3 questions à… Jean-Christophe Coffin (Université Paris 8)

Jean-Christophe Coffin est maître de conférences en histoire de la psychiatrie de l’enfant et de l’éducation spéciale au Département de sciences de l’éducation de l’Université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis et membre associé au Centre Alexandre-Koyré. Il travaille sur les « savoirs psy » analysés du point de vue de l’historien.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

Mon champ de recherche porte sur la psychiatrie et la production savante élaborée par les psychiatres au cours des XIXe et XXe siècles. Lorsque j’ai commencé, il était essentiel de restituer l’histoire de la psychiatrie en passant par l’autorité de Michel Foucault. Je n’étais pas très convaincu que ce dispositif était souhaité par ce dernier car je ne trouvais rien dans ses textes qui puissent faire penser que là était son projet. J’ai donc développé une histoire historienne de la psychiatrie pour paraphraser une ancienne figure du Centre Alexandre-Koyré, Jacques Roger. Cela signifiait dans un premier temps faire une sorte de pas de côté par rapport à ceux qui assénaient des vérités sur la psychiatrie à partir de leur lecture de Foucault et à ceux, du côté des psy’, qui confondaient la démarche historienne avec l’illusion rétrospective. Sensible aux analyses des (rares) historiens de la médecine, tels que Jacques Léonard, je me suis largement détaché de l’idée que la psychiatrie puisse être une machination de l’ordre social pour m’intéresser à la machinerie. En d’autres termes, étudier le fonctionnement de cette discipline médicale qui fait bien plus de bruit que nombre d’autres savoirs médicaux.

Jacques Léonard, La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Aubier, 1981

Prendre la psychiatrie au sérieux

Pour mener cette entreprise, je me suis efforcé de prendre la psychiatrie au sérieux et d’éviter deux attitudes assez courantes : soit la traiter comme un objet de moqueries et de rires, soit sacraliser sa parole. Autrement dit, ni donner aux quolibets du XIXe siècle une légitimité implicite, ni placer le savoir du psychiatre sur un piédestal. J’ai essayé en revanche d’en saisir les logiques, ce qui nécessitait par exemple de s’approcher au plus près de ce que Lucien Bonnafé, psychiatre lui-même, appelait le « personnage » du psychiatre1. Enfin, face à la parole de celui-ci, j’attache une grande valeur à ce qu’existe une parole d’historien sur la psychiatrie et plus largement sur les « savoirs psy » incluant ici la psychologie ou les concepts fondamentaux de l’approche psychanalytique. Il était important pour moi, et cela demeure vrai encore aujourd’hui, de comprendre le métier et l’exercice du psychiatre avant de porter des jugements.

À force d’explorer les parcours de tel ou tel praticien, j’ai découvert une certaine complexité que je n’avais pas nécessairement envisagée dès le départ. Tout d’abord, on s’aperçoit que le psychiatre n’est pas toujours blotti au sein de l’hôpital. C’est un homme – car pendant plusieurs longues décennies ce sont en effet des hommes – qui participe à la vie savante au travers du développement des congrès à partir de la fin du XIXe siècle, et qui progressivement au XXe siècle devient un expert sur un nombre croissant de sujets : l’organisation des soins, l’éducation de l’enfant, la différence des sexes, la sexualité… sans tout de même oublier les troubles mentaux !

Jean-Christophe Coffin, La transmission de la folie, Paris, L’Harmattan, 2003

Le psychiatre est également un médecin inscrit dans les circuits étatiques alors que la plupart de ses confrères vantent les mérites de la médecine dite libérale. Cela ouvre par conséquent de nombreuses voies à l’historien pour mener son travail. On peut en effet entremêler différentes approches du point de vue de l’histoire sociale, intellectuelle ou à partir du genre qui se révèle un outil particulièrement approprié pour mettre en lumière des aspects déterminants des discours et des pratiques issus des sciences du psychisme. Enfin, l’étude du savoir psy est fondamentale à établir car elle présente des caractéristiques particulières. Les professionnels de la psychiatrie empruntent à la médecine mais certains regardent en même temps du côté de la génétique, de la philosophie ou plus récemment de l’anthropologie voire de la sociologie. Le savoir psy peut être par conséquent le produit d’une connaissance multiforme et il m’apparaît depuis longtemps comme un « savoir bricolé ».

Saisir la diversité d’une discipline

J’ai donc eu à cœur de saisir la diversité d’une discipline en étant notamment attentif aux phénomènes de débats, de controverses tout comme à la circulation des concepts et des notions qui scandent la vie savante de la psychiatrie. Je me suis, par exemple, intéressé à la figure d’Henri Ey, car c’est un personnage tout à fait passionnant à étudier pour se repérer dans le fonctionnement de la psychiatrie bien qu’il incarne une certaine pratique psychiatrique, plus tout à fait en usage désormais.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Je m’efforce de tenir le programme de recherche que j’ai organisé une fois recruté sans pour autant refuser des projets élaborés avec des collègues. Après m’être fortement intéressé aux processus de construction et de fabrication du savoir psychiatrique, je travaille maintenant sur les critiques durables dont il a été l’objet, ainsi qu’aux processus de déconstruction et aux tentatives de reconstruction et rénovation théorique portées par plusieurs des acteurs et actrices de la profession psy. J’ai ainsi déplacé mon attention sur la période des années 1960-1980 même si je continue de penser qu’il faut connaître la psychiatrie sur sa longue durée.

Je travaille actuellement sur les processus d’identité sexuelle chez l’enfant à partir de psychiatres / psychanalystes et de psychologues (Robert Stoller, Richard Green ou encore Evelyn Hooker) qui se sont intéressés dans les années 1960 à la vaste catégorie des déviations sexuelles dans laquelle se retrouvaient notamment les personnes transsexuelles ou homosexuelles, et celles s’adonnant aux pratiques de travestissement. Pour qualifier ces auteurs, je dirais qu’ils apparaissent de plus en plus embarrassés par cette notion de déviation sexuelle. Je m’intéresse donc au travail critique qu’ils mettent en place et aux nouvelles interprétations qu’ils tentent d’élaborer. D’une certaine manière, ils répondent à un souhait formulé par exemple par l’essayiste français Daniel Guérin2 qui appelait de ses vœux la construction d’un savoir sur les sexualités avec l’espoir qu’il serait un travail sur les pratiques sexuelles plutôt que sur les normes de comportement sexuel.

Écouter la parole de celles et ceux dont il est question

Mon travail de recherche s’intéresse aux psychiatres sans pour autant négliger une autre parole, celle des personnes dont il est question. J’ai d’autant plus adopté cette manière de procéder que c’est à mon sens un des moteurs de l’évolution des psychiatres que j’analyse. C’est bien en écoutant la parole de celles et ceux vus comme des inadaptés, sans pour autant les considérer comme tels, qu’un processus de réinterprétation se met en place. Cette entreprise s’inscrit dans une recherche plus générale sur les critiques de la psychiatre. Je souhaite en effet mettre en perspective ce travail de déconstruction de la catégorie des déviations sexuelles et celui que mènent d’autres psychiatres comme Franco Basaglia en Italie, sensiblement au même moment, autour de la fabrication de la catégorie « maladie mentale »3).

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Cela m’évoque une bonne partie du travail de recherche que je mène puisqu’il est m’est arrivé plusieurs fois de dire ou d’écrire que j’ai pour objectif d’étudier le psychiatre au travail, dans son quotidien en somme. Cela m’évoque également la nécessité pour le chercheur de réfléchir à ses propres pratiques de recherches et à observer la manière, souvent après coup, dont nous organisons nos travaux et comment s’initient nos recherches. Enfin cette formule m’invite à préciser qu’une recherche « telle qu’elle se fait au quotidien » n’est pas une recherche qui se fait quotidiennement. Il faut évidemment se dégager du temps et je dois avouer qu’une des manières pour moi d’y parvenir est de choisir des terrains de moins en moins proches de mon lieu d’activité professionnelle. Au-delà de cet aspect qui nécessite des financements conséquents, se placer dans un autre pays, dans d’autres types d’archives, c’est commencer le voyage dans le temps, préalable majeur à toute recherche historienne.

Faire venir le terrain à soi, tel qu’il est

J’ai aussi pris l’habitude de me rendre sur les lieux que je rencontre dans mes corpus. J’ai commencé par la visite d’hôpitaux psychiatriques dont certains ont gardé le cachet asilaire tel qu’il fut décrit dans des travaux désormais classiques. Je me souviens m’être demandé lorsque j’ai visité l’ancien hôpital psychiatrique de la ville de Trieste en Italie comment un édifice aussi superbe, entouré d’un parc avec une vue imprenable sur la Méditerranée, pouvait avoir été établi avec des intentions mauvaises !  Si l’histoire orale que j’ai un peu mobilisée nous confronte avec la mémoire, j’avoue une appétence pour une sorte de discussion intime avec les lieux et les espaces fréquentés par les personnes dont je reconstitue le parcours et analyse la production scientifique.

Conceptions de la folie, pratiques de la psychiatrie, Perpignan, Les cahiers Henri Ey, 2008

Je me suis aperçu que des psys sur lequel je travaille procédaient de manière quelque peu semblable dans les années 1960. Pour produire une parole renouvelée sur des comportements présentés comme pervers ou mentalement inadaptés, ils allaient à la rencontre des lieux fréquentés par ces personnes. Evelyn Hooker, qui cherchait à savoir s’il y avait vraiment une personnalité homosexuelle, a précisément mené une sorte d’enquête ethnographique des bars pour une clientèle exclusivement masculine de Los Angeles avant de devenir une des pionnières des études psychologiques sur le monde gay des années 19704.  En d’autres termes, faire venir le terrain à soi, tel qu’il est. Le laisser « parler » en quelque sorte.

Un mélange d’obsession et de passion

Pour faire une bonne recherche, c’est-à-dire celle que l’on a à cœur de défendre, il faut laisser la surprise et le plaisir s’insérer dans les interstices du quotidien. Ce n’est pas l’aridité ou la difficulté qui façonne la recherche,  même si franchir des obstacles fait partie du job, mais je crois que ce qui prévaut dans le travail du chercheur, c’est un mélange d’obsession et de passion. Et tant que ces états sont régulés par le principe de réalité, il n’y a pas lieu de s’inquiéter !


Pour en savoir plus > Fiche de présentation des travaux de Jean-Christophe Coffin sur le site du CAK

 

  1. Lucien Bonnafé, « Le personnage du psychiatre. Étude méthodologique », L’Evolution psychiatrique, 1948, n°3. []
  2. Daniel Guérin, Kinsey et la sexualité, Paris, Julliard, 1957 []
  3. Franco Basaglia, Che cosa è la psichiatria ? , Turin, Einaudi, 1973 (1967) []
  4. Evelyn Hooker, “The homosexual community”, Proceedings of the XIV International Congress of Applied Psychology, Copenhagen, Munksgaard Press, 1962. Une version différente (parue en 1965) mais accessible en français se trouve dans : Evelyn Hooker, « Les homosexuels masculins et leurs ‘mondes’ », Genre sexualité, société hors série, n°1, 2011. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.