Éloge du CAKtus

Le Centre Alexandre-Koyré (CAK) a 60 ans et plus de 120 membres : statutaires, associé·e·s, partenaires, honoraires et correspondant·e·s, doctorant·e·s et postdoctorant·e·s, émérites. Il héberge trois revues scientifiques (Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, Histoire, médecine et santé, et Revue d’histoire des sciences humaines) le fonds de sa bibliothèque compte quelque 30 000 documents, il accueille tous les ans une dizaine de chercheur·e·s étrangers, ses membres animent ou coaniment une trentaine de séminaires de recherche. Il est au cœur de la mention « Histoire des sciences, technologies, sociétés » du Master en Sciences sociales de l’EHESS , il est associé à deux LabEx (HASTEC, « Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances » et SITES, « Sciences, innovation et techniques en société ») ses échanges et ses collaborations sont nombreux avec des partenaires en France, en Europe et dans le reste du monde. Il a un site web , un compte Twitter, et une lettre d’information mensuelle. Il a aussi, désormais, le blog que voici.

Ce carnet, qui vise à refléter la recherche « telle qu’elle se fait » au CAK, est complémentaire des autres supports et canaux de communication dont l’unité dispose. L’intérêt de sa création est en effet devenu évident au fur et à mesure du développement du site web, en parallèle avec la mise en place de la lettre d’information et l’ouverture du compte Twitter. À chaque support – à chaque genre, serait-on tenté de dire – sa forme, qui fixe les modes de présentation de son contenu et, jusqu’à un certain point, les limites de celui-ci. Ainsi les recherches en cours, la publication de matériaux qui sous-tendent ces recherches, des comptes rendus de séminaires, de colloques ou de lectures, des récits de missions de terrain, des entretiens avec des membres de l’équipe ou avec des collègues invité·e·s, étaient jusqu’à présent à l’extérieur de ces limites. Il en est de même pour des billets de veille, ou encore pour l’information et la réflexion sur l’organisation de la recherche, sur les enjeux de la diffusion scientifique, sur les mutations dans le paysage de la documentation et de l’édition, entre autres.

Or ce carnet ne se définit pas par exclusion, comme une publication où trouverait place ce qui ne pourrait pas l’avoir ailleurs. Il n’est pas non plus uniquement un outil de communication. Il s’agit surtout d’un lieu de mise en évidence et en commun des voies et des manières par lesquelles le travail intellectuel « se fait », encore une fois, au CAK.
Il importe ici de rappeler, si besoin était, que ce travail concerne l’ensemble des membres de l’unité, ce qui veut dire les chercheur·e·s, statutaires ou associé·e·s, doctorant·e·s, postdoctorant·e·s, mais aussi les collègues dont les métiers relèvent de ce qu’on a l’habitude de désigner comme l’accompagnement de la recherche. Ces collègues accompagnent, certes, mais participent aussi, en y apportant leurs compétences et leurs savoirs, à la recherche qui se fait et telle qu’elle se fait. Leurs contributions enrichiront donc ce carnet, partant ses lectrices et lecteurs.

Des textes (en français, mais aussi dans d’autres langues le cas échéant), des images , des archives sonores, des captations vidéo, viendront peupler, dans les jours, les semaines et les mois à venir, cet espace que l’on veut – c’est le pari – ouvert, rigoureux, lisible et intéressant.

CAKtus est en ligne. Soyez les bienvenu·e·s.

Rafael Mandressi, directeur du Centre Alexandre-Koyré

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.