3 questions à… Emanuel Bertrand (ESPCI Paris)

Emanuel Bertrand est maître de conférences HDR à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (ESPCI Paris) et chercheur statutaire au Centre Alexandre-Koyré. Auparavant physicien, il travaille maintenant sur les interactions et dialogues entre sciences physiques et sciences humaines et sociales.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

Pour comprendre mes choix de thématiques de recherche, je pense qu’il faut tout d’abord évoquer mon parcours antérieur. J’ai suivi une formation initiale de physicien (et chimiste)[1] avant d’être recruté comme maître de conférences en physique dans une école d’ingénieurs (ESPCI Paris). Après une habilitation à diriger des recherches soutenues en 2007, c’est en 2009 que j’ai eu envie d’effectuer un changement radical et de partir vers des thématiques de sciences humaines et sociales (SHS), c’est-à-dire de ne plus pratiquer les sciences de la nature mais plutôt de réfléchir sur ces sciences.

Je dirais que j’étais, en quelque sorte, frustré d’être dans une communauté professionnelle qui pratique les sciences mais qui réfléchit très peu à pourquoi elle travaille sur tel sujet, pourquoi elle effectue telles recherches, pourquoi dans telle direction, etc. Je me sentais de ce fait un peu en décalage, car ces questions sur ce qui détermine la recherche en physique m’intéressaient presque plus que sa pratique. Au bout d’un moment, j’en ai donc tiré la conclusion que je me sentirais peut-être mieux du côté des sciences humaines et sociales et des gens qui réfléchissent à ce qu’implique l’insertion des sciences dans les sociétés, plutôt que de ceux qui font ces sciences. Je n’ai jamais regretté ce choix ! Peut-être que, d’un point de vue purement pragmatique, pour faire des recherches en sciences physiques, il ne faut pas trop se poser de questions sur pourquoi on les fait, parce que, sinon, on n’avance pas. Je dirais donc que ce qui, dans mon domaine actuel, peut constituer un atout, cette posture de réflexivité, peut à l’inverse se révéler être un handicap pour progresser en tant que chercheur dans les sciences de la nature.

Échanges et circulations entre sciences de la nature et SHS

Mes thématiques de recherche, certainement influencées par mon propre parcours, se sont justement tournées vers les échanges et les circulations entre, d’un côté, les sciences de la nature (souvent dites « sciences dures »), et, d’un autre côté, les sciences humaines et sociales : les passerelles qu’il pourrait y avoir entre elles, en quoi les unes peuvent se nourrir des autres, leurs interactions, ou ce qui peut émerger comme connaissances à l’interface entre ces deux grands continents. On peut donc dire que mon objet de recherche originel est l’histoire très contemporaine de l’interdisciplinarité, c’est à dire depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. J’essaye de comprendre comment s’opère, en pratique, dans les discours et en théorie, l’interdisciplinarité, comment celle-ci est mise en avant, promue, défendue et aussi mise en œuvre, à la fois au sein des sciences de la nature mais aussi entre sciences de la nature et sciences humaines et sociales.

Je m’intéresse par exemple aux réflexions philosophiques ou sociologiques des physiciens, la façon dont ils s’interrogent sur les apports et conséquences que leurs recherches en sciences de la nature peuvent avoir sur la compréhension et l’appréhension du social, de la culture ou des sciences humaines et sociales. Autrement dit, l’importation de concepts, d’idées ou de façons de penser des sciences de la nature vers les sciences humaines et sociales. Il s’agit d’historiciser ces échanges, de voir à quelles périodes ils se déroulent, quels en sont les effets et pourquoi. Les physiciens auxquels je m’intéresse ont donc décidé de réfléchir à ce qui dans leurs pratiques et résultats pouvait être mobilisable en sciences humaines et sociales, tout en restant des chercheurs en sciences de la nature. Il s’agit de physiciens qui ont essayé d’avoir cette double dimension dans leurs activités professionnelles. De mon côté, sans le revendiquer comme une source de légitimité, il me semble parfois que le fait d’avoir pratiqué les sciences de la nature, d’avoir fait de la physique, m’évite certaines erreurs d’interprétation. Cela ne veut évidemment pas dire que c’est un prérequis, la grande majorité des historiens des sciences que je fréquente, ou que je lis, n’ont pas fait de sciences de la nature et proposent pourtant des analyses passionnantes et particulièrement pertinentes.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Je suis en train de terminer une enquête entamée il y a maintenant deux ou trois ans sur le cas précis d’Ilya Prigogine, physicien théoricien belge, prix Nobel de chimie en 1977, et de sa collaboration avec la philosophe des sciences belge Isabelle Stengers qui avait débouché en 1979 sur un ouvrage intitulé La nouvelle alliance. Métamorphose de la science. Je m’intéresse à la genèse de cet écrit, aux retombées de ce travail conjoint entre un physicien et une philosophe, et surtout à sa réception, ce qu’il a pu susciter comme débats et controverses dans différents milieux professionnels, aussi bien en sciences dures qu’en SHS[2].

« La guerre des sciences »

J’aimerais également, à moyen terme, revenir sur ce qu’on a souvent appelé « la guerre des sciences », un épisode qui a eu lieu entre 1995 et 1997, et que l’on a également désigné comme l’« affaire Sokal ». Tout a commencé par un canular du physicien américain Alan Sokal, qui a proposé un article fantaisiste, accepté et publié dans la revue de sociologie Social Text. Sokal a alors prétendu utiliser ce canular pour prouver que les critères d’acceptation des articles en SHS n’étaient pas pertinents. Un livre est ensuite sorti, co-écrit par Alan Sokal et Jean Bricmont (physicien belge), Impostures intellectuelles, présenté comme une critique des « imposteurs » en sciences humaines et sociales. J’aimerais revenir sur cet épisode durant lequel a eu lieu une sorte d’affrontement entre certains physiciens, se présentant comme les défenseurs des sciences de la nature et de la rationalité, et un certain nombre de chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales, ainsi mis au banc des accusés. Il me semble que cette « guerre des sciences » a été marquée par une profonde incompréhension mutuelle. C’était plus une incapacité à débattre qu’un véritable débat ou qu’une « guerre ». Je vois cet épisode comme une tentative d’intimidation et un refus de comprendre la position de la partie adverse. Avec ma double culture, il me semble que je pourrais revenir sur cette affaire en essayant de voir quels ont été les ressorts de cette absence de compréhension mutuelle, de cette impossibilité à se comprendre de la part de chercheurs croyant ne rien partager en commun. J’ai la sensation que des questions importantes n’ont pas été soulevées à cette époque : on en est resté à un combat presque épidermique, voire corporatiste, qui n’a pas permis d’aller au fond des sujets, pourtant intéressants, qui étaient tapis dans l’ombre.

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Cela m’évoque surtout le fait que mon quotidien professionnel est loin de se limiter à la recherche ! Pour moi cette question aurait pu être « qu’est-ce que la recherche et l’enseignement au quotidien ? ». J’ai en effet toujours tenu à marcher sur mes deux pieds d’enseignant-chercheur. En tant que maître de conférences, je considère que mon métier c’est autant de faire de la recherche que de transmettre des connaissances, des réflexions, des méthodologies. Enseigner, dans l’enseignement supérieur, c’est apprendre à débattre, apprendre le sens critique, apprendre à ne rien prendre pour argent comptant au prétexte que cela viendrait d’une autorité légitime, d’un « grand » chercheur, et à toujours pouvoir remettre en question toute pensée. Sans nécessairement en arriver à la conclusion que cette pensée n’est pas pertinente, il s’agit de ne considérer aucune pensée comme non critiquable par essence. C’est pour moi la plus grande leçon que l’on peut transmettre aux étudiants : leur apprendre à réfléchir par eux-mêmes et donc à potentiellement mettre en doute la pensée d’autrui.

Aider à aiguiser l’esprit critique

Pour en revenir à mon quotidien, ma journée professionnelle est divisée en au moins trois types d’activités différentes. La première, sans aucune hiérarchie dans l’ordre d’énumération, c’est celle de chercheur, la deuxième, c’est donc celle d’enseignant. La troisième activité concerne une zone qui n’est ni vraiment de l’enseignement, ni de la recherche, et qui s’articule autour de l’encadrement, de la politique pédagogique, de l’administration de l’enseignement et de la formation, et qui occupe aujourd’hui une grande partie de mon temps. Depuis février 2018, je suis, avec ma collègue du CAK Charlotte Bigg, co-responsable de la mention « Histoire des sciences, technologies, sociétés » du master en sciences humaines et sociales de l’EHESS. C’est une fonction passionnante mais très chronophage, qui exige d’y consacrer au moins une partie de son temps chaque jour. Mais j’estime que c’est aussi l’une des missions d’un enseignant-chercheur. Nous ne se sommes pas uniquement là pour transmettre des connaissances ou pour effectuer des recherches, mais également pour aider à l’administration et la gestion des formations, et faire en sorte que l’offre de formation soit enrichissante intellectuellement pour les étudiants, et leur permette de gagner en intelligibilité du monde. De mon point de vue, un enseignant c’est quelqu’un qui aide l’étudiant à devenir un citoyen accompli. Évidemment, il ne s’agit absolument pas de faire passer nos partis pris idéologiques, mais bien d’aider l’étudiant à aiguiser son esprit critique pour être un citoyen capable de faire des choix démocratiques, en pleine connaissance de cause et en sachant précisément ce qui détermine ses choix.

[1] Transitions de mouillage des alcanes sur l’eau : rôle des interactions entre interfaces, thèse soutenue en 2000.

[2] Emanuel Bertrand, « Apologie de la thermodynamique ou collaboration entre un physicien et une philosophe ? La Nouvelle alliance d’I. Prigogine et I. Stengers (1979) », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 30, p. 173-204 (2017).


Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux d’Emanuel Betrand sur le site du CAK


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.