3 questions à… Marcos Camolezi

Marcos Camolezi est docteur en philosophie. Il vient d’achever son post-doctorat au Centre Alexandre-Koyré (1er octobre 2020 – 30 septembre 2021), dans le cadre du projet intitulé L’invention française de « la technique », 1933-1948 (LabEx HASTEC, EPHE).

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

J’ai été amené à interroger « la technique » et à la traiter comme une espèce toute particulière de causalité dans le cadre de mes recherches doctorales1. Actuellement, en travaillant avec Mme Liliane Hilaire-Pérez, je m’intéresse à l’histoire de l’idée de « la technique », bien au-delà du domaine philosophique, en envisageant la production de philosophes (Bergson, Canguilhem),  historiens (Febvre, Bloch), sociologues (Mauss, Friedmann),  anthropologues (Haudricourt, Leroi-Gourhan), sans les hiérarchiser.

En parlant de « la technique » plutôt que de « technique », mon intention est de situer historiquement cette idée. En effet, « la technique » nous situe d’emblée dans le contexte francophone contemporain : le moment historique, la sémantique et la morphologie sont intégrés. L’emploi de l’expression « la technique » nous permet ainsi d’écarter le mot « technique » d’autres mots et concepts auxquels il est souvent associé, comme ceux de technè et de technologie, qui ont chacun une naissance et une histoire. Mon objectif est donc de traiter « la technique » comme une idée qui émerge dans la culture intellectuelle française à un moment donné, en l’occurrence autour de 1900, et qui reflète des transformations culturelles très vastes telle la différenciation du concept d’art qui a eu lieu tout au long du XIXe siècle.

Pour pouvoir affirmer avec la plus grande certitude possible que « la technique » renvoie au contexte francophone qui se forme à partir de la fin du XIXe siècle, j’ai fait une étude exhaustive des dictionnaires français, anglais et allemands en essayant de montrer l’origine des substantifs « technique », « technics » et « Technik » dans la lexicographie. Cette étude paraîtra dans la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, n° 15, fin 2021. Elle  permet de repérer la triple émergence de ces substantifs ainsi que l’évolution de leurs emplois suivant la façon dont ceux-ci étaient préconisés par les dictionnaires. Bien que certains auteurs français du XIXe siècle utilisent précocement le substantif féminin non pas comme une « technique de » (à l’instar des emplois courants au XIXe siècle) mais comme « la technique », ce n’est qu’à partir de la Première Guerre mondiale que la forme « la technique » est reconnue dans la lexicographie et s’intègre effectivement au milieu scolaire et universitaire en France. Cela nous permet à la fois de rectifier l’histoire du mot, qui était très souvent assimilée à son étymologie, et d’étayer l’hypothèse centrale de ma recherche : le mot « technique » (et tous ses cognats modernes) et le concept « la technique » sont des inventions relativement récentes. Nous n’avons pas reçu le mot des Anciens, ce sont plutôt les auteurs à l’origine des sciences humaines qui en inventent les racines anciennes en même temps qu’ils définissent « la technique » comme une activité humaine de transformation du milieu au début du XXe siècle.

Bulletin de la Société française de Philosophie
Le substantif féminin « technique » a reçu une acception véritablement différente de « Science » (Complément du Dictionnaire de l’Académie française, 1842) et d’« ensemble des procédés d’un art » (Littré, 1869) dans le Bulletin de la Société française de philosophie (n° 20, 1921), qui livrait des fascicules du Vocabulaire technique et critique de la philosophie, dirigé par André Lalande.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Actuellement, je m’occupe de l’édition d’un recueil de textes de Bergson consacrés à la technique qui paraîtra aux Presses des Mines l’année prochaine. Cette édition présentera une introduction qui reprendra certaines idées que j’ai développées dans ma thèse et les prolongera à la lumière des travaux qui voient le jour dans le domaine de l’histoire et de la philosophie des techniques.

Je mène aussi une recherche sur l’ingénieur, inventeur et ancien professeur du Collège de France, Étienne Œhmichen (1884-1955), qui s’est consacré au problème que l’on appelle aujourd’hui le biomimétisme. Le premier résultat de cette recherche est la présentation que j’ai faite à l’atelier « Vie et technique ».

At last but not least, je viens tout juste d’être sélectionné pour un poste de chargé d’études à l’École normale supérieure (République des savoirs | USR 3608 et Fondation Michel Serres de l’Institut de France). Je suis ravi de la perspective de participer au dépouillement des archives de Michel Serres et à la consultation d’autres sources documentaires afin, d’une part, d’enrichir et de compléter la documentation biographique et bibliographique du philosophe et, d’autre part, de proposer des textes inédits à intégrer à l’édition des Œuvres complètes. Celles-ci sont éditées aux Éditions Le Pommier sous la direction de Bernadette Bensaude-Vincent, Roland Schaer et Frédéric Worms.

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Les chercheurs en sciences humaines mènent le plus souvent une vie en position assise et rivée sur les écrans. L’année 2020-2021 a été une période atypique qui a renforcé ces caractéristiques. Cela dit, j’essaie de dynamiser mon quotidien en me rendant dans des bibliothèques et des centres d’archives, notamment le CAPHÉS, afin d’intégrer des aspects matériels à mon activité de chercheur. La gestuelle de la recherche archivistique me semble indissociable d’un rite : exhumation, accès matériellement médiatisé à des pensées, pensées en train de se faire, respect pour des vies et des histoires que l’on aide à éterniser.

1 . Thèse intitulée La causalité chez Henri Bergson : formation d’une pensée au contact des sciences expérimentales, soutenue en 2017.


Pour en savoir plus : fiche de présentation de Marcos Camolezi sur le site du CAK.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.