Les Débats du CAK saison 13 : La science est-elle un sport de combat ?

Débat avec Sylvain Laurens (EHESS, CMH) autour de son ouvrage Militer pour la science. Les mouvements rationalistes en France (1930-2005) (Paris, Éditions de l’EHESS, 2019).

Discutant.e.s : Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK) et Anne Rasmussen (EHESS, CAK).

Modération : Emanuel Bertrand (ESPCI Paris, CAK).

Enregistré le 22 avril 2020 en ligne.

Les Débats du CAK

Depuis 2014, le Centre Alexandre-Koyré invite l’auteur.e – parfois les auteur.e.s – d’un ouvrage, personnel ou collectif, récent, à en présenter en une trentaine de minutes la problématique, en insistant plus particulièrement sur les questions historiographiques qu’il met en exergue. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’histoire des sciences, des techniques ou des savoirs, entendu dans son sens le plus large possible, c’est-à-dire allant de l’histoire proprement dite à l’anthropologie des savoirs, en passant par l’épistémologie ou les études sur les sciences et les technologies. Pour chaque séance, deux discutant.e.s privilégié.e.s sont également choisi.e.s pour exposer, en une dizaine de minutes chacun, leur lecture critique de l’ouvrage et pour proposer des pistes de discussion destinées à être explorées par l’ensemble de l’auditoire.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marlon Aprosio (27 avril 2020). Les Débats du CAK saison 13 : La science est-elle un sport de combat ? CAKtus. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m6gj


Une réflexion sur « Les Débats du CAK saison 13 : La science est-elle un sport de combat ? »

  1. SL dit que le rapport de l’Afis et d’autres face au « mouvement social » se serait « inversé », sans se demander quel est ce « mouvement social » dont il parle et si ce terme a un sens dans une acception aussi vague. Quel est le rapport entre d’une part des ouvriers luttant pour l’amélioration de leurs conditions de travail ou pour une propriété collective des moyens de production (probablement la forme dominante de « mouvement social » qu’ont pu connaître les fondateurs de l’UR et de l’Afis), et d’autre part des militants « anti-ondes électromagnétiques » (mais aussi « anti-OGM », etc.) dont le combat consiste à attribuer à des dispositifs techniques une série de propriétés fantasmées et démenties par la science ? Est-ce que ça a un sens de pointer l’« inversion » du rapport à une chose si vague qui a elle-même fondamentalement changé dans ses manifestations concrètes ?

    Quand SL dit que pour l’Afis l’ésotérisme à combattre serait aujourd’hui « la critique de l’industrie », on se demande d’où il tire cette affirmation. Les archives récentes de l’Afis et de sa revue sont accessibles en ligne – gratuitement – : on peut donc facilement se faire une idée. Une recherche Google sur « industrie site:www.afis.org » fait ressortir, en premiers résultats, des articles… critiquant l’ingérence de l’industrie du tabac dans les politiques de santé. Et dans les résultats suivants, on ne trouve aucun texte qui présenterait comme un nouvel « ésotérisme » le fait de critiquer l’industrie. Avant de chercher la cause, s’assurer du fait : quelle est la source utilisée par SL à l’appui de cette affirmation ? Et, si cette source existait, en quoi cette source représenterait-elle la doctrine de l’Afis (plutôt que, par exemple, la position d’un auteur s’exprimant dans ses colonnes parmi d’autres) ?

    Sur l’homéopathie, SL se trompe quand il affirme qu’elle ne serait guère présente que dans « une certaine faculté de pharmacie » (sous-entendu : c’est un problème marginal et les institutions veillent au grain), alors que jusqu’à très récemment des facs de médecine délivraient des diplômes en homéopathie. L’homéopathie est par ailleurs défendue, en France, par un certain lobbying industriel autour de Boiron… ce qui n’a pas empêché l’Afis de combattre l’homéopathie.

    Pour SL, « ces associations » (sous-entendu : l’Afis) ne seraient certes pas climatosceptiques, mais « sous condition : pour défendre le nucléaire ». C’est un procès d’intention : il est évident que la preuve ne peut être apportée ni d’une telle assertion, ni de sa fausseté. On est ici en pleine dérive stalinienne (imputer de façon invérifiable une motivation honteuse) d’un discours qui se veut sociologique.

    Par ailleurs, une intervenante parle de « contre-pouvoir démocratique face au savoir académique ». D’abord, il me semble que cela manque de précision : de quel(s) « contre-pouvoir » s’agit-il, et en quoi sont-ils « démocratique(s) » ? Ensuite, vu qu’un certain temps est consacré à évoquer le problème de l’hétéronomie issue de l’asservissement aux financements privés et aux bureaucraties institutionnelles, on peut se demander en quoi l’asservissement à des logiques militantes – dans une logique de contre-pouvoir soi-disant démocratique – ne devrait pas être soumis à la même critique.

    Enfin, SL annonce que dans son prochain livre (co-écrit avec deux journalistes), il « ne prétendra pas faire de la sociologie ». C’est bon à savoir 🙂

    Cordialement

    Antoine (membre de l’Afis, mais ne parlant pas en son nom).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search