3 questions à… Hélène Guillemot (CNRS)

Hélène Guillemot est chargée de recherche au CNRS et membre statutaire au Centre Alexandre-Koyré. Ses travaux portent sur un domaine omniprésent dans l’espace public : le changement climatique.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

Je travaille sur les sciences du climat et du changement climatique, suivant deux axes principaux : j’étudie les pratiques des climatologues, en particulier la modélisation numérique, qui est un outil essentiel des sciences du climat, et je m’intéresse aux relations entre science et politique, au centre du problème du changement climatique depuis plus de 30 ans.

Ce thème de recherche résulte d’un parcours un peu atypique, quoique finalement pas si rare chez les chercheurs du Centre Alexandre-Koyré ! Après des études de physique, j’ai été journaliste scientifique avant de bifurquer vers les sciences sociales. En 2000, alors que j’étais rédactrice dans un magazine scientifique, j’ai obtenu une année de congé-formation pour suivre un DEA (qui correspond au master 2 aujourd’hui) en histoire des sciences au CAK, mon mémoire de recherche portant sur la modélisation du climat en France. Puis j’ai décidé de poursuivre une thèse sur ce même sujet, que j’ai achevée en 2007. Celle-ci porte sur l’histoire de la modélisation du climat en France des années 1970 aux années 2000, et s’intéresse aux différentes dimensions de la recherche (contenus scientifiques, pratiques des chercheur.se.s) sans les séparer de leurs contextes historique, social et politique[1]. Depuis, je poursuis mon travail au CAK, toujours suivant ces deux axes – étude des pratiques scientifiques et relations entre science et politique –  tout en l’étendant à de nouveaux objets.

Approfondir l’analyse du travail des scientifiques

Ma reconversion vers les sciences sociales provenait d’une forme de frustration engendrée par le journalisme : j’enquêtais dans des laboratoires, j’interviewais des chercheur.se.s, c’était passionnant mais je n’étais pas incitée à poursuivre mes questionnements, plutôt à résumer et simplifier les résultats. En choisissant l’histoire des sciences et les science studies, j’ai voulu approfondir l’analyse du travail des scientifiques, dont ma formation de physique et mon métier de journaliste m’avaient donné le goût. Un autre choix important a été celui de mon laboratoire d’accueil: le Centre Alexandre-Koyré s’est imposé à cause de l’ouverture et de la diversité de ses approches – ni principalement historienne, ni seulement épistémologique, ou sociologique… Quant au choix de mon sujet, ça a été le plus facile : en raison de mon parcours, je voulais travailler sur une science contemporaine, avec un ancrage dans les sciences physiques. Comme journaliste, j’avais écrit plusieurs articles sur le changement climatique et commencé à découvrir ce domaine complexe, divers et fascinant, l’originalité et la nouveauté de ses approches scientifiques (en particulier la modélisation par ordinateur). Et bien sûr il me semblait important d’étudier une science et des chercheur.se.s aux prises avec des enjeux aussi majeurs.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Mes propres projets sont souvent intégrés à des projets de recherche financés par des institutions. Avec l’importance croissante de la question climatique, il existe une demande pour des travaux impliquant des sciences sociales. J’ai ainsi participé à plusieurs projets scientifiques dont les thèmes résonnent souvent avec les questions d’actualité : en 2010, alors qu’on parlait beaucoup des climato-sceptiques, j’ai été responsable du projet ClimaConf sur la confiance dans les modèles et prévisions du climat. En 2015, j’ai participé au projet ClimaCOP en lien avec le méga-événement qu’a constitué la COP 21 de Paris ; puis à un autre sur les sciences du « système Terre », d’où sont issues les notions d’Anthropocène et de « limites planétaires ». Je suis actuellement associée à un projet sur les rapports entre droit et climat. Ces projets me conduisent à travailler en collaboration avec des collègues de différentes disciplines des sciences sociales et parfois des sciences dures, ce que j’apprécie beaucoup.

Prendre le contrepied des discours communs

Mes sujets de recherche, dictés par ces projets, pourraient sembler un peu à la remorque de l’actualité… Mais je conçois plutôt mon travail comme devant au contraire analyser ces évolutions, interroger ces nouveaux objets, quitte à parfois prendre le contrepied des discours communs. Par exemple, j’ai étudié les controverses sur le climat et leur focalisation autour des climato-sceptiques. La polarisation du problème climatique est liée selon moi à son « cadrage », selon lequel le consensus scientifique est supposé entraîner la décision politique. Les travaux de sciences sociales ont montré que ça ne marche pas comme ça : la science ne dicte pas l’action politique. Mais cette conception longtemps dominante a conduit à focaliser les discours publics sur le diagnostic scientifique et sur le consensus, en occultant les débats nécessaires sur les choix politiques ou les mesures économiques.

Séance plénière de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) pour l’adoption de l’accord de Paris © Arnaud Bouissou, 2015

Travailler sur un domaine aussi présent dans l’espace public comporte aussi des difficultés. La gravité et l’urgence du problème appellent d’abord des discours d’alerte, d’engagement – ce qui est légitime et important. Mais les analyses de sciences sociales sont forcément plus distanciées et contextualisées, l’étude des débats scientifiques est moins consensuelle, les travaux sur les sciences du climat peuvent sembler moins prioritaires. Pourtant ces analyses me semblent nécessaires ! Par exemple il est intéressant de savoir sur quoi se fonde la confiance des climatologues dans leurs modèles et simulations. Pour celles et ceux avec qui j’ai travaillé, la « compréhension physique » de ces modèles et simulations est un facteur de confiance essentiel, malgré l’intrication de tous les mécanismes climatiques. J’ai étudié comment les modélisateurs s’efforcent de comprendre ce qui se passe dans leur modèle, comment ils parviennent à « déjouer », à contourner la complexité en identifiant les processus essentiels, en inventant des tests d’observation, en utilisant des modèles plus simples, etc[2].

Projections de climat futur produites par un ensemble de modèles de climat (source : cinquième rapport du GIEC, 2014)

Pour revenir à mes projets, je compte poursuivre ces recherches sur les pratiques et les stratégies des climatologues. Depuis plusieurs années, il y a un débat sur l’évolution des modèles : pour améliorer les prévisions climatiques, les modèles doivent-ils représenter toujours plus de processus et intégrer de nouveaux milieux (par exemple l’évolution des écosystèmes, ou la biogéochimie marine) ? À quelles conditions cette complexification apporte-t-elle vraiment de meilleures connaissances ? Je vais étendre mon travail aux modèles dits « de système Terre » – qui englobent davantage de cycles, de milieux – pour étudier les différents types d’interdisciplinarité qu’exige leur construction (avec par exemple plusieurs niveaux de représentations de la végétation), en identifiant les limites de cette extension et de cette interdisciplinarité.

Schéma d’un modèle de climat. L’atmosphère y est représentée par un maillage à trois dimensions (chaque maille est figurée par un cube); le modèle simule la circulation de l’atmosphère en calculant la valeur des variables caractérisant l’état atmosphérique – température (couleurs), vitesse du vent (flèches noires) etc. – pour chaque maille et à chaque pas de temps. (Source : IPSL)

Du côté de l’autre axe, celui des rapports entre science et politique, je cherche à comprendre l’évolution de la place des sciences dans le « régime climatique ». Par exemple, comment analyser la production par le GIEC (c’est-à-dire par des milliers de chercheur.se.s) d’un rapport sur l’objectif de réchauffement de 1.5°C, qui est un objectif évidemment souhaitable mais quasi inaccessible de l’avis général des scientifiques, et qui résulte d’une commande politique ?

« Globalisation » du climat  et « climatisation » du monde

Comme je l’ai dit, je suis aussi amenée à aborder de nouveaux thèmes. Dans le projet sur la COP 21, nous avons identifié une double tendance dans l’évolution de la question du changement climatique : d’une part l’extension de la problématique climat, qui englobe de plus en plus d’autres problèmes (développement, énergie …) – c’est ce que nous avons appelé la « globalisation du climat ». Et d’autre part un mouvement d’alignement de toutes sortes de domaines ou de groupes d’acteurs et d’actrices sur les questions de climat – c’est la « climatisation » du monde[3]. C’est un peu la même chose avec mes nouveaux objets de recherche : certains relèvent d’une extension des sciences du climat, comme les modèles du « système Terre ». Et je commence aussi à explorer des domaines qui se « climatisent », comme le droit, confronté à de nouvelles sortes de contentieux liés au changement climatique, avec de nouvelles notions comme la justice climatique… Je vais travailler sur ces questions dans un groupe interdisciplinaire de chercheur.se.s en droit, sciences du climat et sciences sociales. Par exemple, est-ce que l’attribution par les scientifiques d’un événement extrême (une canicule, une inondation particulière) au changement climatique d’origine humaine peut être mobilisée dans les cours de justice, et de quelles façons ? Nous allons nous interroger sur différentes conceptions de la causalité en science, en politique et en droit.

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Le quotidien d’un.e chercheur.se, c’est bien sûr la lecture d’articles et la participation à des conférences et des séminaires, et puis l’écriture d’articles et la préparation d’exposés dans des séminaires ou des colloques. C’est aussi la gestion et l’administration de la recherche – les innombrables échanges de mails pour l’organisation des séminaires, des colloques ; c’est l’écriture de rapports – voire la comptabilité quand on s’occupe de projets…

Journée d’étude « Qu’est-ce que la « science du système Terre », organisée par Sébastien Dutreuil et Hélène Guillemot

Dans mon cas, j’assure aussi une sorte de veille scientifique minimale : même si je ne peux évidemment pas suivre toute l’actualité foisonnante de la recherche, des négociations ou des débats politiques sur le climat, j’essaie de me tenir au courant. Mais ce qui pour moi demeure le plus intéressant, le plus riche (même si cela ne représente qu’une faible partie de mon travail en temps) ce sont les enquêtes de terrain, et les entretiens avec les climatologues.


Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux d’Hélène Guillemot sur le site du CAK

[1] La modélisation du climat en France des années 1970 aux années 2000 : histoire, pratiques, enjeux politiques, sous la direction d’Amy Dahan

[2] Voir par exemple Hélène Guillemot, Comprendre le climat pour le prévoir ? Sur quelques débats, stratégies et pratiques de climatologues modélisateurs, in Modéliser et simuler. Epistémologies et pratiques de la modélisation et de la simulation, Tome 2 ; Frank Varenne et Marc Silberstein (dir.), Editions Matériologiques, Paris, 2014

[3] S. Aykut, J. Foyer, E. Morena (ed.), Globalising the climate: COP 21 and the climatisation of global debate, Routledge, 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.