3 questions à… Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS)

Dominique Juhé-Beaulaton est historienne et directrice de recherche au CNRS. Elle a intégré le Centre Alexandre-Koyré en 2018 où elle travaille sur l’histoire des collections de muséums.

Quelles sont vos thématiques de recherche et pourquoi avoir choisi de travailler sur celles-ci ?

J’ai longtemps travaillé sur l’évolution des relations des sociétés à leur environnement en Afrique de l’ouest, au Togo et au Bénin, où j’ai réalisé des enquêtes de terrain au carrefour de plusieurs disciplines : l’histoire, l’ethnologie, la géographie, l’agronomie et la botanique. En 2013, j’ai quitté l’IMAF, un centre de recherche en histoire et anthropologie de l’Afrique, et rejoint le laboratoire Éco-anthropologie et Ethnobiologie, placé sous la tutelle du CNRS et du  Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN). Je souhaitais alors me rapprocher d’une équipe travaillant sur les relations sociétés / nature. Cette affectation m’a ouvert de nouvelles perspectives de recherches autour des collections – hautement patrimoniales – de cette institution.  Je me suis rapidement intéressée à l’histoire de ses collections, particulièrement celles de botanique et ethnobotanique, m’éloignant progressivement de mes thèmes de recherches sur l’histoire des paysages et de la gestion des espaces dits naturels en Afrique de l’ouest.

Les collections comme nouvelles sources pour les historiens

J’ai donc réorienté mes recherches vers l’histoire des sciences, considérant les collections des muséums d’histoire naturelle comme de nouvelles sources pour les historiens, non seulement en histoire des sciences mais aussi en histoire environnementale, en histoire sociale, politique, économique. Les objets « naturels » et leurs archives, des étiquettes aux carnets de terrain, apportent des informations précieuses pour retracer leurs trajectoires depuis leur lieu de collecte jusqu’à leur arrivée dans les musées. Leur patrimonialisation a souvent conduit à effacer ces traces de leurs parcours ainsi que celles des différentes catégories d’acteurs qui les ont rapportés de leurs voyages ou missions d’exploration. Ce nouveau thème de recherche, focalisé sur les collecteurs et leurs terrains, s’est inscrit dans un projet financé par le Muséum que j’ai porté avec l’anthropologue Vincent Leblan. Notre intention était de sortir de l’ombre les intermédiaires locaux et collecteurs anonymes, amateurs ou scientifiques peu connus. Ce projet nous a permis de nous rendre dans plusieurs muséums et centres d’archives et d’organiser des journées d’études. L’aboutissement de ce projet est un ouvrage, Le spécimen et le collecteur. Savoirs naturalistes, pouvoirs et altérités (XVIIIe-XXe siècles), publié en novembre 2018 aux Publications scientifiques du Muséum dans la très belle collection Archives qui accorde une place importante à l’iconographie.

Juhé-Beaulaton (Dominique) & Leblan (Vincent) (sous la dir.), Le spécimen et le collecteur : savoirs naturalistes, pouvoirs et altérités (XVIIIe-XXe siècles), Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2018

En parallèle, j’ai commencé à m’investir dans les collections d’ethnobotanique du Muséum que j’ai découvertes à mon arrivée dans le grenier du 43 rue Cuvier, où se trouvait alors une partie des locaux de mon UMR. Quelle n’a pas été ma surprise de trouver des caisses en bois, des valises stockées contenant des herbiers non montés restés dans le papier journal utilisé sur le terrain, des échantillons de riz  conservés dans leurs sacs de jute dans les boîtes d’origine, etc. ! Cette découverte a représenté pour moi un nouveau champ d’activité et de recherche que je ne soupçonnais pas et le début d’une collaboration avec des muséologues.

Les collections de ce laboratoire, leurs métadonnées et les archives associées représentent ainsi des sources d’informations méconnues pour une histoire de l’agronomie coloniale, l’évolution de l’agrobiodiversité, les recherches en génétique sur les variétés dites traditionnelles et l’évolution des écosystèmes et des savoirs associés.  Ces collections ethnobotaniques ont fait l’objet d’un inventaire partiel. Elles ne sont pas valorisées pour le moment et restent peu exploitées. Elles peuvent cependant éclairer les pratiques de terrain des scientifiques et de leurs collaborateurs, les relations entre les agents coloniaux, les missionnaires, les ethnologues et les botanistes du Muséum. C’est ainsi que ces collections sont devenues les sources privilégiées de mes activités de recherche. Le travail de documentation de ces objets collectés participe aussi à leur valorisation et aide à les resituer dans le vaste ensemble des collections du Muséum national d’Histoire naturelle.

Les plus anciens échantillons d’ethnobotanique datent du début du XXe siècle, réunis par des agronomes botanistes comme Auguste Chevalier (1873-1956), premier directeur du laboratoire d’agronomie coloniale créé en 1911, et Roland Portères (1906-1974), son successeur. Celui-ci a fait évoluer le laboratoire d’agronomie tropicale vers le laboratoire d’ethnobotanique au début des années 1960. De gauche à droite, différents éléments retrouvés dans ces collections : échantillons de riz, herbiers non montés restés dans le papier journal utilisé sur le terrain, fruits et graines conservés en bocaux sur les étagères du grenier. (© D. Juhé-Beaulaton)

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

Mon investissement croissant autour de l’ethnobotanique et de ses collections conduit à remettre cette discipline sur le devant de la scène au Muséum. Elle y était en effet devenue marginale, considérée par nombre de chercheurs, y compris en SHS, comme relevant du passé, son enseignement en master une option et ses collections jugées inintéressantes et sans valeur scientifique. Dans ce contexte, j’ai porté plusieurs micro-projets financés par le Muséum ou l’Observatoire des patrimoines de Sorbonne Université (OPUS) qui ont permis de financer des stages de Master en muséologie et d’avancer sur l’inventaire, la contextualisation et le reconditionnement de petites collections.

Ethnologues et ethnobotanique

Dans le grenier de la rue Cuvier, j’ai ainsi retrouvé des herbiers déposés par des ethnologues. Au cours de mes terrains en Afrique de l’ouest, j’ai appliqué des méthodes empruntées à la fois à l’ethnologie et à la botanique. J’ai eu recours à la pratique de l’herbier essentiellement pour identifier les plantes qui étaient citées par les informateurs que j’ai pu rencontrer. Sans le savoir alors, je m’inscrivais dans des techniques d’enquêtes adoptées par les ethnologues au cours des années 1930, dans un contexte tout à fait similaire au mien. C’est ainsi que j’ai décidé de poursuivre le travail d’inventaire réalisé sur les herbiers de Germaine Dieterlen (1903-1999) en consacrant une étude à cette ethnologue internationalement reconnue pour ses travaux sur les religions dogon et bambara au Mali. Elle a en effet eu recours à diverses reprises à la technique de l’herbier comme outil de recherche et nombre des échantillons prélevés au cours de ses enquêtes ont été déposés au MNHN.

Exemple d’échantillon prélevé par Germaine Dieterlen (© MNHN, Simon Juraver)

L’ethnobotanique au Muséum

En 2018, j’ai également co-porté avec Julien Blanc, maître de conférences au MNHN, le projet fédérateur du département Homme et Environnement du Muséum « Réinventer l’ethnobotanique du Muséum ». Deux ateliers ont permis de faire un bilan sur les multiples manières de pratiquer l’ethnobotanique au Muséum aujourd’hui, de réfléchir à son enseignement et au devenir de ses collections. Une partie du module « techniques d’enquête » du master « Sociétés et Biodiversité » du Muséum dédiée à l’ethnobotanique, auparavant optionnelle, est devenue obligatoire en 2019 et les étudiants sont à nouveau formés à la pratique de l’herbier.

Les chercheurs impliqués dans le renouveau de l’ethnobotanique au Muséum ont également initié depuis juin 2018 une collaboration avec la Direction des jardins et l’équipe des jardiniers, en vue de repenser un espace du Jardin des plantes, le carré Lamarck dit des « plantes ressources ». L’objectif est de lui donner sens et cohérence et de valoriser à la fois cette zone du jardin et l’ethnobotanique. En effet, le dispositif pédagogique mis en place actuellement dans ce carré repose essentiellement sur des étiquettes ne présentant que les noms scientifiques, souvent incompréhensibles pour les visiteurs  et ne reflète pas le point de vue de l’ethnobotanique pratiquée au Muséum, celle des savoirs locaux sur les plantes, savoirs inscrits dans une histoire sociale et des environnements spécifiques. Nous souhaitons revoir cette présentation selon une double approche historique et ethnobotanique et bénéficierons prochainement de l’aide de Marjorie Lassare, étudiante en M2 gestion et valorisation touristique du patrimoine à Paris 1, que nous accueillerons en stage pour structurer ce projet.

Exemple de cartel dans le Jardin des Plantes du MNHN (© D. Juhé-Beaulaton)

Pour finir le tour de mes activités par mes projets à venir, toujours dans le champ de l’ethnobotanique et dans la continuité de l’inventaire réalisé en 2018, je commence un tout nouveau chantier à partir de la xylothèque et de ses archives conservées au MNHN sur l’histoire de la foresterie coloniale. Un terrain est prévu en 2019 en Côte d’Ivoire en collaboration avec Vincent Leblan sur la forêt urbaine du Banco, site des premières expérimentations coloniales en foresterie, et aux archives nationales de Côte d’Ivoire. Cette mission me permettra aussi de me rendre à Bregbo où Germaine Dieterlen a lancé en 1959 un programme de collecte ethnopharmacologique autour des activités thérapeutiques du prophète Harriste Albet Atcho (1903-1990),  poursuivies encore par ses successeurs.

Géologie et architecture à Délos

Enfin, en 2018, Jean-Charles Moretti, directeur de recherche au CNRS et porteur d’un projet ANR intitulé « Géologie et architecture à Délos (GAD) », nous a contactées, l’historienne Marie-Noëlle Bourguet et moi, pour intégrer son équipe afin de réaliser une historiographie des études consacrées à la pierre à Délos. Cette île, un des plus vastes sites archéologiques de Grèce classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, a joué un rôle majeur dans l’histoire du monde antique. C’est un terrain exceptionnel pour étudier de quelle manière une agglomération a combiné ses ressources géologiques locales et des pierres importées des îles environnantes ou de Grèce continentale pour ses réalisations architecturales.

La Terrasse des Lions sur l’île de Délos, en Grèce. (Bernard Gagnon, 2011)

Nous essaierons de comprendre comment géologues et spécialistes de l’architecture antique ont dialogué, depuis les premiers récits de voyage au XVIIIe siècle, pour retracer la formation géologique de Délos et l’histoire de son occupation en  revisitant les travaux de l’Expédition scientifique de Morée, en Grèce, en 1829. Violaine Sautter, géologue membre de l’ANR GAD, a retrouvé en 2017 les prélèvements de roches réalisés dans le cadre de cette expédition dans les réserves du Muséum. Cette approche par la collection rejoint ainsi mes pôles d’intérêt et justifie mon investissement dans ce nouveau projet. C’est aussi pour moi l’occasion de renouer avec ma formation initiale en archéologie et en histoire antique grecque.

Ce blog se propose de montrer la recherche « telle qu’elle se fait au quotidien ». Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Vaste question à laquelle il n’est pas si facile de répondre ! Mes activités se répartissent dans le temps selon différents moments : celui de la recherche, dans les archives et bibliothèques, ou sur le terrain des enquêtes orales, celui de l’administration de la recherche par la réponse chronophage à des appels à projets et leur gestion en cas de financement et celui de l’enseignement, car même si je ne suis pas chargée d’enseignement, j’interviens dans plusieurs modules du master « Muséologie des sciences de la nature et de l’homme » ou du master « Sociétés et Biodiversité » du Muséum. Enfin, le moment de l’animation de la recherche en participant  à des rencontres scientifiques, importantes pour les échanges, les réflexions, les rencontres avec des collègues qui peuvent ensuite se prolonger par des réponses à appel à projets et des publications, et aussi en organisant des séminaires ou autres événements scientifiques.

Un dernier temps est aussi celui de la restitution, par des publications scientifiques bien sûr, mais aussi à destination d’un public plus large, comme dans le cadre de l’animation culturelle que nous développons au jardin par exemple, qui est une forme de restitution des recherches par leur valorisation muséographique. Je dis souvent “nous” car en réalité toutes mes activités s’inscrivent dans des collectifs et sont indissociables les unes des autres. Ma participation aux enseignements du MNHN est liée à mes thèmes de recherche comme  les sujets de stage proposés aux étudiants du MNHN. Ces stages de quatre à cinq mois permettent de tisser de véritables liens  avec les étudiants qui partagent notre quotidien, nos questionnements et si nous les aidons à se former professionnellement, ils nous aident également à progresser dans nos raisonnements, ce que j’apprécie particulièrement.

La difficulté est de trouver un bon équilibre entre ces différents moments et de ne pas être trop dominé par le collectif, de savoir aussi dire non à des sollicitations. Il faut se ménager de vrais temps de recherche non seulement pour la collecte des données mais aussi pour leur analyse et la restitution des résultats. Cette phase est assez solitaire, marquée par des doutes et l’impression parfois d’être bloqué. C’est alors que le collectif redevient important car les échanges avec les collègues permettent souvent d’avancer.


Pour en savoir plus : Fiche de présentation des travaux de Dominique Juhé-Beaulaton sur le site du CAK


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.