Voyages au centre de la thèse #4 : « Arpenter le passé. Une journée à Leyde en août 1663 » par Laura Pennanec’h

Je vis à Leyde si tost que j’y arrivay ce fameux Peintre Mirris qui n’avoit qu’un de ses tableaux commencé d’une femme esvanoüye entre les bras des siens, & un Medecin qui regardoit son urine. Il n’y avoit de finy que le juste au corps de velours rouge doublé d’hermine de la femme, & la jupe isabelle, si bien faits qu’on eust asseuré que cétoist de l’estoffe, il en vouloit 1200. livres du pays quand il sera finy.

[Balthasar de Monconys, Journal des voyages, visite chez Frans van Mieris l’Ancien le 13 août 1663, p. 153]

Il y a de cela trois ans, j’ai commencé une thèse portant sur les liens entre genre et maladie dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle. Progressivement, mes recherches m’ont amenée à me concentrer sur la production artistique de Leyde, ville située dans l’actuelle province de Hollande-Méridionale, au sud-ouest d’Amsterdam. Le corpus, tant iconographique que textuel, était majoritairement disponible en ligne. Qu’on ne se leurre pas : cette facilité d’accès aux sources a été plus que commode alors que les voyages d’études requièrent des financements et une organisation dont je laissais bien volontiers la charge à mes collègues doctorant.e.s aux terrains plus lointains. En réalité, je ne pensais pas du tout mon travail en ces termes et à aucun moment l’idée d’avoir un « terrain de recherche » ne m’avait effleurée. Ne travaillant pas sur la ville en elle-même mais sur les peintures qui en avaient émergées, je pensais, naïvement, que cela suffirait.

L’inscription spatiale des savoirs artistiques et médicaux sur le corps

Bien évidemment, ce ne fut pas le cas. Sitôt le plan élaboré et la rédaction entamée, il est apparu que je ne pouvais pas faire l’impasse sur des questions beaucoup plus concrètes concernant les lieux de résidence et ateliers des peintres, leurs cercles de sociabilités avec d’autres artistes mais aussi des médecins et des chirurgiens et leurs circulations particulières ou ensemble dans les rues de Leyde. Ces questionnements sous-tendaient déjà en réalité une grande partie de mes recherches initiales mais sans que je les formule dans leur matérialité la plus concrète, à savoir celle d’une inscription spatiale des savoirs artistiques et médicaux sur le corps.

Mais alors, comment appréhender son terrain lorsqu’on est historienne du XVIIe siècle ? Quand les lieux ont évolué et les individus disparu, que reste-t-il des maisons et des rues où circulaient les contemporains ? Il peut y avoir des témoignages visuels : gravures ou tableaux, cartes ou plans. Les traces peuvent également être écrites : ce sont les lettres qui restituent parfois l’environnement de leur rédaction, les inventaires après décès qui décrivent des intérieurs et leur matérialité. Ce sont également les journaux de voyages, relatant les pérégrinations de leurs auteurs, qui permettent de saisir non pas « la » mais « une » certaine réalité d’un terrain de recherche remontant à une époque révolue. Au cours du XVIIe siècle, nombreux ont été les voyageurs étrangers à se rendre dans les Provinces-Unies, État nouvellement formé en 1581 suite à la sécession de la partie nord de ce qui était auparavant les Pays-Bas espagnols1.

Parmi eux, on retrouve un Français, le médecin et magistrat lyonnais Balthasar de Monconys (Lyon, 1608 – Lyon, 1665) qui, entre fin juin et septembre 1663, entreprit son « Voyage des Païs-Bas ». De ces trois mois passés dans ce qui correspond aujourd’hui à la Belgique et aux Pays-Bas, il fit un récit d’abord consigné dans un journal puis enrichi et publié par son fils après sa mort, en 16662. Le rythme de De Monconys était soutenu : en quelques jours, il visitait une ville, passait dans une autre et n’hésitait pas à faire plusieurs allers-retours entre deux localités pour y revoir certains lieux ou certaines personnes. Des descriptions du médecin lyonnais ressort son admiration pour l’architecture civile, pour les mœurs des Hollandais et notamment des Hollandaises — dont il loue la beauté, la diligence et la propreté —, ainsi que pour les œuvres des peintres qu’il a eu l’occasion de croiser. Tous pourtant ne reçoivent pas son approbation. Ainsi le 11 août 1663, il rencontra à Delphis (« Delft ») un certain Johannes Vermeer dont l’une des peintures, exposée chez un boulanger de la ville, lui fit piètre impression :

A Delphes je vis le Peintre Vermer qui n’avoit point de ses ouvrages : mais nous en vismes un chez un Boulanger qu’on avoit payé six cens livres, quoyqu’il n’y eust qu’une figure, que j’aurois creu trop payer de six pistoles.

[De Monconys, visite chez Johannes Vermeer, Deflt, le 11 août 1663, p. 149]

Deux jours après, De Monconys entrait dans Leyde, située à moins de 20 km au nord de Delft. Reposant au croisement du Vieux (Oude) et du Nouveau Rhin (Nieuw Rijn), cette ville accueillait depuis 1575 une université renommée — particulièrement pour sa faculté de médecine, son théâtre anatomique et son Hortus Botanicus — de même qu’une partie non négligeable de la production artistique néerlandaise. Ville natale de Rembrandt, Leyde avait vu se développer après le départ du jeune peintre en 1631 un marché de l’art local autour de quelques peintres appelés fijnschilders, terme pouvant être littéralement traduit en français par « peintres raffinés » ou « peintres précieux3». Alors au fait de leur notoriété, ces peintres sont ceux dont De Monconys s’est empressé, dès son arrivée à Leyde, de visiter les ateliers après avoir conversé avec ses confrères de l’université et arpenté les rues de la cité en suivant le tracé des canaux.

De Monconys n’est pas le seul voyageur étranger dont le récit de la visite de Leyde nous soit parvenu. Une trentaine d’années avant lui en juin 1634, un noble anglais nommé Sir William Brereton avait visité Leyde et tenu un journal de son parcours4. De la même manière, le cartographe vénitien Vincenzo Coronelli a rédigé un récit de son séjour à Leyde, en mars 16965. Pourquoi alors m’être arrêtée sur le texte de De Monconys en particulier ? Ce fut pour la précision quasi-cartographique de son écriture, permettant de suivre aisément ses déplacements dans la ville ; ce fut également et surtout pour son témoignage visuel d’un tableau — inachevé au moment de sa visite — représentant une scène de soin et par conséquent, déterminant pour ma recherche. Le journal de De Monconys est en cela une source précieuse — bien qu’étrangère et emplie de biais — sur une ville hollandaise de la seconde moitié du XVIIe siècle, ses habitant.e.s et sa production picturale.

Son voyage commence à La Haye, le mardi 13 août de l’année 1663. Levé avant six heures, De Monconys embarque une heure et demie plus tard en direction de Leyde. Le trajet, qui lui coûte 12 sols, dure trois heures et suit probablement le cours du Vliet dont le canal traverse à mi-parcours le village de « Laysendam » (Leidschendam). La remontée du canal, dont De Monconys apprécie la rectitude (« il semble estre fait au cordeau »), lui donne l’occasion de contempler les habitations et les moulins à vent situés sur la rive. Arrivé à Leyde, sa première vision est celle d’une ancienne ville fortifiée doublée d’une ville nouvelle dont « les rues sont forts belles » et les canaux présents « en grande quantité6». Passées ces premières remarques sur l’aménagement urbain, De Monconys ne manque pas de mentionner un lieu capital pour la vie intellectuelle leydoise : l’université. Il en constate l’absence d’envergure architecturale (« Il y a une université qui est petite, & ne semble qu’une maison particuliere ») tout en y notant la présence d’une des entreprises majeures de la cité : « L’Imprimerie des Elzevirs est dedans la cour7».

Satisfait de ce premier aperçu, notre voyageur s’empresse de prendre ses commodités à l’Escu de France n’oubliant pas, en visiteur scrupuleux, de mentionner dans la marge le coût de l’hébergement soit 3 livres8. Il est alors l’heure de déjeuner ou plutôt, pour reprendre les termes de l’époque, de « diner ». Suite à cet intermède, De Monconys débute son après-midi par une visite de l’université en compagnie d’un médecin y enseignant, dénommé Ursius. Ce dernier lui fait visiter le jardin botanique puis, dans l’enceinte des bâtiments, un cabinet de curiosités et l’amphithéâtre anatomique. Cet endroit fait forte impression au médecin lyonnais qui y remarque « une infinité de squelettes d’hommes & d’animaux, & dans des armoires vitrées qui sont dans la galerie haute, plusieurs raretez » dont deux momies dans un très bon état de conservation9. À ce moment du récit, il est aisé de situer De Monconys dans Leyde : s’il ne reste pas de trace aujourd’hui de l’auberge où il est descendu, les bâtiments de l’université ainsi que le jardin botanique existent toujours le long du canal Rapenburg, au numéro 73 (Fig. 1, n° 1).

Figure 1. Trajet de Balthasar de Monconys à Leyde le 13 août 1663. © Laura Pennanec’h via uMap, 2020. [Pour un affichage en plein écran, cliquer-droit sur l’image puis sélectionner « Afficher l’image », NDLR]
De Monconys se trouve alors au sud-ouest du centre-ville tel que le représentait dix ans plus tôt le cartographe Joan Blaeu :

Figure 2. Joan Blaeu (Alkmaar, 1596 – Amsterdam, 1673), Lugdunum Batavorum, vernacule Leyden, in Joan Blaeu, Toonneel der steden van de Vereenighde Nederlanden, met hare beschrijvingen, à Amsterdam, Chez J. Blaeu, 1652.
Figure 3. Joan Blaeu, Lugdunum Batavorum, détail. L’université et le jardin botanique possèdent le repère 115.

Après l’université, De Monconys part découvrir la ville « pour en voir la beauté & la grandeur ». L’itinéraire qu’il emprunte alors n’est qu’hypothétique mais il fait mention d’une « grande manufacture en estoffes de laine » qu’on peut supposer être le Lakenhal, soit la halle aux draps ouverte en 1641 au nord de Leyde. Aujourd’hui musée municipal, la halle est située à moins de dix minutes à pied des bâtiments universitaires et on peut penser que De Monconys a remonté le Rapenburg avant de traverser le Rhin, passant ainsi devant le cœur d’une des activités économiques les plus prospères de Leyde (fig. 1, n° 2). Chemin faisant, ses pas le mènent « devant la maison de Ville » (Het Stadhuis van Leiden) où il déplore que cette dernière soit située au-dessus d’une boucherie, « ce qui n’est pas fort honneste » (fig. 1, n° 3), et passe devant un « petit monticule de pierre » qu’on reconnaîtra comme le Burcht, une construction fortifiée de forme circulaire trônant au centre de la ville (fig. 1, n° 4)10. Ces déplacements dans les rues et le long des canaux leydois alternent entre flânerie, curiosité architecturale et, comme on va le voir, goût pour la peinture.

Dans la même journée, son cheminement l’emmène ainsi « chez un Maistre de Beyau pour voir ses tableaux » puis chez « ce fameux Peintre Mirris » et « chez son maistre nommé Dau ». Les trois noms cités correspondent au collectionneur d’art Johan de Bye et aux peintres Frans van Mieris l’Ancien et Gerrit Dou dont De Bye était le mécène (fig. 1, n° 5, 6 et 7)11. Si De Monconys n’indique pas la situation des lieux en question, il est possible de les restituer par le biais des archives régionales de Leyde (Regionaal Archief Leiden). En 1640, Dou avait acheté une maison sur le Korte Oude Vest, connu aujourd’hui sous le nom de « Galgewater » ; Van Mieris, lui, louait une maison dans la même rue en 165912. Il est bien sûr impossible de savoir si Van Mieris avait toujours la même adresse en 1663 mais le récit de De Monconys suggère que son atelier se trouvait dans le voisinage immédiat de celui qui fut son maître, Dou.

Au cours de sa visite chez Van Mieris, de Monconys rapporte la vision d’un tableau alors en cours d’exécution (fig. 4) :

Je vis à Leyde si tost que j’y arrivay ce fameux Peintre Mirris qui n’avoit qu’un de ses tableaux commencé d’une femme esvanoüye entre les bras des siens, & un Medecin qui regardoit son urine. Il n’y avoit de finy que le juste au corps de velours rouge doublé d’hermine de la femme, & la jupe isabelle, si bien faits qu’on eust asseuré que cétoist de l’estoffe, il en vouloit 1200. livres du pays quand il sera finy.

[De Monconys, visite chez Frans van Mieris l’Ancien, Leyde, le 13 août 1663, p. 153]

Figure 4. Frans van Mieris l’Ancien (1635-1681), La visite du médecin (Het bezoek van de dokter), 1667, huile sur panneau de bois, (44 cm x 33 cm), Los Angeles, J. Paul Getty Museum. Digital image courtesy of the Getty’s Open Content Program.

Le tableau en question correspond très probablement à la Visite du médecin conservée aujourd’hui au J. Paul Getty Museum à Los Angeles13. D’après Arnold Houbraken – qui écrit presque soixante ans plus tard –, ce tableau aurait été commandité par Cornelis Paets, bourgmestre de Leyde, qui l’aurait gardé en sa possession jusqu’en 1694 après l’avoir acheté 1 500 florins en 1667 soit 300 florins de plus que la somme – déjà importante – indiquée par De Monconys quatre ans auparavant14. Si le Français mentionne régulièrement des peintures au fil des pages relatant ses déplacements de ville en ville, il s’agit dans ce cas de l’une des descriptions les plus précises pour son séjour à Leyde. En outre, ce commentaire est unique par son sujet : une scène médicale et, qui plus est, dont le malade est une femme. Si les tableaux de ce type abondent dans la Hollande de la seconde moitié du XVIIe siècle, les sources écrites à leur sujet sont beaucoup plus rares et, dans le meilleur des cas, postérieures de plusieurs années à leur date d’exécution.

Un aperçu fugace de ce qui a été

Témoignage sur le vif d’un voyageur dans une ville étrangère, le récit de De Monconys rend compte de l’expérience d’un marcheur dont le parcours, rue après rue, ligne après ligne, offre à l’historien.ne un aperçu fugace de ce qui a été. Ici, De Monconys commente une œuvre en train de se faire et, en cela, offre un pendant idéal à mes propres recherches : sa description est celle d’un tableau inachevé, tandis que de mon côté je contemple et étudie une peinture terminée. De la même manière que son récit dans les rues de Leyde me permet de saisir un quotidien révolu dans lequel évoluaient les peintres, sa description de ce qui est de nos jours connu comme la Visite du médecin redonne une matérialité et une cohérence historique au tableau. Ce dernier sort ainsi du musée et retourne dans l’atelier qui a vu sa création. Pour autant, le journal de De Monconys comporte sa part d’imprécisions et de silences qu’il convient de prendre en compte : si j’en ai donné une relation la plus linéaire et chronologique possible, j’ai aussi dû composer avec un certain nombre d’incertitudes quant aux itinéraires empruntés et à la temporalité engagée. En cela, cette lecture n’est peut-être pas si éloignée que cela du voyage que j’aurais pu moi-même entreprendre dans les rues de Leyde ni de l’écriture de la thèse : prédéterminée par un objectif de recherche mais néanmoins soumise à des déplacements continus, à des blancs et à des imprévus qui en enrichissent un peu plus le contenu.

Pour en savoir plus : la page personnelle de Laura Pennanec’h sur le site du CAK


 

  1. Des Dix-Sept Provinces antérieures, les dix méridionales restent dans le giron catholique des Habsbourg tandis que les sept provinces septentrionales se rassemblent dans une unité majoritairement calviniste. Ce territoire, connu aujourd’hui sous le nom de « Pays-Bas », connaît tout au long de la première moitié du XVIIe siècle puis, dans une moindre mesure, jusqu’au début du XVIIIe, une période de croissance culturelle et économique remarquable. Cette croissance, la province de Hollande en a été la tête de proue au point d’être devenue, par synecdoque, une appellation courante pour désigner l’ensemble des Provinces-Unies à cette époque. Voir par exemple Parival, Jean-Nicolas de. Les delices de la Hollande, contenant une description fort exacte de son païs, de ses villes, & de la condition des habitans ; avec un racourci de ce qui s’est passé depuis le temps qu’ils se sont mis en liberté, jusqu’a l’année 1680. à Amsterdam, Chez Abraham Wolfgang, 1685. []
  2. Balthasar de Monconys, Journal des voyages de M. de Monconys […] où les sçavants trouveront un nombre infini de nouveautez, en machines de mathématique, expériences physiques, raisonnemens de la belle philosophie, curiositez de chymie, et conversations des illustres de ce siècle… publié par le Sr de Liergues, son fils […] Voyage d’Angleterre, Païs-Bas, Allemagne, & Italie, à Lyon, Chez Horace Boissat & George Remeus, 1666, vol.2. []
  3. Cette appellation, datant du XIXe siècle, désigne des peintres leydois qui dans la lignée de Gerrit Dou et d’un de ses élèves, Frans van Mieris l’Ancien, réalisaient des tableaux de petit format représentant des scènes de la vie quotidienne tout en affectant un style minutieux dans la figuration des détails. []
  4. William Brereton, Travels in Holland, the United Provinces, England, Scotland and Ireland, 1634-1635, Londres, Chetham Society, 1844. []
  5. Vincenzo Maria Coronelli, Viaggi del P. Coronelli. Parte Seconda, à Venise, Chez Giovanni Battista Tramontino, 1697, vol. 2/2. []
  6. B. de Monconys, Journal des voyages, op. cit., p. 150‑151. []
  7. Ibid., p. 151. []
  8. À titre de comparaison, la somme payée par De Monconys pour son hébergement équivaudrait aujourd’hui à un peu plus de 66 euros. La somme déboursée pour le trajet en barque (12 sols) reviendrait à 13 euros. []
  9. B. de Monconys, Journal des voyages, op. cit., p. 151. []
  10. Ibid., p. 151‑152. []
  11. Ibid., p. 153. []
  12. Gerrit Dou : Regionaal Archief Leiden,Oud-rechterlijke archieven, Schepenbank, Waarboek PPP, inv. 67, fol. 189, cité par Bakker, Piet. “Gerrit Dou.” In The Leiden Collection Catalogue. Edited by Arthur K. Wheelock Jr. https://www.theleidencollection.com/archive/ [consulté le 19/06/2020] (n. 11) ; Frans van Mieris : Otto Naumann, Frans van Mieris(1635–1681) the Elder, 2 vols. (Doornspijk, 1981), 1:166, cité par Bakker, Piet. “Frans van Mieris.” In The Leiden Collection Catalogue. Edited by Arthur K. Wheelock Jr. https://www.theleidencollection.com/archive/ [consulté le 19/06/2020] (n. 26). []
  13. Frans van Mieris l’Ancien (Leyde, 1635 – Leyde, 1681), La visite du médecin (Het bezoek van de dokter), 1667, huile sur panneau de bois, (44 cm x 33 cm), Los Angeles, J. Paul Getty Museum. []
  14. Arnold Houbraken, De groote schouburgh der Nederlantsche konstschilders en schilderessen, Amsterdam, Gedrukt voor de Weduwe des Autheurs, 1718, vol. 3/3 (1721), p. 4. Houbraken précise que le paiement se serait fait de la manière suivante : « Zoo lang hy aan dit Konststukje bezig was kreeg hy voor yder uur een goude Dukaat, makende, wanneer het voltooit was een som van vyftien hondert gulden » (Aussi longtemps qu’il travaillait sur cette œuvre d’art, il recevait pour chaque heure un ducat d’or, ce qui faisait, une fois terminé, une somme de quinze cents florins [je traduis]), ibid. []

2 réflexions sur « Voyages au centre de la thèse #4 : « Arpenter le passé. Une journée à Leyde en août 1663 » par Laura Pennanec’h »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Répondre à Marcio L. M. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.