Voyages au centre de la thèse #3 : « D’un nécessaire détour technique » par Timothée Deldicque

Lorsque je rentre en troisième année de licence de philosophie, un cours retient mon attention. Rangé sous la catégorie Philosophie morale et politique, il traite de « la technique ». Aux côtés de philosophes plus classiques, sont abordés d’autres auteurs dont je n’ai encore jamais entendu parler au cours de mes études : André Leroi-Gourhan, Georges Canguilhem et Gilbert Simondon. Le cours développe une conception des techniques comme phénomène culturel qui prolonge la vie. La proposition choque l’oreille de l’étudiant de philosophie candide que je suis. En effet, elle subvertit à peu près toutes les oppositions de la pensée moderne généralisée à partir de la fin du xixe siècle en Europe : nature / culture ; culture / technique ; sciences pures / sciences appliquées ; théorie / pratique ; désintéressement / utilité ; fin / moyen. Aussi, à première vue, il semblerait que l’on soit loin de la philosophie morale et politique… En fait, et je m’en aperçois assez vite, on est en plein dedans.

Je me souviens du soulagement que j’ai ressenti en me rendant compte qu’il existait autre chose qu’une certaine philosophie morale et politique convenue, tournant en rond autour des questions générales du libre-arbitre, de la représentation politique et de la démocratie, également enseignée à l’université. L’approche du cours m’apparaît concrète, originale et revigorante. Surtout, elle suggère une certaine idée de l’engagement en philosophie par l’ambition qu’elle a de tenir un discours sur les techniques pouvant contribuer à les évaluer sans se prévaloir d’une posture humaniste et moraliste a priori.

Pour comprendre les sociétés humaines, il faut comprendre leurs techniques

Aujourd’hui, pour résumer cette approche, je dirais qu’elle réfute la conception instrumentale, neutre et déterministe des techniques au profit d’une thèse postulant l’invention réciproque des techniques et des êtres humains. Les techniques habilitent les êtres humains et génèrent de nouvelles fins porteuses de valeurs morales et politiques qui modifient l’expérience humaine et les sociétés. Ces valeurs dépendent de l’agencement des contraintes physiques et sociales dont résulte chaque technique. Elles s’expriment au travers d’une normativité technique et c’est pourquoi elles sont cristallisées dans leur fonctionnement1. Cela peut paraître contre-intuitif mais cette approche suppose que les valeurs morales et politiques résident dans la technicité et non pas dans l’usage. Ce qui signifie que si nous voulons pouvoir accéder à ces valeurs et les discuter, nous devons comprendre le fonctionnement de nos techniques. En définitive, pour comprendre les sociétés humaines, il faut comprendre leurs techniques. Le détour est nécessaire.

Mais voilà tout le problème. Nous ne comprenons pas nos techniques, et nous ne cherchons pas à le faire. Tout ce que nous leur demandons c’est qu’elles fonctionnent, qu’elles nous soient utiles. Les techniques sont considérées seulement comme des moyens utiles aux êtres humains pour réaliser leurs fins. Et à la vérité, peu importe les moyens pourvu d’atteindre ses fins. Cette relation utilitaire que nous entretenons avec nos techniques est aliénante. Qu’on pense à la figure classique de l’ouvrier commandé par sa machine sur une chaîne de production ou à celle plus récente de l’internaute impuissant face à un bug informatique, habitué aux interfaces qui le flattent ou le prennent par la main. Le concepteur lui aussi est aliéné. Il est aveugle à la multiplicité des agencements de contraintes envisageables et aux valeurs qu’ils véhiculent. Il naturalise certains choix de conception et participe d’une dépolitisation de l’acte de concevoir.

Rationalité analytique / techniques synthétiques

La relation utilitaire que nous avons avec les techniques tire son origine de notre rationalité moderne. Évidemment, je m’inclus dans ce « nous » trop général. Je suis imprégné de cette rationalité moderne que l’on m’a inculquée tout le long de mon cursus scolaire depuis le collège jusqu’à mes études supérieures en philosophie et en histoire. Cette rationalité procède d’un mode de connaissance analytique consistant à tout décomposer en éléments hiérarchisables. Les grands partages rappelés en début de texte en découlent. Par exemple, je m’aperçois à quel point la préséance de la théorie sur la pratique est pour moi un présupposé qui informe mon expérience quotidienne. L’idée que la pratique puisse transformer la théorie arrive toujours en second. Malgré mes efforts, l’opposition théorie / pratique reste pour moi une pensée spontanée et m’en défaire relève d’une construction théorique qui, par là même, reconduit l’alternative. Impossible de s’extraire complètement de cette rationalité moderne car les moyens que nous aurions de le faire dépendent encore de celle-ci. Chassez la rationalité moderne, elle revient au galop.

Or de nombreux travaux montrent que les techniques, mixtes d’humain et de nature, sont des réalités d’ordre synthétique. C’est-à-dire qu’elles coordonnent dans leur fonctionnement des matériaux, des données, des savoirs et des effets de nature diverse relevant, le cas échant, de champs scientifiques différents2. Par conséquent, pour les comprendre, il n’est pas possible de les appréhender selon le mode de connaissance analytique de la rationalité moderne sauf à en manquer la spécificité et à les réduire à des moyens et des applications de théories scientifiques. Cette conception utilitaire des techniques empêche d’en faire un objet de connaissance à part entière et fonde le partage entre technique et culture établi par la rationalité moderne. Contre cette exclusion culturelle des techniques, le philosophe Gilbert Simondon appelle de ses vœux la constitution d’une « culture technique » qui aurait vocation à intégrer la culture générale. Pour ce faire, à la suite de beaucoup d’autres, il propose l’élaboration d’une « technologie », non au sens commun et contemporain du terme désignant les filières, procédés et produits techniques qui seraient issus de la connaissance scientifique, mais au sens premier de « discours sur les techniques » (logos de technè), c’est-à-dire étude ou mise en forme des techniques. Cette technologie se concentre sur la compréhension du fonctionnement des objets techniques étudiés d’après leur genèse : l’évolution de la résonnance interne entre leurs parties et de la résonnance externe avec leur milieu. Au sein de cette technologie, les objets techniques ne seraient plus organisés par domaine référant à leur usage mais par lignée constituée en fonction de l’analogie existant entre leur principe de fonctionnement3. Selon Gilbert Simondon, les bases de la technologie devraient être enseignées à l’école.

Gilbert Simondon © Simondon

Culture technique et technologie à l’école

La réflexion de Gilbert Simondon trouve un écho favorable chez les acteurs de l’enseignement technique français de la seconde moitié du xxe siècle, déjà engagés dans une lutte pour la reconnaissance de la valeur culturelle et éducative des techniques. Pour eux, l’enseignement technique peut pénétrer le second degré, bastion des humanités classiques et scientifiques, à condition de se couler dans la forme scolaire moderne. Coextensive de la rationalité moderne et de son mode de connaissance analytique, la forme scolaire valorise la maîtrise du discours, les savoirs théoriques formalisés et la spécialisation disciplinaire. Débute alors un processus de disciplinarisation qui donne naissance à l’enseignement technique théorique ou enseignement technologique : cours de technologie au collège et baccalauréats techniques et technologiques ; IUT et Université de technologie dans le supérieur. Dans cette perspective, les promoteurs de la technologie scolaire se réapproprient les travaux de Gilbert Simondon pour légitimer leur démarche sur le plan académique et pédagogique.

Au cours des années 1960, une éducation technologie est mise sur pied au collège. Elle s’appuie sur la méthode pédagogique de l’analyse fonctionnelle qui s’inspire de diverses sources professionnelles et académiques dont les travaux de Gilbert Simondon. Elle consiste à décomposer des objets techniques pour identifier leur fonction d’usage, leurs fonctions techniques assurant la fonction d’usage et leurs solutions techniques remplissant les fonctions techniques4. Référant non plus à l’utilité mais à l’efficacité technique, la fonction technique est une notion intéressante car elle laisse entrevoir la diversité des solutions techniques capables de la remplir. Cependant elle reste déterminée par la fonction d’usage. Force est de constater que l’analyse fonctionnelle reconduit le partage fin / moyen en subordonnant les solutions techniques (moyen) à la fonction d’usage (fin). Le principe de fonctionnement et la synthétisation qu’il opère ne sont pas abordés. L’analyse fonctionnelle ne permet ni d’appréhender l’émergence de nouvelles fins dans le processus de conception / utilisation, ni d’accéder aux valeurs associées à ces fins et cristallisées dans le fonctionnement. L’analyse fonctionnelle, qui comme le nom l’indique est une analyse, échoue à atteindre la dimension synthétique des techniques. Prisonnière de la rationalité et de la forme scolaire modernes, la technologie scolaire apparaît inadaptée à son objet. Il est permis de penser que c’est là une des causes de sa stagnation, encore aujourd’hui, au bas de l’échelle hiérarchique des disciplines et savoirs scolaires.

Une attention particulière

L’échec relatif de la technologie scolaire pousse à essayer de penser d’autres modalités de constitution et d’acquisition d’une culture technique excédant la rationalité moderne. C’est une question de recherche mais également un enjeu et une expérience personnelle. Qu’en est-il de ma culture technique ? L’orientation de mon travail de recherche m’incite évidemment à tenter de me constituer ma propre culture technique. D’autant plus que je n’ai pas reçu de formation considérée comme technique au cours de mon cursus scolaire. Ma première intuition a été de vouloir reprendre les bases en mathématiques, physique et biologie pour avoir une vision globale sur les techniques. Sans même m’en rendre compte, je venais de reproduire naïvement le schéma hiérarchique entre sciences pures et sciences appliquées prescrit par la rationalité moderne. De même, une interprétation au premier degré de l’objectif d’acquisition d’une culture technique par tous conduirait à penser qu’il faudrait que chacun devienne spécialiste de l’ensemble des domaines techniques. Évidement c’est impossible. L’impératif à notre portée et auquel j’essaie de m’astreindre est bien plutôt de changer de regard sur les techniques et de les penser autrement. C’est-à-dire, se défaire de la relation utilitaire aliénante que nous entretenons avec les techniques et en construire une autre.

Pour ce faire, en tant qu’utilisateur aussi bien que concepteur, il faut être attentif à la manière dont chaque technique modifie notre expérience humaine et nos relations sociales. Se demander quelles valeurs ces modifications impliquent. Quelle différence le choix d’une autre technique, d’un autre principe de fonctionnement, aurait-il eu ? Cette attention particulière doit redonner aux techniques la place qui leur est due au sein de la culture. Il devient alors possible de considérer les machines non plus comme des serviteurs ou des esclaves mais comme des compagnons ou des amies à l’instar de ce qu’imagine G. Simondon. Une relation d’amitié peut naître entre un objet technique et l’être humain qui a pris conscience de la réalité humaine riche de valeurs qu’il contient. Se rendant des services mutuels, ils sont complémentaires. En échange des services que lui rend l’objet technique, l’être humain le traite avec respect. Il prend soin de lui, l’entretient, le répare et peut le modifier. Pour les utilisateurs, moi compris, développer cette attitude amène à mieux comprendre les techniques que nous utilisons au quotidien et à s’intéresser de plus près à quelques domaines techniques qui nous attirent. Voilà une première étape en vue de l’acquisition d’une culture technique.

Contradiction et pluralisation

Dans mon cas, ma culture technique est également nourrie par mes études en histoire des techniques. J’ai également là un souvenir assez net de mes premiers cours dans ce domaine. J’avais été saisi par la clarté et la rigueur avec lesquelles les choix techniques étaient expliqués et recontextualisés en fonction de la configuration socio-historique où ils avaient été faits et qu’ils avaient contribué à transformer. Cette approche va à l’encontre des grandes fresques historiques du progrès technique reconduisant une conception déterministe des techniques. Elle est également attentive à la multiplicité des pensées techniques ayant existé, faisant de la notion de technologie une catégorie historiographique servant à identifier les projets d’abstraction des techniques5. Elle amorce ainsi une pluralisation de la technologie en termes de périodes, d’aires et d’acteurs concernés mais aussi en termes de pratiques, de formes d’expression, de supports et de matérialité. Cette pluralisation peut nous aider à imaginer ce que serait une technologie qui s’émancipe de la rationalité moderne. En effet, au côté des traditionnels discours sur les techniques, cette approche met l’accent sur les dessins techniques ou les collections techniques qui sont en eux-mêmes des technologies qui échappent aux contraintes de la rationalité moderne.

Planches, « Aiguillier », Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751-1772. Source : Bibliothèque nationale de France

En développant ces aspects, l’histoire des techniques dialogue avec la philosophie des techniques mais aussi avec l’anthropologie et la sociologie des techniques. Toutes ces disciplines tendent à composer, en France du moins, un champ interdisciplinaire d’études des techniques qui prend lui-même la forme d’une technologie en sciences humaines et sociales (SHS). C’est dans cette perspective que s’inscrit mon travail de thèse sur l’introduction de l’éducation technologique au collège en France dans la seconde moitié du XXe siècle, à la jonction de l’histoire et de la philosophie des techniques et des sciences de l’éducation. Mais subsiste un problème, qui se pose à moi comme, je pense, à tous les chercheurs de ce champ. Bien que la technologie en SHS tente de restituer aux techniques leur dimension synthétique, elle reste avant tout un discours écrit dépendant de la rationalité moderne analytique dans la mesure où celle-ci s’est façonnée par et dans le discours. L’exemple de l’analyse fonctionnelle évoqué précédemment rend bien compte de cette contradiction.

Cependant, deux voies de pluralisation de la technologie ou plutôt deux autres pistes pour faire exister une culture technique qui se soustrairait à la rationalité moderne peuvent être indiquées. Premièrement, il est tout à fait possible de continuer à explorer la voie ouverte par le dessin technique, considéré comme la langue universelle des techniques par de nombreux acteurs de l’enseignement technique français dès la fin du XIXe siècle. Le dessin rend possible une abstraction concrète des techniques qui ne s’assimile pas à une formalisation théorique et analytique. Reste à penser, comme le souhaite Gilbert Simondon, la possibilité d’un symbolique visuel et ouvert capable de fonder une schématisation ou diagrammatisation concrète des techniques. Deuxièmement, il est possible d’imaginer ce que serait une véritable technologie interdisciplinaire entre SHS et sciences de l’ingénieur (SI), basée sur des démarches de co-conception et s’inspirant des pratiques du design. L’idée est que chercheurs en SI et en SHS conçoivent ensemble des techniques en réfléchissant, en amont et tout le long du processus de conception, aux modifications de l’expérience humaine et collective potentiellement induites et aux valeurs qu’elles impliqueraient. Ainsi intégrée comme élément de la conception, la technologie en SHS est comme synthétisée. Elle devient un savoir parmi d’autres coordonné au sein du fonctionnement de la technique finalement conçue. C’est une manière indirecte d’atteindre la dimension synthétique des techniques. Ces deux voies constituent l’horizon de mes recherches futures ; après la thèse.

Lemire Jeff, Nguyen Dustin, Descender, tome 6, La fin d’un monde ancien, Urban comics, 2019, p. 44. Si cet extrait d’une planche du comics Descender me paraît bien illustrer le propos de l’article, il est néanmoins nécessaire de préciser que l’importance prise dans les récits de science-fiction par la figure anthropomorphique du robot, soit asservi soit révolté, traduit notre manque de culture technique et notre façon de concevoir nos relations aux techniques. L’enjeu est de réinventer ces relations.

Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux de Timothée Deldicque sur le site du CAK

  1. Par exemple l’écriture est une technique d’inscription matérielle qui permet la conservation, le partage, l’accumulation mais aussi l’élaboration d’informations. Elle offre des possibilités d’actions qui dépassent les fins initialement visées lors de son invention et qui expriment des valeurs. Ces dernières sont cristallisées dans son fonctionnement dans la mesure où il résulte d’un agencement de contraintes physiques et sociales qui procède d’une normativité technique (par exemple sur la nature et la longévité du support et du mode de conservation, sur le statut de l’oralité et celui de la mémoire). Selon l’anthropologue Jack Goody, l’écriture est même au fondement d’une nouvelle manière de penser et de se rapporter au monde qu’il nomme « la raison graphique ». (Jack Goody, La raison graphique, Paris, Minuit, 1979). []
  2. Par exemple, le téléphone réunit dans son fonctionnement deux dispositifs principaux : la traduction d’un message en signal, mêlant des éléments d’acoustique et d’électronique – d’électroacoustique – (le microphone transforme les ondes sonores de la voie en impulsions électriques, l’écouteur réalise l’opération inverse) et la conduction de l’énergie à travers l’espace, mêlant des éléments d’électrotechnique, d’électronique, aujourd’hui d’informatique et pour la téléphonie mobile d’électromagnétisme (soit par transmission du signal électrique sur un réseau filaire, soit par transmission du signal transformé en onde électromagnétique captée et renvoyée par un réseau d’antennes). []
  3. Comme l’écrit Gilbert Simondon : « il y a plus d’analogie réelle entre un moteur à ressort et un arc ou une arbalète qu’entre ce même moteur et un moteur à vapeur », G. Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, [1958] 2012, p. 21. []
  4. Par exemple, la fonction d’usage d’une bicyclette est : « déplacer une personne ». Plusieurs fonctions techniques l’assurent. Chaque fonction technique est remplie par une solution technique : « maintenir en équilibre et accueillir une personne (fonction technique) / cadre, roues, selle (solution technique) », « transmettre et adapter l’énergie – propulser / pédalier, chaîne, dérailleur », « avancer / roues », « diriger / guidon », « diminuer la vitesse – freiner / freins », « assembler les composants / cadre ». []
  5. La notion de technologie est une catégorie d’acteurs lorsqu’elle est employée par exemple par le caméraliste Johann Beckmann qui initie l’enseignement d’une discipline appelée « technologie » au sein de l’Université allemande à la fin du XVIIIe siècle. Elle devient une catégorie historiographique lorsque, pourtant absente chez les acteurs, elle est employée par exemple par l’historienne Hélène Vérin pour qualifier la réduction en art de la Renaissance (activité consistant à rassembler des savoirs pratiques et à les réduire en principes en les ordonnant à l’aide des mathématiques et de la rhétorique). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.