3 questions à… Clémentine Gutron (CNRS)

Clémentine Gutron est chargée de recherche au CNRS et membre du Centre Alexandre-Koyré depuis octobre 2018. Ses recherches s’articulent autour de deux axes principaux : l’histoire de la construction, de la circulation et de la réception des savoirs archéologiques et l’histoire des politiques et des pratiques patrimoniales liées aux vestiges.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

« J’effacerai les pyramides, les médailles […]
J’effacerai l’accumulation du passé […]
Je rendrai poussière l’histoire […]
Je lègue le néant à personne »

Vous l’aurez compris : il ne s’agit pas de mon programme de recherche ; seul le poète, Borges en l’occurrence (vers extraits de Suicide, Obras completas (1975-1985), Buenos Aires, Emecé, 1989, vol. 2, p. 86), peut prétendre à l’impossible. De fait, toute activité humaine laisse des traces qui s’accumulent, au fil du temps, dans des strates successives et les pyramides et les médailles, parfois même les poussières, finissent par constituer autant de matériaux pour les spécialistes des sciences du passé lointain. Différentes expériences de recherche m’ont pourtant convaincue que pour les contemporanéistes, les restes matériels de civilisations disparues pouvaient également constituer un passionnant sujet d’enquête. J’étudie donc les modes et les formes, savantes et ordinaires, du rapport des sociétés aux traces matérielles de leur passé. En l’inscrivant dans une temporalité (le contemporain) et des espaces appréhendés à diverses échelles, cette histoire sociale et politique des ruines –  et plus largement des vestiges –, je l’aborde à travers deux axes principaux : une histoire des savoirs archéologiques et une histoire des pratiques patrimoniales liées à ces restes.

Errements et tâtonnements

Énoncée ainsi, cette thématique de recherche pourrait presque paraître spontanée : elle a pourtant évidemment elle-même une histoire, faite d’errements et de tâtonnements, d’inflexions méthodologiques ou de bifurcations épistémologiques, de reformulations liées à la confrontation aux terrains pratiqués, personnes rencontrées, lectures consommées et lieux fréquentés. Je prendrai simplement ici l’exemple des structures par lesquelles je suis passée et qui ont marqué, chacune à sa façon, mon itinéraire de chercheuse. Avant de rejoindre l’équipe du Centre Alexandre-Koyré, j’étais membre du laboratoire TRACES à Toulouse. Cette affectation, longue de deux années, dans une unité dédiée à l’archéologie, et plus encore mon insertion dans une mission archéologique (« Sijilmâsa : ville, oasis, carrefour » codirigée par François-Xavier Fauvelle (TRACES, Toulouse) et Larbi Erbati (INSAP, Rabat), m’ont conduite à repenser ma relation aux archéologues : d’objets d’étude ou disons de sujets d’histoire, ils sont devenus, en outre et peu à peu, plus que des collègues, les partenaires d’une aventure intellectuelle.

Sur le terrain dans le cadre de la mission archéologique « Sijilmâsa : ville, oasis, carrefour » © Clémentine Gutron

D’ailleurs, l’ordre rétro-chronologique que j’adopte pour structurer ma réponse, c’est-à-dire en envisageant mon parcours à rebours, trahit l’influence de mon commerce avec des adeptes du raisonnement stratigraphique : appréhender l’histoire dans son feuilleté fait désormais partie de mes orientations de recherche. Avant cette immersion dans l’univers archéologique, j’ai évolué, pendant quatre ans, dans un laboratoire de sciences politiques à l’Université de Louvain, ISPOLE– la question des usages politiques du passé, présente dans mes travaux, avait justifié ce rattachement. Cette séquence m’a donné matière à réfléchir à ce qu’il en est de la scientificité en sciences humaines et sociales et m’a permis d’affirmer, en réaction et souvent en opposition, le faciès des enquêtes que j’entendais conduire. En effet, plus j’en apprenais sur la fameuse montée en généralité, sur ladite représentativité issue du cumul de milliers de données ou sur la production de macro-analyses anhistoricisées et décontextualisées, moins je souhaitais risquer de perdre de vue, dans le brouillard des théories comme dans le magma de sources déshumanisées, les réalités sociales étudiées. À contre-pied, j’ai cherché quelque consistance dans la singularité des cas, la dissonance des voix, le chatoiement d’un détail, les aspérités d’un instant.

La manière dont je pratique l’histoire et l’écris avait, avant cela, été fortement marquée par mon passage à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) de Tunis où j’ai préparé mon doctorat. Cette unité du CNRS qui appartient à un réseau solide d’institutions de recherche à l’étranger a été pour moi, comme pour nombre d’autres apprentis, une véritable école du métier de chercheur dans ses aspects techniques, bien sûr, mais aussi dans ses finalités. J’étais arrivée en Tunisie avec l’idée de travailler sur l’archéologie pratiquée en situation coloniale ; j’en suis partie, trois ans plus tard, avec la conviction – fondée sur un corpus documentaire que je n’aurais jamais pu édifier sans un séjour relativement prolongé sur place – que méconnaître les réappropriations ou les contestations dont elle a fait l’objet depuis sa nationalisation, aurait constitué une forme de négation du pouvoir de l’histoire.

Ne pas choisir pour éviter tout renoncement

J’en viens à présent aux raisons qui font que je travaille sur des ruines, sur leur objectivation savante et non savante. En y pensant, je crois que cela renvoie à un choix curieux qui a consisté, précisément, à ne pas choisir pour éviter tout renoncement. En prenant les vestiges comme objet, je me suis ménagé la possibilité de fréquenter à la fois des altérités historiques et le temps présent, mais aussi de mobiliser, en plus de l’histoire, l’anthropologie et l’archéologie. Je me suis offert enfin des promesses de dépaysement : des ruines existent, sous une forme plus ou moins monumentale, aux quatre coins du monde. Et mon ancrage au Maghreb m’incite à tester la méthodologie et les questionnements portés dans mes travaux sur d’autres terrains.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Avec le soutien de l’ANR et dans le cadre du programme FABRICAMAG, je m’efforce d’édifier une série de biographies de sites archéologiques d’Afrique du Nord classés au patrimoine de l’UNESCO. Les noms de Tipasa, Carthage ou Volubilis sont aujourd’hui célèbres pour le caractère exceptionnel de leur splendeur passée. Or, avant de devenir des sites archéologiques reconnus comme tels par les instances tour à tour coloniales, nationales et internationales, il s’agissait de lieux-dits banals. Ceux qui les fréquentaient, les habitaient ou en possédaient des parcelles ne se sont, légitimement, pas hâtés à quitter leur niveau d’occupation pour que d’autres, plus anciens, plus bas sous terre, soient finalement mis au jour. C’est à ces (re)naissances que je m’intéresse d’abord. J’analyse l’histoire de la découverte de ces ruines – tantôt programmée tantôt fortuite, le hasard jouant souvent un rôle déterminant dans la recherche archéologique. Je travaille sur leur exploration scientifique au long cours, depuis leur identification jusqu’à nos jours : par qui – acteurs et institutions – et comment ont-elles été fouillées ? Quels archéologues, quelles écoles archéologiques, quelles traditions savantes y ont opéré ? Quels secteurs des sites ont été privilégiés au détriment de quels autres, et pourquoi ? Quelles strates du passé a-t-on choisi d’investiguer et, corollairement, pour ce faire, quels états postérieurs a-t-on détruits, quels états antérieurs a-t-on ignorés ? Au cours de cette étape, je suis particulièrement attentive à l’évolution des méthodes mises en œuvre comme aux controverses interprétatives sur des vestiges bien précis. J’interroge enfin l’apport que l’étude de ces fragments du passé constitue, selon les cas, pour la connaissance des civilisations numide, carthaginoise, phénicienne, romaine ou byzantine. Autrement dit, ce sont les rapports entre archéologie, histoire et historiographie qui sont ici sondés.

Cette recherche s’attache, par ailleurs, à analyser les incidences d’une activité savante sur l’environnement dans lequel elle se pratique. En clair, que fait la recherche archéologique à un territoire donné et aux populations qui l’occupent ? Et vice-versa : comment les habitants des lieux gèrent-ils, dans la durée, leur coexistence avec des vestiges et avec ceux qui les étudient et les patrimonialisent ?

Lambèse © Clémentine Gutron
Kalâa des Beni Hammad © Clémentine Gutron
Tipasa © Clémentine Gutron
Cherchel © Clémentine Gutron

Ces enquêtes se fondent sur un corpus documentaire varié qui comprend, outre des données de terrain, des témoignages oraux et des sources d’archives. Deux post-doctorants, Thomas Soubira, (Centre Jacques Berque) et Bénédicte Lhoyer (CAK), ont été recrutés pour constituer une bibliothèque numérique ainsi qu’un fonds d’archives numérisées sur les sites étudiés dans le cadre du projet.

Cette question des archives de l’archéologie et de leur accessibilité fait partie des projets que j’entends développer à l’avenir. De tous les chercheurs en sciences de l’homme, l’archéologue est sans conteste celui qui laisse le plus de traces de son activité et cette tendance connaît même une croissance exponentielle du fait de l’évolution des pratiques savantes comme des exigences nouvelles de la profession.

© Clémentine Gutron

S’il produit des archives, l’archéologue en consomme également : il n’est pas rare, même, de trouver dans les papiers d’un fouilleur ceux de ses prédécesseurs sur un terrain donné. Mais entre certains archéologues qui considèrent leur documentation comme une propriété personnelle et des laboratoires non sensibilisés et / ou dépourvus de moyens visant à la mise en place d’une politique archivistique, les données relatives à une mission archéologique sont, dans bien des cas, difficiles à localiser et plus encore à consulter. Le problème est sérieux et mobilise, depuis une vingtaine d’années déjà, une partie de la communauté scientifique. Reste que les choses prennent un tour particulier dès lors qu’il s’agit de fouilles conduites par des équipes françaises à l’étranger, a fortiori dans des pays anciennement colonisés. C’est notamment le cas des fouilles pratiquées au Maghreb dont une part majeure de la documentation a traversé la Méditerranée, dans des conditions discutables, à la suite des indépendances : il y a là des questions délicates et complexes qui touchent à la légitimité des dépositaires, à la propriété intellectuelle, à la déontologie, à l’asymétrie face à des corpus documentaires sur lesquelles historiens, archéologues, archivistes et juristes gagneraient à travailler de concert. L’école thématique « Penser les archives de l’archéologie au Maghreb. Enjeux patrimoniaux, scientifiques et politiques », que je coordonne avec Meriem Sebaï, dans le cadre du réseau Réseau des études maghrébines (REM, qui associe UMIFRE et Écoles françaises à l’étranger) constitue un premier jalon dans ce domaine.

Archives toujours : en collaboration avec l’équipe du Musée L., Musée universitaire de Louvain, et grâce à l’initiative de Charlotte Langohr, promotrice d’un projet consacré au renforcement des liens entre recherche et collections muséales à l’Université catholique de Louvain, je travaille à l’étude du fonds Fernand Mayence en axant l’enquête sur le thème des émotions en archéologie.

Fernand Mayence sur le site de Délos © Musée L. Fonds Fernand Mayence
© Musée L. Fonds Fernand Mayence

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Deux réactions à la lecture de cette question. La première a consisté en un sourire : cet objectif de montrer le quotidien d’une recherche, j’ai été tentée de le suivre en l’appliquant au domaine de l’archéologie ; mais après des dizaines de mètres linéaires d’archives dépouillées, des centaines d’heures d’observation de fouilleurs en action, le tout mis en perspective avec ma propre expérience de chercheuse, j’ai fini par repérer les contours du mirage intellectuel que représenterait cette opération. Il me semble qu’on peut, au mieux, saisir des moments d’un jour, les individualiser et les documenter pour qu’apparaisse, par petites touches, une succession désordonnée où l’emporte tantôt l’agacement, le doute, en passant par le découragement ou l’émerveillement. Parce qu’au fond, une recherche se vit.

Intermittence et potentialité

Dans une seconde réaction, j’ai été tentée fugacement de ne rien répondre, de laisser du blanc (avec en tête le souvenir de la légende urbaine de la copie qu’aurait rendue un candidat à l’épreuve de philosophie du bac – au sujet « Qu’est-ce que l’audace ?», il aurait répondu, nous dit l’histoire, « L’audace c’est ça :   » et aurait remis copie blanche). Pas du tout parce qu’il peut être des jours moins pleins que d’autres, mais bien parce que la recherche se joue en partie, me semble-t-il, par intermittence ou, mieux, parce qu’elle fonctionne tout en potentialité. De ce que l’on pourra faire des matériaux collectés à la projection d’une nouvelle collecte, en passant par les pistes ou les idées qu’on suivra ou non, aux collaborations qui se concrétiseront ou pas : le quotidien du chercheur se déroule dans une sorte de continuel entre-temps.


Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux de Clémentine Gutron sur le site du CAK


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.