3 questions à… Germain Meulemans (LabEx SITES)

Germain Meulemans est anthropologue postdoctorant au LabEx SITES et rattaché au CAK. Ses recherches portent actuellement sur l’étude des sols urbains, de leur histoire et transformation.

Pourriez-vous présenter votre parcours et vos thématiques de recherche ?

J’ai fait des études d’anthropologie à l’université de Liège en Belgique puis une thèse[1] en cotutelle entre l’université de Liège et l’université d’Aberdeen en Écosse. J’ai soutenu ma thèse en 2017, puis j’ai obtenu une bourse postdoctorale de l’Institut francilien Recherche Innovation Société (IFRIS) ; je suis affecté au CAK depuis janvier 2018 dans le cadre du LabEx SITES.

Il y a plusieurs façons d’aborder mes thématiques de recherche. Je pense que le plus simple est de parler de « sols », ce qui n’était pas au départ mon sujet de prédilection car j’avais travaillé auparavant sur des problèmes de rongeurs ravageurs de cultures. Je travaille sur les sols des villes, les sols urbains, et sur les gens qui s’intéressent à ces sols. Il est important de préciser que je suis anthropologue. Ce n’est pas exactement la même chose que d’être historien des sciences parce que je ne travaille pas sur des archives au départ, je fais plutôt de l’observation participante avec des méthodes ethnographiques et des interviews. Il s’agit de comprendre comment on produit les sols des villes, en suivant de près les pratiques qui font exister ces sols de telle ou telle manière.

« Est-ce que l’humain est un sixième facteur de formation du sol ? »

Le point de départ de mes recherches se situe en 2006, quand la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations) intègre à son système de classification des sols les sols fortement transformés par l’Homme, en plus de tous les types de sols dits « naturels » qui y étaient décrits jusqu’alors. Cette nouvelle catégorie, dite « technosols », décrit des sols très fortement modifiés par les activités humaines et comprend des environnements que l’on n’aurait jamais pensé appeler sols auparavant, comme les parkings, les voies de chemins de fer, etc. Des sols dans lesquels la biomasse ne va pas nécessairement se développer. Cela ne s’est pas fait ex nihilo, c’est le résultat d’études sur ces sols fortement anthropisés qui depuis plus longtemps génèrent toute une série de questionnements chez les pédologues (chercheurs spécialistes des sols et de leur formation). Est-ce que l’humain est un sixième facteur de formation du sol[2] ? Faut-il le prendre en compte comme n’importe quel autre organisme, où doit-on lui réserver un traitement spécifique ?

Pour moi, cela rejoignait la question de comment on peut, en tant qu’anthropologue ou sociologue, faire l’étude d’un milieu qui comprendrait des humains, plutôt que faire l’étude d’humains qui ont des représentations par rapport à un environnement. Les sols urbains ont obligé les pédologues à réfléchir à toute une série de choses assez nouvelles, à interroger les périmètres de leurs domaines d’études en se demandant s’il ne fallait pas les étendre aux pratiques humaines, et à poser la question de l’impact que des approches qui n’ont pas la même épistémologie, ni la même histoire, peuvent avoir sur leurs pratiques. On trouve des réflexions similaires dans d’autres champs scientifiques – la notion d’Anthropocène en est une illustration en géologie. Et cela se passe à un moment où les sciences humaines elles aussi se mettent à vouloir étudier ces socio-environnements ou des choses qui ne seraient pas strictement du domaine du social, ce qu’elles avaient l’habitude d’étudier auparavant, et à se redéfinir parfois en tant qu’humanités environnementales[3].

Cela venait aussi recouper un champ de questionnements qui était plus ancien et plus large : qu’est-ce que la construction – le fait de fabriquer quelque chose – fait à la connaissance et vice versa. L’une des questions de fond du projet Knowing from the Inside de Tim Ingold, auquel j’ai participé durant ma thèse, concernait l’analyse de la frontière floue qui existe entre savoir et faire, savoir et fabriquer. À Aberdeen, certains de mes collègues étudiaient le travail du bois, ou le travail de designers ou d’architectes, pour comprendre la relation entre le producteur, l’artisan, et le matériau qu’il ou elle travaille. Ces enquêtes ethnographiques auprès d’artisans tendent à montrer que la fabrication d’une chaise ou d’un objet ne consiste pas en l’incorporation d’un modèle dans un matériau passif, mais implique pour l’artisan de suivre le matériau. Dans mon cas, la question se posait par rapport aux écologues (chercheurs en écologie, l’étude des relations entre les organismes et leur milieu). À la base, l’écologie était plutôt une science descriptive, mais on a depuis les années 1980-1990, beaucoup d’écologues qui se mettent à fabriquer des écosystèmes pour mieux les connaître. Cela dépend un peu des contextes, mais, dans les cas français que j’ai étudiés, ces pratiques de construction d’écosystèmes ne relèvent pas d’une écologie appliquée au sens propre : ils ne s’agit pas d’écologues qui, ayant appris à décrire les écosystèmes, se feraient ensuite ingénieurs, avec pour but de recréer ces systèmes. Ces chercheurs vont plutôt créer un système pour l’étudier, comme une forme d’expérimentation. Ils le font en laboratoire mais aussi dans le « monde », non pas en re-construisant mais en construisant des sols, par exemple dans la ville ou sur des zones expérimentales.

Construire des sols pour comprendre la pédogenèse

En France, on a ceci de particulier que l’ingénierie écologique – le fait de fabriquer des systèmes – s’est imposée comme une manière privilégiée d’étudier ces sols anthropisés dont j’ai parlé plus haut. C’est en tout cas la solution qui a été proposée et qui s’est fortement développée comme une manière de faire de la recherche à ce sujet, une manière de poursuivre ces questions. Cette manière de faire de la recherche est liée à une tension en écologie, certains parlent même d’un basculement, entre une écologie des systèmes clos, et une écologie dite non-linéaire. Dans la première, on va étudier des écosystèmes qui vont tendre vers un climax, vers quelque chose d’assez stable. Ce sont des systèmes en général peu touchés par l’homme, puisque celui-ci est vu comme une perturbation. De l’autre côté, il existe une écologie non-linéaire, inspirée parfois des théories de la complexité, ou cette fois, les interventions humaines donnent lieu à des effets improbables qui vont être intéressants à étudier. C’est donc une façon de rebattre les cartes en écologie, en écologie des sols et en sciences du sol. Cela pose aussi différemment la question de comment on peut, ou comment on veut vivre avec les sols, à partir du moment où ils ne sont plus considérés comme quelque chose d’extérieur – une ressource naturelle – mais quelque chose dont le devenir est intrinsèquement lié à nos pratiques. Ce qui m’a frappé, c’est que les chercheurs qui s’emparent de ces questions posent directement la question de ce que fabriquer peut faire à la recherche, à la science des sols. C’est quelque chose qui résonne vraiment avec le travail des artisans sur lesquels certains de mes collègues travaillaient. Cette idée que l’on construit des sols pour comprendre la pédogenèse (le processus de formation d’un sol) et que, d’une certaine façon, on se laisse tirer par le matériau, on se laisse affecter par lui, cela change beaucoup de choses pour comprendre « comment une science fonctionne ». C’était très intéressant de faire cette thèse, entouré des gens qui ne travaillent ni sur les sols, ni sur l’écologie mais dont les questionnements, dans des contextes très différents, ont cependant suscité des liens très stimulants à explorer.

Mes enquêtes de terrain se sont principalement basées sur deux sites. Le premier à Homécourt, en Lorraine, où se situait une aciérie qui a connu ses heures de gloire dans les années 1960 puis qui a décliné jusqu’à fermer dans les années 1980. Elle a été rasée et l’idée pour les pouvoirs locaux était de redéployer le site, de faire tabula rasa et d’en faire une sorte de hub d’entreprises pour recréer de l’emploi local. Sauf que les sols étaient fortement pollués, ce qui a complètement perturbé leurs ambitions. C’est devenu une sorte de friche dont ils ne savaient pas quoi faire, jusqu’à ce qu’un partenariat soit conclu avec le laboratoire Sols et Environnements de l’université de Nancy, où des gens travaillaient sur les technosols, ces sols fortement transformés. Ils ont donc décidé de faire une expérience d’ingénierie écologique et de créer plusieurs sols totalement nouveaux sur cette zone et d’en observer le développement sur plusieurs années. J’ai fait plusieurs campagnes de terrain sur place, avec eux quand ils allaient faire des relevés sur le site, j’ai interviewé une partie des chercheurs là-bas pour essayer de comprendre un petit peu mieux ce qui les intéressait là-dedans.

« Les déchets comme face cachée de l’étalement des villes »

Parallèlement, j’ai effectué un autre terrain de recherche à Paris avec l’Institut d’écologie et des sciences environnementales (IEES) qui commençait à faire le même type d’expériences sur des buttes de déchets minéraux de ville, sur des déblais issus des chantiers de construction parisiens. Ce type d’expérience est à la fois intéressant pour les scientifiques, mais aussi pour des acteurs comme la société du Grand Paris ou des mairies, qui ont justement à gérer des déblais. En effet, les déchets minéraux représentent 64 % des déchets qui sont produits en Europe. Ce sont des déchets de construction, de démolition, de carrières… Ils servent souvent à combler d’anciennes carrières, des trous qui ont été faits pour diverses raisons et cela produit des buttes dans le paysage. C’est intéressant de penser la question de l’étalement urbain à partir de ces déchets, car c’est un peu la face cachée du développement des villes. Le problème, c’est qu’il y en a de plus en plus parce que Paris s’étend énormément et produit donc énormément de déchets. Ceux produits par la construction du Grand Paris seront de l’ordre de 45 millions de tonnes de déblais d’ici 2030, c’est gigantesque, et on ne sait pas où l’on va les mettre. Et donc, cette idée de construire du sol en les utilisant devient une sorte de fix it, de solution à ce problème de stockage. C’est ici que se croisent les scientifiques et les pouvoirs publics. Les premiers, partis sur une idée de reconstruire des écosystèmes pour en comprendre le développement, acceptent finalement de travailler pour les seconds, qui sont notamment une source de financements pour eux.

Cela contribue à transformer la manière dont on s’intéresse aux sols urbains, puisqu’une rhétorique des services écosystémiques se développe vis-à-vis d’eux. Cette notion de « services écosystémiques » prend de l’importance dans les années 2000 et consiste à dire que la nature peut être évaluée sur la base des services qu’elle rend à l’Homme. Pour le sol, on mentionne souvent des services tels que la filtration des eaux de pluie, la réduction des îlots de chaleur, le maintien de la biodiversité, etc. Ce qui m’intéresse ici, ce sont donc les manières dont se déploient ces recherches sur les sols construits dans toute une série de champs qui ne sont plus le milieu scientifique stricto sensu, ou la volonté de comprendre la pédogenèse.

C’est assez intéressant d’observer cela du point de vue d’une éthique environnementale, puisque les enjeux sont très différents entre les collectivités et les chercheurs qui explorent la pédogenèse et tentent de comprendre l’humain comme un être pédogénique. Les pédologues ne vont pas se poser ces questions d’un point de vue anthropologique mais le type de recherches qu’ils font, pose ces questions. Et c’est en cela que ça m’intéresse de les suivre, cela pose des questions théoriques qui sont aussi celles que l’on se pose en anthropologie, d’ordre ontologique. Réfléchir aux activités humaines, dans leur diversité, comme participant à la pédogenèse, c’est aussi réfléchir à la production par les humains et par d’autres espèces de leurs conditions de vie, ce qui est une des directions de l’anthropologie contemporaine[4].

Quels sont vos projets de recherche actuels et à venir ?

J’essaie actuellement d’explorer plus précisément trois dimensions relatives à ce que je viens d’évoquer.

D’abord cette question des déblais, de l’économie des déblais, de l’économie des déchets. Ce sont des thématiques déjà explorées, notamment par des chercheurs du CAK. Mais je souhaite travailler plus spécifiquement sur les déchets minéraux. Cela consiste à faire des interviews avec des personnes concernées par la question, notamment au sein du département de Seine-Saint-Denis, de la société du Grand Paris, des gestionnaires de décharges, mais aussi des gens qui s’opposent à l’extension de ces décharges.

Une autre piste est la question de la classification des sols. Cela implique d’aller faire des recherches dans les archives de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), de la FAO, puis de poursuivre avec des entretiens avec des personnes clés qui ont été impliquées en France mais aussi à l’international dans l’établissement de catégories servant à décrire les sols anthropogènes.

Le marché du matériau « sol »

Puis, le troisième élément, c’est essayer de comprendre comment une forme de marchandisation se met en place, c’est-à-dire comment les sols construits par ces ingénieurs écologues se transforment en produits qui peuvent être vendus. Cela implique d’aller enquêter auprès d’entreprises qui se développent, et c’est assez récent, autour du dépôt de brevets de recettes de sols, de la construction et de l’exportation de sols. Il y a là tout un marché du matériau « sol » qui se met en place, et qui vise à remplacer, ou complémenter celui de la « terre végétale » – la terre arable, une terre fertile assez anonyme, dont on ne connaît jamais vraiment l’origine. En fait, dans la plupart des cas, cette terre vient d’un champ qui a été mis en construction. Ces sols construits sont donc présentés comme une alternative qui permet d’utiliser un matériau produit à base de déchets au lieu d’aller miner la terre ailleurs.

Parallèlement, j’ai un terrain de recherche avec des jardiniers urbains qui essayent eux aussi de construire du sol, justement pour ne pas utiliser de la terre végétale. Et si leur point de départ peut être parfois similaire à celui des chercheurs, ou à celui de promoteurs des sols construits, ils n’ont en revanche pas du tout les mêmes méthodes, ni les mêmes intérêts. C’est une prolongation de ce que j’ai commencé à explorer durant ma thèse.

Enfin, j’essaie de profiter de mon passage au CAK – un centre plutôt porté sur l’histoire des sciences et techniques – pour voir comment on s’intéressait, ou pourquoi on ne s’intéressait pas, aux sols urbains auparavant. Cette histoire est liée à celle de l’urbanisation, notamment de Paris, du mouvement hygiéniste, de ces deux derniers siècles, et au développement de surfaces imperméables partout en ville. Aujourd’hui c’est de l’asphalte, autrefois c’était les pavés mais on a vraiment essayé de séparer ville et sols d’une façon très matérielle. C’est un peu ce qui a permis l’émergence de grandes figures de la modernité, comme le flâneur baudelairien, qui peut marcher tranquillement en ville sans craindre de glisser dans une flaque de boue.

Ce carnet se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait », la recherche au quotidien. Qu’est-ce que cela vous évoque et comment percevez-vous votre façon de faire de la recherche ?

Les transformations sur lesquelles je travaille me semblent importantes et sont des questions qui dépassent largement le monde académique. En tant qu’anthropologue, je pense qu’on est au contact des gens et de leurs questionnements, et en ce sens, faire de la recherche c’est reprendre ces questionnements, les prolonger, en ayant le temps de le faire avec un bagage différent. C’est aussi opérer une certaine montée en généralité et comprendre les continuités avec d’autres champs d’investigation. J’étudie l’ingénierie écologique des sols non pas uniquement pour parler d’ingénierie écologique des sols mais parce que je pense que cela touche à des questions beaucoup plus larges touchant aux manières dont on peut se rendre attentifs aux environnements que l’on habite. C’est comme ça que je vois mon rôle de chercheur.

« Multiplier les manières de penser avec les sols »

Dans un second temps se pose la question de faire retour, d’arriver à parler de ces recherches en dehors du monde académique. Les pistes que j’ai explorées pour l’instant, en plus de quelques publications à destination d’un lectorat élargi, ont été de participer à des ateliers dans des lycées et à des expositions. Je suis impliqué dans un groupe art et sciences qui rassemble des écologues, des anthropologues et des artistes, au sein duquel on prolonge beaucoup de questions qui, pour moi, étaient au départ des questions de recherche dans un contexte assez différent. Pour autant, produire une installation n’est pas juste une façon d’externaliser la recherche ou de parler au public. C’est aussi une façon de prolonger cette idée de « fabriquer pour comprendre », de travailler avec des contraintes différentes qui obligent à prendre en compte d’autres dimensions, et donc de multiplier les manières de penser avec les sols.


Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux de Germain Meulemans sur le site du CAK

[1] The lure of pedogenesis. An anthropological foray into making urban soils in contemporary France, PhD Thesis, Aberdeen, University of Aberdeen/Liège, University of Liège, 2017.

[2] Les cinq autres étant le climat, la topographie, le matériau parent, les organismes et le temps.

[3] Voir à ce sujet Guillaume Blanc, Élise Demeulenaere et Wolf Feuerhahn (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017.

[4] Voir par exemple Tim Ingold, Marcher avec les dragons, Paris, Seuil, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.