Carlo Ginzburg : « Aux origines de la méthode de Morelli »

Carlo Ginzburg (Scuola Normale di Pisa) a donné cette conférence dans le cadre de la demi-journée d’études « L’historien et la psychanalyse », organisée le 3 mai 2018 par Andreas Mayer (CNRS, CAK) au Centre Alexandre-Koyré.

Depuis son émergence à la fin du XIXe siècle, la psychanalyse entretient un rapport difficile avec l’historiographie et les sciences sociales. Ce rapport fut souvent pensé, de façon schématique, sous le signe d’une antinomie ou, à l’inverse, d’une analogie trop étroite entre deux démarches face à l’altérité. Une des contributions de l’œuvre foisonnante de Carlo Ginzburg a été de développer une articulation originale et insolite entre psychanalyse, histoire et anthropologie ; articulation qui marque son ouvrage Storia notturna (Le sabbat de sorcières), paru d’abord en 1989, qui proposait plusieurs hypothèses sur la genèse et la diffusion des mythes et rites se rapportant aux aveux des hommes et des femmes accusés de sorcellerie. La parution d’une deuxième édition de cet ouvrage sera l’occasion de rouvrir le débat sur les questions méthodologiques et notamment sur le défi posé par la théorisation psychanalytique de l’inconscient à l’historien qui cherche à trouver une explication pour des phénomènes relevant de l’irrationnel.

La conférence a été suivie d’interventions de Giordana Charuty (EPHE), Etienne Anheim (CRH, EHESS) et Andreas Mayer (CAK, CNRS) puis d’une table ronde.

Image d’illustration : Urs Graf, Diavolo zoppo, incisione, 1512 (domaine public).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.