3 questions à… Serge Reubi (MNHN)

Serge Reubi est maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN). Il a rejoint le Centre Alexandre-Koyré en octobre 2018.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

Je suis spécialisé dans l’histoire des sciences humaines et sociales du XXe siècle que j’ai abordée à travers deux prismes. D’une part j’explore les sciences humaines que je prends pour objet à travers les institutions qui les portent : selon la formule consacrée, elles attestent de l’intérêt pour un domaine d’étude à une période et en un lieu donnés, et elles permettent et contribuent à la production de savoirs. Elles donnent à voir la production des savoirs scientifiques comme des opérations complexes, denses, qui soulèvent à la fois des enjeux culturels, politiques, économiques, financiers, et parfois même scientifiques ! D’autre part, je me suis intéressé aux pratiques scientifiques et, prenant pour cas d’étude des sciences de terrain comme l’ethnographie, j’ai travaillé sur les pratiques de terrain, et en particulier les pratiques de collecte. J’appréhende ce volet de l’activité scientifique de manière aussi inclusive que possible, comme je le fais pour les institutions, soit en faisant recours tout à la fois à l’histoire des voyages, des transports, des loisirs et du tourisme, à l’histoire économique et à l’histoire des sciences.

Cet intérêt pour l’activité scientifique complexe et multidimensionnelle ne me vient pas de lectures, mais de ma première rencontre il y a plus de quinze ans avec un historien des sciences qui achevait une biographie d’un préhistorien et m’avait certifié que les sciences constituaient un objet extraordinaire puisqu’à travers elles, pour peu qu’on ne se concentre pas sur une simple histoire des idées désincarnées, on peut tout étudier d’une période ou d’un lieu, de l’histoire des idées à celle des régimes politiques, des entreprises ou de la vie privée. Bien sûr, depuis, j’ai compris que l’histoire des sciences n’était pas la seule à pouvoir se nourrir d’une telle perspective, mais je suis resté fidèle à ce premier objet.

Si je continue à m’intéresser à ces questions à travers l’étude de l’ethnographie et de l’anthropologie, j’ai, depuis dix ans, multiplié mes objets de recherche, par exemple en réfléchissant aux catégories supra-disciplinaires d’organisation de la recherche, comme « sciences humaines » par exemple, mais aussi en travaillant sur l’histoire de la géographie ou de l’archéologie, ou en identifiant les spécificités de l’historiographie des sciences humaines. Depuis cinq ans, dans la continuité de cet élargissement à d’autres objets disciplinaires, je travaille à un grand projet sur l’histoire des usages de la photographie aérienne dans les sciences sociales françaises de l’entre-deux-guerres[1], dans lequel j’examine la circulation des savoirs entre mondes savants et profanes, et entre sciences civiles et militaires, et la place centrale importante des mondes coloniaux dans le développement des savoirs scientifiques des sciences humaines.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

À côté du projet sur la photographie aérienne que je viens de mentionner, je souhaite revenir à mes vieilles amours et reprendre le dossier de l’histoire des collections. Dans cette perspective, j’ai été recruté sur un projet qui porte sur les femmes collectionneuses et leurs pratiques de collecte dans le cadre du Muséum entre le dernier quart du XIXe siècle et le dernier quart du XXe siècle, projet qui se place au croisement de l’histoire des pratiques scientifiques, des musées, des femmes en science, des amateurs ou encore des pratiques de loisirs : la description dense, comme l’écrivait Clifford Geertz, reste donc de mise. J’y vise plusieurs objectifs : il s’agit bien entendu de mettre en lumière un pan marginalisé de l’activité scientifique comme la collecte et de nourrir les recherches de provenance. Mais il doit surtout servir à mesurer l’ampleur et à dresser un inventaire des femmes collectionneuses et de leurs pratiques de collecte ; à connaître la nature des pratiques féminines de collecte et mesurer les effets des structures institutionnelles et symboliques genrées sur celles-ci ; à s’interroger sur l’existence d’une spécificité de ces pratiques, à savoir si les acteurs et les actrices pensent que les collections féminines produisent un savoir spécifique ou commun et à explorer à nouveaux frais la question de l’épistémologie du point de vue. Enfin, comme l’a signalé Robert Kohler [2]il y a une dizaine d’années, les pratiques de collecte ont ceci d’intéressant qu’elles sont mises en œuvre tout à la fois dans les sciences dites naturelles que dans les sciences sociales et humaines. Examinées à travers le prisme des pratiques, on peut ainsi constituer un ensemble qui dépasse les divisions et répartitions disciplinaires traditionnelles, et repérer les continuités et permanences entre disciplines que l’historiographie a eu tendance à distinguer et à éloigner.

À côté de la mise en œuvre de cette enquête, je donnerai également des enseignements, tant dans le cadre de la spécialisation Muséologie, sciences, cultures et sociétés du Muséum que dans la mention Histoires des sciences, technologies, sociétés de l’EHESS. J’espère pouvoir contribuer, à travers des enseignements communs, à rapprocher les questionnements muséologiques et ceux de l’histoire des sciences, ainsi qu’à lier davantage ces deux institutions.

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

J’ai le sentiment qu’il s’agit d’une démarche qui présente au moins deux avantages. D’une part, elle permet aux chercheur·e·s qui acceptent de jouer le jeu d’adopter une posture réflexive sur leurs propres parcours. D’autre part, la démarche permet de faire comprendre, au-delà de nos milieux relativement restreints, ce que signifie faire de l’histoire (de la sociologie, de l’anthropologie ou de la philosophie) : contrairement aux zoologues ou aux médecins dont certaines figures et parfois leurs pratiques sont connues du grand public, nos métiers restent assez obscurs pour la plupart des gens. Dans la même perspective, cela permet de démystifier la recherche. Cela étant, il ne faut pas être ingénu et se demander qui sont les lecteurs et lectrices des blogs scientifiques – le plus souvent des collègues, des étudiant·e·s ou des organismes de financement de la recherche, mais peu de profanes.

Par ailleurs, je ne suis pas dupe des vertus respectives de cette réflexivité et de cette démystification, qui permettraient, enfin, de voir les choses comme elles sont, puisqu’il est probable qu’on ne dévoile probablement rien en montrant la science en train de se faire : au mieux, peut-être, on remplace un récit par un autre. Que l’on parle de manière romantique du Génie de tel ou tel savant ou que l’on évoque, de façon plus matérielle, la recherche de financements ou l’organisation de l’espace du laboratoire, ce qui est dit n’est jamais qu’une sélection et une mise en scène. À ce titre, j’ai parfois peur que le syntagme « recherche en train de se faire » puisse bien n’être qu’une manière de parler sans le dire du passé wie es eigentlich gewesen ist[3] et, pour cette raison, je nourris une certaine défiance face à ce genre de propos. Et, pourtant, je les mets en œuvre comme méthode dans mes propres activités de recherche et n’ai toujours pas résolu cette contradiction.

Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux de Serge Reubi sur le site du CAK

[1] Serge Reubi, « Un outil de la paix ? La photographie aérienne, la Grande guerre et les sciences sociales (1915-1939) », Revue d’histoire des sciences humaines, 33, 2018 (à paraître).

[2] Chimiste et historien des sciences, professeur à l’Université de Pennsylvanie (département d’histoire et sociologie).

[3] « ce qui s’est réellement passé », Leopold von Ranke (historien, 1795 – 1886)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.