Passeport pour la science ouverte. Guide pratique à l’usage de tou·te·s

Passeport pour la science ouverte

Fruit du travail des membres du Collège Compétences et formation du Comité pour la science ouverte et des collègues de l’Université de Lille, le Passeport pour la science ouverte. Guide pratique à l’usage des doctorants vient de paraître. Ce petit guide vert de 40 pages propose une série de bonnes pratiques et d’outils. Il est destiné à être diffusé dans les écoles doctorales (20 000 exemplaires brochés) et est d’ores et déjà disponible sur le site Ouvrir la Science, sous licence Creative Commons CC BY-SA 4.0 : https://www.ouvrirlascience.fr/passeport-pour-la-science-ouverte-guide-pratique-a-lusage-des-doctorants/.

Que trouve-t-on dans ce guide ?

Composé de trois parties, d’un vade-mecum (« Agir dès maintenant », p. 34), de ressources et d’un utile glossaire, le Passeport pour la science ouverte a vocation à donner des clés à chacun·e, s’adressant à l’ensemble des champs disciplinaires. En cela, il constitue une référence permettant de partager un vocabulaire commun pour l’ensemble des personnels de la recherche. Chaque partie signale des outils (de manière non-exhaustive) et est émaillée d’expérience de terrain. Bénéficiant d’une mise en page soignée (le design graphique a été confié à deux agences de création, Studio 4 minutes 34 et Studio Lendroit.com), la lecture de ce guide s’en trouve d’autant plus agréable.

La première partie, « Concevoir sa démarche scientifique de manière ouverte » (8 pages), présente les bonnes pratiques à mettre en œuvre dès le début d’un travail scientifique. Dans le guide, il s’agit de la thèse mais ces pratiques sont transposables à tout travail de recherche, du mémoire à l’HDR, aussi bien qu’à la réalisation d’édition de résultats de la recherche (article, note de synthèse, monographie, etc.).

Un premier chapitre, « Utiliser des ressources librement accessibles », incite à accéder et réutiliser les contenus scientifiques en accès ouvert en expliquant le principe des licences Creative Commons. Des exemples de ressources sont indiqués, telles les plateformes de revues comme OpenEdition Journals dans le domaine des sciences humaines et sociales, les archives ouvertes (à l’exemple de HAL, l’archive ouverte pluridisciplinaire), les plateformes de prépublications (Repec en économie) ou encore des entrepôts de données et des moteurs de recherche spécialisés.

Le second chapitre invite à « Prévoir la gestion des données » dès l’origine du projet. Pourquoi et comment gérer les données de recherche, telles sont les questions abordées dans ces pages. Une liste de ce que doit contenir un plan de gestion de données (type de données, stockage et archivage, aspects juridiques, etc.) vient clore ce point.

Le dernier chapitre, intitulé « Travailler de manière reproductible : pour soi, pour les autres » explique comment assurer transparence et traçabilité dans ses travaux de recherche, les avantages d’une telle démarche et comment la mettre en pratique. Il distille des conseils sur la gestion des références bibliographiques via des outils de gestion dédiés tels Zotero, l’organisation des données, fichiers et dossiers (conventions de nommage, arborescences, etc.) et l’automatisation des tâches récurrentes.

La deuxième partie, « Diffuser sa recherche », la plus conséquente (12 pages), présente les différentes modalités existantes permettant la diffusion de ses publications en accès ouvert c’est-à-dire de façon immédiate, gratuite et pérenne (premier chapitre). Pour ce qui concerne la publication dans une revue, un focus est fait sur les frais de publication (avec – modèle APC – et sans – modèle Freemium) ainsi que sur les revues hybrides (double paiement) et les éditeurs prédateurs. Un second point détaille le dépôt dans une archive ouverte et présente clairement les différentes versions d’un article susceptible d’y être déposé (préprint, version acceptée pour publication, PDF éditeur). Enfin, un dernier point, et non des moindres, précise les droits conservés et ceux qui peuvent être cédés à la conclusion d’un contrat d’édition. Ce focus contient également une explication des possibilités offertes par la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016.

Le second chapitre est entièrement consacré à « Rendre sa thèse librement accessible ». Il détaille, sur quatre pages, les étapes du dépôt et les avantages de la diffusion en accès ouvert, s’appuyant sur le retour d’expérience d’une jeune chercheuse en géoarchéologie.

Le dernier chapitre, « Ouvrir les données de recherche », précise les raisons pour lesquelles les données doivent être « aussi ouvertes que possible, aussi fermées que nécessaire » (p. 25). Que ce soit pour une recherche partagée et transparente ou pour répondre à une obligation légale, les principes FAIR (Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables et Réutilisables) sont hautement recommandés pour toute production scientifique. La question du choix de l’entrepôt de données est ici abordée tout comme la publication dans les data papers.

Enfin, la dernière partie, consacrée à l’après-thèse, permet de « rejoindre le mouvement ». Elle fait le point sur l’engagement de la France ces dernières années dans le mouvement de la science ouverte : Loi pour une République numérique de 2016, Plan national pour la science ouverte de 2018, politiques et chartes de science ouverte au niveau des universités (Sorbonne Université, Université Toulouse – Jean Jaurès) ou encore la feuille de route du CNRS et les obligations relatives à l’ANR tant au niveau de la mise à disposition en accès immédiat des articles que du plan de gestion des données. Elle évoque également ce qui existe au niveau européen tels que le programme de financement Horizon Europe (suite du programme Horizon 2020), le Plan S qui entrera également en vigueur en janvier 2021 et le label HR Excellence in Research (HRS4R), attribué par la Commission européenne, qui conditionne l’obtention de financements européens.

Le dernier chapitre propose d’interroger les pratiques d’évaluation notamment en réinventant l’évaluation par les pairs et en promouvant les pratiques d’Open Peer Review. Il incite également à éviter le recours à la bibliométrie (basé principalement sur le facteur d’impact des revues) pour évaluer les chercheurs et les chercheuses.

Un guide pour qui ?

Le Passeport pour la science ouverte, volontairement concis et précis, s’adresse en priorité aux jeunes chercheurs et chercheuses préparant un projet de recherche à long terme. Il sera assurément utile également à l’ensemble de la communauté scientifique puisqu’il est conçu pour accompagner à chaque étape du parcours de recherche, de l’élaboration de la démarche scientifique jusqu’à la diffusion des résultats.

Si ce livret est une excellente manière d’accompagner les doctorant·e·s dans leur projet, il me semble qu’il gagnerait – pour une V2 ? – à préciser davantage que la recherche est un lieu collectif réunissant chercheurs et chercheuses mais également personnel d’accompagnement de la recherche. Ainsi, ce ne sont pas uniquement « les chercheurs qui, à travers leurs engagements et leurs pratiques, incarnent et font vivre la science ouverte » (Préambule, p. 3) mais aussi les personnels en charge des ressources documentaires et scientifiques ou encore les professionnel·le·s de l’édition, pour citer celles et ceux qui se trouvent mentionné·e·s sous le vocable englobant de « bibliothèque » (p. 18, 22, 34) ou « éditeur » (p. 23) – et encore, il est fait ici référence à l’éditeur en tant que maison d’édition externe – dans ce guide. De la même manière, l’absence de mention des presses universitaires et autres structures éditoriales publiques, notamment dans la deuxième partie, est regrettable. Dans les universités et les laboratoires de recherche, des professionnel·le·s de l’édition, quand il y en a, sont tout aussi susceptibles d’accompagner les chercheurs et chercheuses sur le chemin de la science ouverte. Intégrer davantage cet aspect collectif de la recherche dans la prochaine version du guide serait, à mon sens, un excellent moyen de renforcer la collaboration entre chercheurs, chercheuses et personnel d’accompagnement de la recherche. La science n’en serait que plus ouverte.


Auteur/autrice : Céline Barthonnat

Éditrice Centre Alexandre-Koyré - UMR 8560 EHESS / CNRS / MNHN 27 rue Damesme 75013 PARIS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.