« Des virus, des humains, des savoirs, des épidémies : la construction sociale de quoi ? » par Jean-Paul Gaudillière, Frédéric Keck et Anne Rasmussen

Alors que la France déplore déjà près de 27 000 de morts du Covid-19 et entre dans la période de déconfinement avec des mesures de contrôle encore très strictes, il peut sembler indécent de lancer un nouveau débat sur la construction sociale. Les personnes, le plus souvent âgées, qui suffoquent d’une maladie respiratoire atypique, le personnel hospitalier débordé, l’armée réquisitionnée pour transporter les patients, tout cela est bien réel. Pourtant, le débat sur la construction sociale a lieu sur les réseaux sociaux, et il faut les sciences sociales pour l’éclairer. Rappelons que ce débat se produisit dans les années 1990 du fait de l’entrée des science studies dans les sciences sociales, qui questionnaient leur prétention à être des sciences comme les autres et interrogeaient la capacité même des sciences à dire le vrai.

À la suite des travaux du philosophe canadien Ian Hacking, lui-même inspiré des sociologues Peter Berger et Thomas Luckmann, cet article, écrit à six mains, fait le point sur la manière dont les sciences sociales peuvent penser les virus et les épidémies.

Un texte à retrouver en intégralité sur le Carnet de l’EHESS : Perspectives sur le coronavirus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.