3 questions à… Elsa De Smet (IRIS-OCAV / PSL)

Elsa De Smet est post-doctorante au Centre Alexandre-Koyré, dans le cadre du projet « Origines et conditions d’apparition de la vie » (IRIS OCAV-PSL). Docteure en histoire de l’art depuis 2016, elle poursuit une investigation de l’histoire de l’astronomie par le biais des images produites à des fins de popularisation. Voir l’Espace – Astronomie et science populaire illustrée (1840–1969), ouvrage tiré de sa thèse, vient de paraître aux Presses universitaires de Strasbourg dans la collection « Cultures visuelles ».

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

Au croisement de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art et de l’histoire des sciences, mon travail s’inscrit dans la culture visuelle et les études visuelles. Après avoir suivi une formation académique et plutôt classique en histoire de l’art, à l’École du Louvre d’abord, puis à la Sorbonne – Paris IV, j’ai commencé à aborder les images d’un point de vue plus anthropologique à partir de mes années de Master. Cela ne s’est pas fait sans mal car il a fallu presque déconstruire la définition que j’avais de l’art et du rôle des images. En histoire de l’art, on aborde souvent les œuvres d’un point de vue iconographique et esthétique. C’est un peu moins vrai quand on se confronte, comme moi, à la période contemporaine, puisque l’art y circule au-delà des institutions religieuses ou politiques et commence à chercher à se réconcilier avec les arts et traditions populaires. Il n’empêche que l’histoire de l’art traditionnelle regarde rarement de manière directe les productions visuelles d’une société, pour s’interroger sur ce que ces dernières nous disent de l’histoire, sans en être périphérique.

Regarder l’aventure spatiale par le prisme des images

À partir de mes années de master, j’ai voulu interroger les images qui nourrissent l’imaginaire d’artistes de l’époque contemporaine qui sont nombreux à questionner le cosmos et l’espace (de Malevitch et Kandinsky à Klein et Rauschenberg) ou à reprendre des motifs bien ancrés dans la culture visuelle de l’aventure spatiale au XXe siècle (Pierre Huyghe, Mathieu Briand). Dans un premier temps, il fallait donc quitter les œuvres d’art pour comprendre ce qui les avait nourries… en fait je n’y suis jamais revenue ! De fait, en amorçant mes recherches documentaires, ma route a croisé celle de l’illustration du début du XXe siècle, des pulps magazines américains et des Astronomies populaires européennes. Je constituais un corpus d’images dont j’avais le sentiment qu’il me narguait tant je ne savais pas quoi en faire puisqu’il n’était pas question de les considérer comme des œuvres d’art ni comme de simples ornements.

Pierre Huyghe, After ALife Ahead, installation dans le cadre de la Münster’s Skulptur Projekte, 2017 (Photo : Stéphane333, Flickr)

L’idée de ma thèse est née un peu plus tard et se concentre sur l’idée de regarder l’aventure spatiale occidentale du XXe siècle par le prisme des images. Ces dernières semblent toutes tombées dans une sorte de culture populaire partagée, chacun d’entre nous a en tête un paysage lunaire, la fusée de Tintin ou les pas sautillants d’un astronaute sur un sol extraterrestre. Chacun d’entre nous connaît le silence de 2001, l’Odyssée de l’Espace de Stanley Kubrick en 1968, autant que l’œil de la Lune transpercé par l’obus du Voyage dans la Lune de Georges Méliès (1902). Pourtant, personne ne sait d’où viennent ces images et quelles histoires les relient, sur quels motifs ou références elles s’appuient et pourquoi elles sont tombées de manière si évidente dans notre imaginaire commun et dans l’image que nous nous sommes forgés du mythe de l’aventure spatiale. Intuitivement, on comprend bien que c’est la contamination, la répétition, presque le matraquage des mêmes images au sein des industries culturelles, qui a fait leur succès mais personne ne se demande comment et par quels acteurs ces images sont devenues si efficaces et tant de fois reprises. Enfin, il s’agit d’images qui sont souvent convoquées pour expliquer une période d’un point de vue propagandiste, politique, industriel ou même culturel, mais elles ne sont jamais regardées pour elles-mêmes, rarement interrogées sur ce qui les constitue et pour les paradigmes qui ont guidé leur élaboration. Pourtant, elles portent souvent des marqueurs de l’histoire de la représentation et c’est ce qui les rend si efficaces : depuis 1849 par exemple, le clair de Terre – la Terre vue depuis la Lune – est convoquée dans les illustrations pour familiariser le grand public avec ce sol extraterrestre par analogie avec notre habitude visuelle du clair de Lune dans la peinture romantique.

De gauche à droite : Moreux Théophile (dit l’abbé Moreux), Un jour dans la lune, 1912, première de couverture / Brown Howard V., Science and Invention, août 1923, première de couverture

De telles images sont aussi les témoins privilégiés de l’histoire des sciences et des techniques ainsi que de la communication qui en est faite : plus les outils d’observation sont précis et plus les images le sont, de même qu’elles scénarisent les promesses d’un futur dans l’espace. Elles ont besoin de savoir et d’esthétique pour exister mais elles n’intéressent ni l’histoire des sciences ni l’histoire de l’art de manière directe. Je veux les prendre pour elles-mêmes, regarder leur fabrication, leurs usages et leur réception dans le but d’interroger l’histoire culturelle de l’astronomie par le prisme des images en admettant la « pulsion de voir » comme principe commun des études visuelles et des cultures savantes en astronomie.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Ma recherche actuelle poursuit cette investigation en questionnant les images qui sont produites aujourd’hui pour communiquer sur les découvertes et avancées de la recherche en exobiologie. Sur quelle culture visuelle reposent les images qui présentent dans la presse une nouvelle exoplanète détectée, sachant que celle-ci est invisible ? Pourquoi est-ce que l’on retrouve une construction visuelle où le traitement de l’image reprend un canon de la représentation vieux de plusieurs siècles et qui s’appuie sur des conventions visuelles telles que la perspective, la profondeur de champ et des proportions parfaites théoriquement ? Que nous dit cette iconophilie populaire de notre rapport culturel aux sciences spatiales et aux projections sur un futur dans l’espace ?

Réfléchir sur le statut ontologique des images

Ici l’histoire de l’art peut aussi intervenir comme un outil réflexif et proposer de réfléchir en amont à la manière de construire les images futures. L’idée qui domine est toujours celle d’interroger des images qui n’existent que par la tension ou la coalescence entre science et art sans jamais appartenir à aucune de ces disciplines. Mes prochaines années de travail seront sans doute consacrées à réfléchir sur le statut ontologique de ces images : que sont-elles, si elles ne sont ni de la science, ni de l’art et que, les réduire à des ornements ou des véhicules de communication semble trop réducteur ?

Caspar David Friedrich, Bord de mer au clair de lune, 1818, huile sur toile

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Le cadre du post-doctorat est une opportunité très confortable pour se consacrer pleinement à la recherche sans avoir de charge d’enseignement trop importante ni aucune responsabilité administrative, donc j’essaye d’en profiter. C’est aussi un cadre un peu particulier puisqu’il s’agit de poursuivre l’investigation amorcée pendant les années de thèse mais en abordant un nouvel objet et tout en étant plus circonscrit car le temps est limité – ce qui est rarement le cas dans le cadre d’un doctorat d’histoire de l’art. Au quotidien c’est d’abord lire beaucoup, écrémer des bibliographies qui paraissent infinies et abyssales, au début, et qui vont peu à peu se réduire. De même pour les sources documentaires ou les corpus d’images. Dans mon cas, il y a une forme de panique au début face aux contenus auquels je me confronte, car l’histoire visuelle de l’espace est énorme mais la problématisation permet rapidement de réduire le champ et d’analyser des cas ou des contextes de parutions plus restreints.

Elsa De Smet, Voir l’Espace. Astronomie et science populaire illustrée (1840-1969), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, Cultures visuelles, 2018

La recherche au quotidien, c’est aussi rencontrer des personnes-ressources ou des personnes expertes sur des sujets convergeant, que ce soit d’un point de vue méthodologique ou thématique, dans le but d’affiner son approche et se nourrir d’échanges car la recherche, parfois, c’est un peu solitaire. Enfin, je crois que c’est savoir communiquer sur son travail, publier des résultats, des articles ; assister et participer à des journées d’études, des séminaires ou des colloques pour faire vivre une communauté de chercheurs et s’en nourrir. Dans mon cas, la pluridisciplinarité est indispensable donc je lis et j’assiste à des conférences pour me nourrir tout azimuts de sources dont finalement peu viennent de l’histoire de l’art. Surtout, je tente au quotidien de ne pas trop m’égarer dans la fascination pour un contenu scientifique que je découvre – avouons que l’exobiologie et la recherche de la vie extraterrestre ont quelque chose de palpitant !


Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux d’Elsa De Smet sur le site du CAK


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.