Une plongée dans les Archives nationales de La Haye : entretien avec Aline Waltzing

Aline Waltzing est en quatrième année de doctorat au Centre Alexandre-Koyré (CAK). Elle prépare une thèse sur l’histoire des universités et de leur évaluation. En février dernier, elle s’est rendue une dizaine de jours aux Pays-Bas pour une dernière mission de recherche avant le dépôt de son manuscrit.

Dans un premier temps, pouvez-vous nous présenter vos thématiques de recherches ?

Je travaille sur l’évaluation des universités en Europe depuis les années 1980, et plus précisément sur des cas d’étude concrets nationaux en France et aux Pays-Bas où des institutions ont été créées en 1985. Celles-ci visaient à évaluer les universités en tant qu’établissements et leurs activités d’enseignement et de recherche.

J’ai commencé en deuxième année de master à travailler sur ces thématiques dans le cadre d’un groupe de recherche collectif avec des étudiants et des doctorants néerlandais et français[1]. C’est mon directeur de master, qui est maintenant mon directeur de thèse, Dominique Pestre (EHESS, CAK) qui m’a proposé de participer à ce groupe. J’étais un peu « l’historienne de service » ! J’ai repris l’idée de m’intéresser à l’histoire de ces dispositifs, qu’à l’époque on étudiait plutôt de manière sociologique et anthropologique, afin d’analyser comment se passe aujourd’hui l’évaluation de la recherche.

Aline Waltzing devant les « lignes de temps » retracées pour ses cas d’étude. Photo : Anabel Vazquez

Quel était l’objectif de cette mission ?

Lors de mes précédentes missions aux Pays-Bas, en 2014 et 2016, je me suis rendue aux Archives nationales de La Haye pour consulter les archives de l’association des universités néerlandaises, l’institution qui évaluait les universités dans les années 1980-1990. Un inventaire n’explicite pas toujours ce qu’il contient en détail, d’autant plus que je ne maîtrise pas parfaitement le néerlandais. C’était plutôt du défrichage : aller « en archives » et voir ce que l’on peut y trouver. C’était donc, entre guillemets, une perte de temps énorme, un travail qui n’était pas très ciblé.

Étant plus avancée dans le processus de ma thèse, j’ai eu le grand avantage cette fois-ci d’avoir pu très bien préparer cette mission. Jusque-là, je contactais des chercheurs pour m’aider ponctuellement par mail. Cela a eu un effet boule de neige, ce qui fait qu’après quatre années de thèse, on sait un peu plus où on va, les gens vous ont déjà aiguillé vers d’autres personnes, d’autres archives, d’autres sources, d’autres textes.

Avant mon départ, j’avais au préalable identifié les chercheurs qui travaillent sur mon sujet aux Pays-Bas et je les ai contactés par mail. Cela a évidemment pris du temps, mais j’ai eu des réponses positives de toutes ces personnes. J’ai donc passé la majeure partie de mon temps sur place à rencontrer les gens, parler de mes recherches, leur poser des questions, ce qui est d’une richesse incroyable. Je n’avais jamais fait ça auparavant et j’ai compris plein de choses, c’est franchement la meilleure mission que j’ai pu faire.

Mon objectif était essentiellement de boucher les trous dans ma trame narrative

Pourquoi avoir entrepris cette mission, que pouvait-elle vous apporter ?

Plusieurs choses. Outre la rencontre avec tous ces gens, je savais qu’il y avait des documents aux Archives nationales de La Haye que je n’avais pas encore consultés. Très concrètement, c’était par exemple les listes des membres de l’association des universités néerlandaises. Cela m’a permis de faire un travail prosopographique à ce sujet que je n’avais pas encore pu réaliser.

Plus généralement, j’avais déjà une trame narrative sur ce cas d’étude avec des trous ou des choses que je ne comprenais pas. Par exemple, on me disait qu’il y avait eu à une période donnée des coupes budgétaires mais je ne comprenais pas pourquoi, quels effets cela avait eus sur les universités, ou encore pourquoi en 1985 les présidents d’université avaient décidé de s’associer et de s’évaluer. Il me manquait des éléments de contexte, des cadres. De la littérature existe évidemment à ce propos, mais c’est extrêmement utile de parler avec les personnes qui connaissent le sujet. Mon objectif était donc essentiellement de boucher les trous dans ma trame narrative et je suis rentrée avec l’impression d’avoir tout compris !

Concrètement, comment cela s’est passé sur place ?

Les archives se trouvent toutes à La Haye, aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale. Une partie de mes « témoins historiques » et les personnes que je souhaitais rencontrer y sont également basées. Les rencontres se sont faites sur leur lieu de travail, dans des bibliothèques, des cafés, chez eux… Les deux villes étant assez proches, je me suis aussi rendue à Amsterdam pour deux jours pour différents rendez-vous.

Qui sont les gens que vous avez rencontrés ?

Des sociologues, des historiens, des gens de sciences politiques dont j’avais identifié les publications ou dont j’avais déjà appris l’existence lors de ma participation au groupe de recherche collectif franco-néerlandais durant ma seconde année de master. J’avais plus de facilités pour prendre contact avec certains chercheurs. J’ai également contacté deux personnes qui sont des « témoins de l’histoire », c’est-à-dire des personnes qui travaillaient pour l’association des universités néerlandaises.

Les gens sont souvent contents d’avoir un historien qui « fait » leur histoire

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces « témoins de l’histoire » que vous évoquez ?

Il s’agit de personnes qui ont travaillé dans des institutions d’évaluation du monde universitaire. L’un est chercheur lui-même. Il a mené une équipe d’évaluation de la recherche et a, entre autres, défini des protocoles de ce processus dans les années 1990. L’autre personne a une formation académique mais n’est pas chercheur, il est devenu administrateur très tôt. C’est lui qui a inventé le système d’évaluation dans les années 1980. C’est quelqu’un qui a maintenant plus de 70 ans, et il était ravi de pouvoir s’exprimer sur ce sujet. C’est un peu l’œuvre de sa vie.

En général, on me dit que c’est un sujet intéressant, « c’est bien que vous fassiez ça parce que c’est une histoire importante ! ». J’ai l’impression que les gens sont souvent contents d’avoir un historien qui « fait » leur histoire.

Vos recherches portent sur la France et les Pays-Bas mais vous êtes exclusivement basée à Paris. Comment organisez-vous votre travail entre les deux pays ?

C’est assez particulier car la plupart des gens qui travaillent sur deux pays sont en cotutelle et passent donc beaucoup de temps des deux côtés, peut-être pour une plus forte immersion. J’ai pris l’habitude pour des raisons organisationnelles, et évidemment financières, de faire des missions « éclair ». Ces dix jours ont donc été très intenses mais cela a très bien marché.

Propos recueillis par Marlon Aprosio, Céline Barthonnat et Anabel Vazquez (mai 2018)

Illustration : Ingang van het Nationaal Archief in Den Haag, Maurits90, 2010, domaine public

Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux d’Aline Waltzing sur le site du CAK

[1] « The Value of Science », think tank initié par l’Université de Nijmegen, en collaboration avec le CAK, ayant donné lieu à la publication d’un rapport à l’attention du Rathenau Instituut, organe de conseil auprès du gouvernement néerlandais en matière de politiques scientifiques [NDLR].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.