3 questions à… Anaïs Mauuarin

Anaïs Mauuarin est docteure en histoire de l’art. Elle vient d’achever son post-doctorat au Centre Alexandre-Koyré (1er octobre 2020 – 30 septembre 2021), dans le cadre du projet intitulé Manières de voir et façons d’agencer. La photothèque du Laboratoire d’anthropologie sociale (1960-1985) (LabEx HASTEC, EPHE).

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi les avoir choisies ?

Depuis mes années de thèse, je m’intéresse à l’histoire de la photographie, et en particulier au statut et à l’usage de ces images dans les sciences humaines. L’intérêt pour ces questions est né d’un travail de master à l’Université Bordeaux III Michel Montaigne, qui portait sur un fonds de plusieurs milliers de photographies conservées au Musée d’Aquitaine : les clichés de Georges Duchemin, un ethnologue africaniste, passé par l’Institut d’Ethnologie de Paris, qui a longtemps travaillé pour l’Institut français d’Afrique noire (devenu depuis 1966 l’Institut fondamental d’Afrique noire, basé à Dakar). Au cours de ma formation en histoire de l’art, on avait pu me conseiller de partir d’un corpus d’objets bien concrets pour mener une recherche, en s’intéressant déjà à leur matérialité. Mon intérêt pour la photographie se couplait à un intérêt pour l’anthropologie et les relations de domination, à la suite notamment d’une exposition que j’avais pu voir quelques années plus tôt, montrant des plaques de verre prises par Désiré Charnay (Le Yucatan est ailleurs, Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 2007). Cet explorateur et archéologue est connu pour ses photographies de monuments et de ruines, mais ce sont surtout les quelques portraits anthropométriques exposés qui m’avaient interpellée. Je n’avais encore jamais vu de telles images, et leur effet d’objectivation était profondément dérangeant. J’ai croisé au même moment les travaux de l’ACHAC (Association Connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine), et notamment l’ouvrage L’Autre et Nous. Scènes et types issu d’un colloque qui s’était tenu en 1995, et qui était l’un des rares à questionner ce genre d’images. Je cherchais un corpus qui me permette de prolonger cet intérêt et ces questions, et je découvrais au musée d’Aquitaine le fonds Duchemin. Cet ensemble soulevait la question du rôle des photographies dans les rapports de domination en situation coloniale, en Afrique de l’Ouest en particulier, articulé à celle du rôle des images dans la construction des savoirs.

Affiche de l’exposition “Le Yucatan est ailleurs. Expéditions photographiques de Désiré Charnay”, Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 2007

Comme souvent, cette première recherche a soulevé plus de questions qu’elle n’a apporté de réponses. Mes principaux repères bibliographiques étaient les travaux menés par Elizabeth Edwards, qui éclairaient essentiellement les rapports entre l’anthropologie et la photographie dans la seconde moitié du XIXe siècle, et dans un contexte anglophone. Je comprenais mal à quoi répondait le geste photographique de Georges Duchemin, à quel point il était, ou non, isolé, et quels en étaient les objectifs. Ces questions ont nourri mon projet de thèse1, que j’ai pu mener grâce à l’obtention d’un contrat doctoral à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Dans L’ethnologie à l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France, 1930-1960, dont une version remaniée va paraître sous peu aux Presses universitaires de Strasbourg, j’ai essayé de dresser un panorama du statut (changeant) qu’avait la photographie dans l’ethnologie française au cours de cette période et du rapport ambivalent que cette discipline a eu à l’image. J’ai pu y montrer que le geste de Duchemin participe d’une dynamique visuelle qui traverse l’ethnologie depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950 au moins, impulsée depuis les musées en particulier (Musée d’Ethnographie du Trocadéro puis Musée de l’Homme). Dans ce cadre, il s’agissait à la fois de prolonger, par l’accumulation des prises de vue et la mise en place de techniques documentaires, le « paradigme de la collecte » hérité des sciences naturelles du siècle précédent, mais également de se doter d’une forme de capital visuel monnayable sur un marché des images – notamment coloniales et exotiques – en plein essor. Sans l’avoir anticipé, l’enjeu économique est apparu central dans la compréhension de l’attachement de cette science aux images.

Couverture de Anaïs Mauuarin, “L’Ethnologie à l’épreuve des images. Photographie et ethnologie (1930-1950)”, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg

Les travaux que j’ai menés à la suite de cela, dans le cadre du post-doc offert par le LabEx Hastec au cours duquel j’ai été rattachée au CAK (octobre 2020 – septembre 2021), venaient prolonger une partie de ces questions, en ouvrant les bornes chronologiques au-delà des années 1950, et en visant à amorcer une plus profonde réflexion sur la question des collections de photographies et des photothèques dans les sciences humaines. C’est notamment la place des photographies au sein du Laboratoire d’anthropologie sociale, fondé en 1960 par Claude Lévi-Strauss, que j’envisageais de mieux cerner.

 

Comme beaucoup d’entre nous, cela dit, je n’ai pas pu bénéficier de conditions de recherche optimales pour mener mes recherches ; les archives du laboratoire sont notamment restées inaccessibles durant le temps de mon post-doc pour des raisons de déménagement, qui avait inévitablement et malheureusement pris du retard. J’ai ainsi déplacé mon terrain de recherche vers les années 1980-2000, en m’appuyant sur la parole de certaines actrices de l’époque pour comprendre le processus de patrimonialisation des photographies du laboratoire. Cela m’a permis de mieux cerner une partie de l’histoire des photographies de ce laboratoire, mais j’espère toutefois pouvoir revenir sur la période antérieure à l’occasion d’une nouvelle recherche.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

J’ai la chance d’avoir décroché un autre contrat pour cinq ans à la suite de l’année de post-doc passée au CAK, en Belgique cette fois. J’ai été recrutée dans le cadre d’un projet portant sur la collection de photographies des Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles, en tant que chargée de cette collection d’une part, et Assistant Professor et chercheuse à l’Université de Gand d’autre part. Ce cadre va m’offrir la possibilité de prolonger une de mes questions de recherche, portant sur l’histoire des dynamiques de collecte, de gestion et de traitement des ensembles photographiques dans les institutions scientifiques et culturelles, liée à celle de la documentation et qu’incarne notamment le développement des photothèques depuis la fin du XIXe siècle. C’est une question sur laquelle nous échangeons régulièrement avec quelques collègues. Elle devrait sans doute être abordée a minima à une échelle européenne, et avec une perspective chronologique qui court jusqu’aux années 1960 au moins. Dans cette histoire, une attention aux enjeux économiques des images et de leur gestion semble nécessaire, et elle pourra bénéficier des échanges fructueux auxquels a donné lieu la double journée d’étude L’Économie des images en sciences, que Laureline Meizel, Elsa De Smet et moi-même avons organisé en octobre dernier, avec un grand soutien du CAK et l’aide d’Alice Jourdan, de Jean-Paul Théologidès et de Mélanie Fourmon en particulier.

Parallèlement, je suis très heureuse de participer à un projet qui est tout juste en train de se lancer, photIFAN. Des sciences coloniales au patrimoine africain : cartographier et réévaluer la constellation photographique de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN). Le projet, que je porte avec Charlotte Bigg (CAK) et Carine Peltier-Caroff (Musée du quai Branly-Jacques Chirac), en collaboration avec plusieurs partenaires institutionnels et scientifiques, a reçu un soutien financier du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux (région Île-de-France) qui a permis le recrutement d’une collègue, Julie Cayla, sur un contrat post-doctoral. L’objectif premier de ce projet est de répertorier les fonds photographiques liés à l’IFAN, qui sont aujourd’hui dispersés entre la France et l’Afrique de l’Ouest. Cette idée vient à la suite du travail que j’ai fait sur l’histoire de la photographie à l’IFAN, et du constat de la présence de certains fonds en France liés à la politique scientifique de cette institution (dont une partie du fonds Duchemin au Musée d’Aquitaine). L’enquête est à poursuivre pour cerner l’étendue des corpus, qui concernent autant les sciences humaines que naturelles, et elle semble pouvoir être très fructueuse. Le projet comporte aussi un versant humanités numériques, et il s’attachera en outre à penser les enjeux contemporains de ces images, qui peuvent certes contribuer à l’écriture d’une histoire des sciences coloniales, mais qui s’apparentent aussi à un patrimoine pour les sociétés qu’elles représentent. En cela, le projet s’insère dans une réflexion plus globale sur les enjeux postcoloniaux des patrimoines.

Georges Duchemin, Classeur Sénégal Dakar, page 21, 1943. Musée d’Aquitaine (Bordeaux), Fonds Duchemin

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Comme dans le projet photIFAN, c’est sans doute le travail collectif et les échanges que cela permet que je trouve particulièrement stimulant pour la recherche. J’en fais également l’expérience au sein du comité de rédaction de la revue Photographica, où je trouve un lieu de discussion particulièrement serein et fécond. Mais plus précisément, à propos de la pratique de la recherche au quotidien, je songe au dernier ouvrage de Jean-François Bert et Jérôme Lamy, Voir les Savoirs. Lieux, objets et gestes de la science (Anamosa, 2021), qui propose de rentrer dans les coulisses du travail scientifique et de l’historiciser. J’y suis assez sensible, aussi parce qu’au-delà de l’enjeu épistémologique, cela invite inévitablement à se demander comment nous-mêmes nous agissons en tant que chercheurs, comment les lieux nous façonnent (nous pensons évidemment à la salle recherche de la BnF, que certains adulent et d’autres détestent), comment classons-nous (ou simplement stockons-nous) nos livres (numériques), gardons-nous nos brouillons, comment gérons-nous tous ces aspects face aux injonctions à la mobilité, etc. Il y aurait sans doute de quoi réfléchir longuement à ces questions.

Couverture de la revue Photographica, n°3, octobre 2021

Cela dit, de façon plus pragmatique, cette question m’évoque aussi et surtout, les conditions de précarité dans lesquelles nous sommes bien trop nombreuses et nombreux à tenter de faire de la recherche au quotidien. Je suis pour ma part « tirée d’affaire » pour quelques années, mais il me semble bien clair, pour l’avoir expérimenté, que tenter de conduire une recherche satisfaisante au quotidien en ne bénéficiant que de contrats courts ou temporaires (quand on a la chance de bénéficier d’un contrat, et d’un contrat dans la recherche), et malgré toute la bienveillance des collègues et les efforts des laboratoires pour nous accueillir, est décidément compliqué. Disons que, durant ces phases, la multiplication des idées de recherches à mener pour tenter de décrocher un financement peut avoir un bref effet exaltant, voire euphorisant, mais il me semble que cela produit surtout une sorte de trouble de l’identité professionnelle ou scientifique. Des collègues sociologues ont sans doute déjà enquêté sur ces phénomènes. Je perçois bien sûr cela chez les jeunes chercheuses et chercheurs dont je suis, mais je redoute en réalité que ces effets de projection, où on imagine ce que pourrait être une recherche sans avoir jamais nécessairement les moyens de la mener, ne se retrouvent chez les collègues titulaires et ne cessent d’imprégner à plus long terme nos manières de travailler.

1 . Thèse intitulée L’Ethnologie à l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France, 1930-1960, soutenue en 2018


Pour en savoir plus : fiche de présentation de Anaïs Mauuarin sur le site du CAK.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.