3 questions à… Marc Renneville (CNRS, Clamor)

Membre du CAK depuis 1998, Marc Renneville est directeur de recherche au CNRS et dirige l’UMS Clamor. Son travail porte sur les sciences et les savoirs du criminel ainsi que leurs applications dans l’administration de la justice pénale.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

Je travaille principalement sur les savoirs sur le crime, les représentations scientifiques du criminel et les sciences humaines qui participent à l’administration de la justice, de l’enquête judiciaire à l’exécution de la peine. Je suis venu à ces thématiques par une volonté initiale de comprendre les comportements criminels, ce qui m’a orienté vers les discours scientifiques. J’ai suivi des cours d’éthologie dans le cadre d’une maîtrise en sciences sociales à l’Université Paris Descartes mais j’ai rapidement fait le constat de la complexité de la question comme de l’apparente faiblesse épistémologique des réponses savantes. Aussi me suis-je orienté vers l’histoire des théories criminologiques dans le cadre d’un second cursus que je suivais à l’Université Paris Diderot. J’ai développé une démarche de recherche qui combinait les principes directeurs des social studies et un intérêt certain pour la porosité entre les théories scientifiques et les pratiques sociales, les représentations culturelles ou les discours avec lesquelles elles dialoguent, en accord ou de manière conflictuelle (littérature, art, justice…). J’ai appliqué une approche similaire pour restituer l’évolution des rapports entre le crime et la folie dans la justice pénale française, de la Révolution au nouveau Code pénal de 1994, dans l’ouvrage Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires paru en 2003. J’ai proposé de comprendre cette évolution dans une dynamique d’acculturation des discours médicaux et judiciaires.

Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003, 536 p.

Pratiquer un doute épistémologique sur les convictions de notre temps

J’ai ainsi cherché à ressaisir les discours qui ont tenté, au XIXe siècle, de construire une approche scientifique du criminel et de ses actes. Ces discours ne pouvaient être étudiés pour les seules idées qu’ils proposaient car ils sont liés à des pratiques et des institutions scientifiques mais aussi judiciaires qui se trouvaient elles-mêmes en évolution. Parmi ces théories, je citerais la phrénologie, que l’on a souvent caricaturée comme la théorie des bosses. C’est un cas intéressant parce que c’est une théorie limite qui, comme celle du « criminel-né » de Lombroso, est souvent présentée comme un exemple de fausse science. Or, ce qui intéresse l’historien et ce qu’il doit s’efforcer de comprendre et d’expliquer, ce n’est pas que ces théories soient aujourd’hui périmées sur le plan de leur validité scientifique mais bien plutôt qu’elles aient pu apparaître, avec plus ou moins de consensus, comme plausibles ou discutables dans un espace social précis et pour une durée limitée. Cet exercice de restitution de la plausibilité des théories erronées doit nous prémunir d’une lecture téléologique du présent. Au fond, le passé nous tend un miroir : si nos prédécesseurs ont pu se tromper à ce point et bien souvent de bonne foi, il est plus que probable que certaines de nos théories contemporaines ne fassent, un jour, le même chemin. L’histoire des sciences est, en ce sens, une invitation à pratiquer un doute épistémologique sur les convictions de notre temps.

Porter son discours au-delà de sa communauté professionnelle

Et pour partager ce doute et nos connaissances, il importe que la recherche trouve les moyens de porter son discours au-delà de sa communauté professionnelle. Il peut s’agir des professionnels du domaine ou de citoyens intéressés. Concernant les professionnels, le lien est établi par des interventions en formation continue, au sein de structures hospitalières ou à l’École nationale de la magistrature. Ces formations exigent d’être concis et clair en raison des contraintes horaires. La restitution publique me paraît tout aussi importante car elle donne sens à la recherche. C’est ainsi que je coopère volontiers à des documentaires, lorsque les réalisateurs ont le temps de mener leur projet. Ma première expérience probante en ce domaine fut de contribuer au film très réussi de Davide Tosco, Les sales têtes.

C’est aussi de cette volonté de contribuer à une restitution plurielle qu’est né le projet Criminocorpus, qui vise à mettre à disposition en libre accès des données sur l’histoire de la justice sous des formes très variées : corpus documentaires, bases de données, expositions, visites de lieux de justice… J’ai ouvert la première version du site en 2005 comme le résultat d’une recherche collective. L’environnement technique était fourni par le CRHST, dirigé par Pietro Corsi (University of Oxford, EHESS). Le site est devenu, dix ans après, une plateforme de publication gérée par une unité de service (Clamor, UMS 3726) placée sous la double tutelle du CNRS et du ministère de la justice. La plateforme compte aujourd’hui trois sites : une revue hypermédia, un musée nativement numérique et un blog d’actualité.

Page d’accueil du Musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines, Criminocorpus

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Les projets collectifs en cours sont principalement liés à l’activité éditoriale que je coordonne au sein de l’unité de services Clamor (Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice, UMS 3726). Nous avons notamment mis en place l’année dernière avec les Archives nationales un nouveau service, HUGO. Patrimoine des lieux de justice, qui vise à recueillir progressivement un inventaire des lieux de justice en France. Le projet était limité dans sa phase de lancement à la période contemporaine, nous sommes en train de l’ouvrir aux autres périodes de l’histoire et un comité scientifique est en cours de constitution pour piloter les évolutions nécessaires.

Accéder à l’émotion judiciaire populaire

De même, nous avons lancé sur ce même modèle d’inventaire géolocalisé un recueil de complaintes criminelles tardives (après 1870) qui a été accompagné par le colloque international Les complaintes criminelles en France après 1870 qui s’est tenu les 2 et 3 avril 2019 aux Archives nationales et à la BnF. Un colloque où l’on a pu entendre des chanteurs et des musiciens interpréter en direct les sources de notre objet d’étude. Il y a eu là un vrai moment d’interdisciplinarité car peu d’historiens étaient capables d’interpréter ces chansons qui sont des sources précieuses et peut-être uniques pour accéder à l’émotion judiciaire populaire. À moyen terme, nous avons également un projet basé sur le même modèle de cartographie d’affaires criminelles.

À titre plus personnel, j’ai mené une enquête documentaire sur une affaire judiciaire contemporaine de l’affaire Dreyfus. Il s’agit de l’affaire Joseph Vacher, que l’on appela à l’époque le « Jack l’éventreur du Sud-est ». On dirait aujourd’hui que Vacher est un « tueur en série » car il a avoué onze assassinats de jeunes bergers et bergères. Les crimes de Vacher ont suscité de nombreuses enquêtes avant d’aboutir à son arrestation, le 4 août 1897, en Ardèche. L’information judiciaire a été assez extraordinaire car Vacher a avoué ses crimes tout en revendiquant son innocence. Certains l’ont cru fou, d’autres ont estimé qu’il simulait la folie pour échapper à une condamnation. De son côté, Vacher a utilisé les journaux pour faire connaître sa défense et le cours de la justice a connu bien des péripéties avant d’aboutir à la condamnation et à l’exécution de ce criminel hors du commun.  Ce travail a abouti à plusieurs publications, sous forme d’articles, et trois livres. Le premier est un roman visant à reconstituer les débats du procès. Le livre est épuisé et ne sera pas réédité sous cette forme. Le deuxième ouvrage est un livre d’archives paru aux éditions Jérôme Millon en novembre 2019 et le troisième est un recueil de complaintes criminelles en recherche d’éditeur.

Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, collection « Mémoires du Corps », 2019, 774 p.

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Je viens d’achever un projet typique de ce que peut représenter une dynamique de recherche : on vise un point initial et on arrive ailleurs. Cette recherche a commencé d’une manière anodine par un projet de réédition d’un livre du docteur Alexandre Lacassagne, Vacher l’éventreur et les crimes sadiques (1899), projet que m’avait soufflé Jean-Jacques Courtine, directeur de la collection « Mémoires du corps » chez l’éditeur Jérôme Millon, et qui souhaitait ouvrir une nouvelle série « Archives », consistant à publier des documents sources sur lesquels l’historien construit son récit. Le modèle du genre était, en ce qui concerne les affaires criminelles, le Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère… publié en 1973 chez Julliard / Gallimard, par une équipe qui travaillait avec Michel Foucault au Collège de France.

Réviser sa perception pour proposer une lecture différente

Pour l’affaire Vacher, le livre publié par Lacassagne en 1899 étant déjà constitué sous forme de dossier, il nous semblait qu’il suffisait de le rééditer en le présentant. C’est en travaillant à cette présentation que j’ai entrepris la lecture, par acquis de conscience, du dossier de procédure de l’affaire. Plusieurs points m’ont intrigué, notamment le fait que les procès-verbaux d’interrogatoires n’étaient pas toujours signés par l’accusé et que ce qu’il écrivait pour sa défense, ce qu’il disait dans ses interrogatoires, ne correspondait pas toujours avec ce qu’en rapportait la presse. J’ai donc décidé de creuser ces points.

J’ai bénéficié de l’aide de nombreuses personnes dans les services d’archives, en bibliothèques et dans des lieux plus inattendus. À force de ténacité, j’ai eu aussi un peu de chance, j’ai découvert des documents jusqu’ici ignorés. En mettant en relation les archives conservées en différents lieux, j’ai été contraint de réviser ma perception de l’affaire, et j’ai fini par en proposer une lecture différente de ce que la mémoire sociale du cas Vacher nous avait transmis. Je pense ici au puissant film de Bertrand Tavernier, Le juge et l’assassin, sorti en 1976, magistralement servi par les interprétations de Philippe Noiret pour le juge et Michel Galabru pour l’assassin. La recherche est donc partie d’un projet de réédition d’un livre. Mais elle n’a pu aboutir, en retour, qu’avec la complicité de l’éditeur, qui a accepté de faire de cette enquête sur l’enquête un dossier d’édition de sources exemplaire par la quantité de documentation mise à disposition du lecteur.

Thierry Laugée, Marc Renneville (dir.), Les monstres sont parmi nous, Revue de la BnF, n° 56, 2018

Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux de Marc Renneville sur le site du CAK


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.