3 questions à… Clélia Coret (LabEx HASTEC)

Post-doctorante au LabEx HASTEC et rattachée au Centre Alexandre-Koyré, Clélia Coret est historienne, spécialiste de la côte est-africaine (XIXeXXe siècles). Sa thèse a porté sur les processus d’écriture de l’histoire et la production de chroniques dynastiques. En 2017, elle a remporté le prix d’histoire sociale de la Fondation Mattei Dogan et de la FMSH. Dans ses recherches actuelles, elle s’intéresse à la production des savoirs linguistiques en contexte missionnaire et impérial.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

J’ai fait ma thèse à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à l’Institut des Mondes Africains. J’ai travaillé sur l’histoire de Witu, une cité-État de la côte est-africaine / swahili, située au Kenya, qui avait été refondée au milieu du XIXe siècle et qui a été peu étudiée en dépit de la littérature foisonnante sur le monde swahili. Au-delà d’une simple monographie, il s’agissait d’étudier un territoire à la confluence de sociétés très diverses, d’historiographies cloisonnées entre les spécialistes de l’Afrique d’une part et de l’océan Indien d’autre part, et des littératures en langue anglaise, française et allemande qui se rencontrent peu en raison des héritages coloniaux. Des questionnements beaucoup plus larges ont alors émergé sur l’économie de plantation, le marronnage, les relations de clientèle, la résistance des élites swahili et de leurs partisans à l’expansion coloniale, à la fois européenne et arabe omanaise. J’ai travaillé à partir d’archives britanniques (celles des voyageurs, de consuls, de missionnaires), d’entretiens faits au Kenya, de chroniques swahili et d’archives allemandes.

Entre objets d’histoire et sources historiques

À mesure que j’avançais dans l’analyse de ces deux derniers types de sources, je me suis aperçue qu’une autre thématique était en train d’émerger : les usages de l’histoire à travers l’écriture des chroniques par la dynastie swahili qui avait refondé Witu. J’ai réorienté ma perspective et ma thèse accorde finalement autant de place à l’explication du contexte de production des chroniques, des généalogies, des récits sur l’histoire, etc., qu’au contenu de ces documents retrouvés dans les archives. Entre objets d’histoire et sources historiques, les chroniques, ou les écrits qui tendent à y ressembler, sont des matériaux particulièrement prisés par le chercheur qui s’intéresse à la fois à l’histoire sociale d’une région et aux manières dont les sociétés prennent en charge leur passé, dans des récits qui rendent compte de régimes d’historicité singuliers. L’un des objectifs de cette recherche a donc été de comprendre les stratégies développées par les autorités de la cité de Witu pour légitimer leur pouvoir, d’un côté en cherchant le soutien militaire et économique d’alliés qui vivaient autour de l’agglomération (comme des anciens esclaves), et d’un autre côté en produisant des récits dynastiques, en collaboration avec des voyageurs et des administrateurs allemands. À travers ces productions, qui sont des textes de nature composite, issus de traditions orales qui ont été « bricolées » avec d’autres récits et agencées plus ou moins habilement, il apparaît nettement que quand les compromis sociaux jusque-là établis sont renégociés, la mobilisation du passé est une stratégie souvent utilisée pour venir légitimer et renforcer un pouvoir vacillant.

La côte est-africaine au XIXe siècle © Clélia Coret

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

La question des contacts entre Africains et Européens à travers l’élaboration de productions communes en contexte impérial est une piste de travail que je poursuis. Au cours de ma thèse, j’ai constaté que des acteurs qui s’étaient investis dans les productions historiques avaient également été impliqués dans l’élaboration des savoirs sur le kiswahili – qui est aujourd’hui la langue africaine la plus parlée sur le continent et dans le monde. Les premières descriptions linguistiques sont apparues à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Des missionnaires n’ayant aucune formation académique ont publié des dictionnaires, des grammaires et des listes de vocabulaire. En Europe, ces productions ont été discutées dans le cadre d’une discipline naissante : la linguistique. Cette histoire est connue. En revanche, les pratiques amateur autour des langues au sein des « lieux de savoirs » que sont les missions chrétiennes en Afrique orientale ont été moins étudiées. Un aspect en particulier reste un angle mort des recherches au croisement de l’histoire des missions et des savoirs : si les missionnaires ont pu produire des discours savants sur les langues, c’est évidemment grâce à la participation des Africains. Or, leurs contributions à l’étude de leurs propres langues sont mal connues, d’autant plus qu’elles ont été invisibilisées. En lisant « en creux » les archives missionnaires et en les croisant avec d’autres corpus, mon projet est de rendre visible ces contributions plurielles africaines. Comment ont-ils transmis leurs langues, puis comment ont-ils participé à leur organisation méthodique ? Pourquoi sont-ils entrés dans ces échanges autour des langues ? Avaient-ils conscience de prendre part à une entreprise de description linguistique ? Comment se sont-ils saisis des outils qu’ils ont contribué à produire ?

S’intéresser à l’historicité des savoirs sur les langues africaines

Dans le cadre de mon post-doctorat au CAK, je m’intéresse au travail linguistique dans une mission évangéliste allemande (la mission de Neukirchen), qui s’est installée sur la côte nord de l’actuel Kenya entre 1886 et 1939. J’étudie les conditions matérielles et intellectuelles des contacts autour des langues : des rencontres formelles ont existé, avec des « leçons » régulières et individuelles données par des érudits musulmans swahili. D’autres contacts, bien moins ritualisés, se présentent sous la forme des interactions quotidiennes dans la mission avec des locutrices et locuteurs locales. De plus, quand les missionnaires passent du statut d’apprenant à celui d’enseignant, l’école missionnaire apparait comme un lieu particulièrement important dans l’entreprise de connaissance des langues. Les élèves apprennent à lire dans leur propre langue à partir de traductions impulsées par les religieux. Ces jeunes gens participent ainsi à améliorer des versions basiques. À plus long terme, l’enjeu de la recherche est d’élargir le spectre à d’autres missions chrétiennes (catholiques, anglicanes) de la côte est-africaine dans une perspective croisée et comparée. De façon plus générale, il s’agit de s’intéresser à l’historicité des savoirs sur les langues africaines à travers les pratiques savantes ordinaires et quotidiennes, afin d’interroger les rapports de domination à l’œuvre dans ces processus de co-production.

Le sharif Abdallah et le missionnaire allemand Ferdinand Würtz ou la mise en scène de la transmission des langues dans la revue mensuelle de la mission de Neukirchen / Der Missions- und Heidenbote, n° XV, 1893, p. 257.

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Cette formule renvoie à une littérature que je suis en train de m’approprier. Ayant une formation en histoire de l’Afrique, mon parcours s’ouvre et s’enrichit avec l’histoire des sciences. Les travaux de Bruno Latour et ceux de Christian Jacob sont particulièrement stimulants et me donnent des outils théoriques pour travailler sur ma propre sensibilité face aux archives : l’analyse des pratiques et des gestes dans leurs aspects quotidiens, ordinaires et répétitifs. Mes recherches sur les langues se prêtent bien à des analyses de ce type : quoi de plus nécessaire que la répétition et la régularité dans une entreprise d’apprentissage des langues, puis de recherche de leur organisation savante ? Grâce à leurs enseignants africains, les missionnaires collectent le vocabulaire, les tournures de phrase, vérifient leurs usages, demandent validation. Cela se fait sur un temps long, avec une certaine lenteur, où se mêlent les hésitations (les ratures et les gribouillages sur les carnets des missionnaires en témoignent), les sentiments d’échec et parfois de joie après avoir terminé un travail de longue haleine. Ainsi, cette formule sur la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien » s’applique bien à la réflexion que je mène à propos de mes acteurs.

Trouver l’équilibre entre différents moments

En tant que chercheurs, nous retrouvons aussi ces différentes phases entre temps d’attente et temps d’accélération. Il existe des moments de « recherche pure », ce sont ceux de la lecture des sources, des idées qui pointent sans forcer, qui se combinent avec des phases de réflexion et de mise en ordre. Ces idées, qui n’étaient qu’hypothèses portées par quelque chose d’instinctif, commencent à prendre la forme d’arguments bien étoffés. Il y a aussi le temps des restitutions ou comment essayer de rendre intelligibles les multiples aspects qui composent un sujet. Il y a également le temps des candidatures, qui implique de voir son projet sous un nouvel angle en cherchant presque à le vendre. Tout l’enjeu est de trouver un équilibre entre ces différents moments qui, s’ils sont bien articulés, viennent s’enrichir mutuellement.


Pour en savoir plus > Fiche de présentation des travaux de Clélia Coret sur le site du CAK


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.