Entretien avec Huiyi Wu, historienne des sciences

Portrait Huiyi Wu

Huiyi Wu, historienne des sciences, est chargée de recherche au CNRS et au Centre Alexandre-Koyré depuis le 1er février 2021. Elle s’intéresse particulièrement à la circulation des savoirs entre la Chine et l’Europe entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

Mon parcours

J’ai grandi et passé mon baccalauréat en Chine, avant de venir en France faire mes études universitaires. Passionnée de langues, j’ai d’abord suivi une formation professionnelle de traductrice-interprète. Mais comme beaucoup de scientifiques devenus historiens des sciences, l’exercice d’un métier a suscité mon intérêt sur l’histoire de celui-ci : j’ai donc entrepris une thèse d’histoire à l’Université Paris-Diderot (en co-tutelle avec l’Istituto Italiano di Scienze Umane de Florence) consacrée aux œuvres de traduction des missionnaires jésuites français en Chine au début du XVIIIe siècle (thèse publiée en 2017 et intitulée Traduire la Chine au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion). J’y propose un examen de la contribution de sources chinoises à la formation des savoirs européens sur la Chine et plus largement une réflexion sur la fonction de l’écrit comme moyens de savoirs dans des situations de contacts transculturels.

Ce projet doctoral m’a amenée à l’histoire des sciences et à l’histoire naturelle en particulier, car des missionnaires, en correspondance avec l’Académie des Sciences, le Jardin du Roi et d’autres institutions savantes, avaient fait de nombreuses traductions d’« herbiers » chinois. Que signifie, pour une naturaliste, de connaître le monde naturel de la Chine par le biais des livres des chinois ? Comment traitait-on la taxonomie chinoise, à l’époque pré-linnéenne où aucun régime de classification ne s’était encore imposé de façon durable en France ? Comment les missionnaires (et d’autres voyageurs laïcs) collaboraient avec des détenteurs de savoirs chinois ? Comment ces enquêtes naturalistes de français en Chine au XVIIIe siècle s’inscrivent-elles dans un double contexte d’expansion impériale, celle de l’expansion coloniale de France d’Outre-mer et celle de l’empire chinois vers l’Asie centrale ?… J’ai continué à explorer ces questions pendant mes années de post-doc (2013-2020) au Needham Research Institute à Cambridge, institut spécialisé en histoire des sciences d’Asie orientale et j’attends vivement de poursuivre ces recherches au Centre Alexandre-Koyré.

Mes projets de recherche

Mes recherches, sur la circulation des savoirs entre la Chine et l’Europe entre le XVIe et le XVIIIe siècle, sont délibérément encyclopédiques, car les acteurs de l’époque sont eux-mêmes souvent à cheval entre plusieurs champs de savoirs distincts. Pour donner quelques exemples, mes plus récentes études ont porté sur les échanges de données cartographiques sur la Mer caspienne entre les jésuites français et la cour de Pékin ; la transmission de l’art italien d’illustration botanique en Chine ; les articles sur la Chine dans l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot… L’objectif général de mes recherches est de pluraliser le récit sur les interactions savantes sino-européennes : rendre compte de la pluralité des acteurs (missionnaires et commerçants européens, lettrés et artisans chinois, aristocrates mandchous, diplomates russes…), des supports physiques de savoirs (non seulement des textes mais aussi des dessins, des cartes, des échantillons…) et des lieux géographiques (qui impliquent des métropoles comme Pékin et Paris, mais aussi de nombreuses localités insolites dans des périphéries de la Chine et de l’Europe).

Actuellement, je suis en train de collaborer avec Cristiano Ferraris et Caroline Noyes (Galerie de Minéralogie et de Géologie) pour étudier une collection de 78 minéraux chinois au Muséum qui avait été collectée à Macao dans les années 1720 par le médecin français Jacques François Vandermonde : une collection qui n’a guère été utilisée depuis son arrivée à Paris et qui a ainsi exceptionnellement conservé toutes ces étiquettes d’origine en papier de riz portant des noms de chaque minéral en chinois, voire une rarissime copie de journal chinois de l’époque qui a servi d’emballage !

Entretien réalisé par le Département Homme & Environnement du Muséum national d’Histoire naturelle (octobre 2021), à retrouver en intégralité ici : H&E_Portrait_Huiyi_Wu_CAK


Pour en savoir plus : Fiche de présentation de Huiyi Wu sur le site du CAK.


Auteur/autrice : Alice Jourdan

Chargée de communication et événements au Centre Alexandre-Koyré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search