ambition de présenter plus largement les recherches menées au MNHN : botanique, chimie, histoire et archéobotanique, ethnologie et ethnobotanique. Il associe deux départements du MNHN, la Direction générale des musées, jardins botaniques et zoologiques (DGD-MJZ), le service médiation et action culturelle et le service des éditions grand public.

J’ai présenté ce projet de valorisation autour du carré Lamarck à l’occasion d’une journée au domaine de Chèvreloup organisée par la Direction des jardins botaniques du Muséum le 4 juin 2019. Cette rencontre avait pour objectif de développer des relations entre les chercheurs des trois départements scientifiques autour des collections vivantes et des projets menés autour des enjeux de conservation et de diversité biologique et culturelle. Elle a permis de tisser des relations avec Emilie Stoll (UMR URMIS) porteuse d’un projet Émergence(s) de la Ville de Paris intitulé EXORIGINS. Celui-ci comporte un volet médiation autour du jardin des altérités, autre espace du jardin des plantes avec lequel il sera possible de dialoguer autour de la circulation des plantes et des trajectoires migratoires de personnes.

Pour conclure, ce projet favorise les relations entre les différents métiers et fonctions du Muséum. Les savoirs et pratiques des jardiniers sont précieux et incontournables pour sa  réalisation. Le jardin est en effet un espace à la fois de présentation de collections vivantes, de médiation culturelle, d’enseignement pour les étudiants du Muséum et de rencontre pour les chercheurs facilitant les échanges.

Dominique Juhé-Beaulaton [Historienne et directrice de recherche au CNRS]


Pour en savoir plus : 3 questions à… Dominique Juhé-Beaulaton

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.