Voyages au centre de la thèse #2 : « “Think global!”: Le Brésil dans l’histoire globale des sciences » par Matheus Alves Duarte da Silva

J’ai récemment été invité à participer à un workshop à Londres dédié à l’écriture d’une histoire globale des sciences et des savoirs qui inclut l’Amérique latine. Pour aider à la réflexion, certaines questions ont été posées aux participant.e.s, dont la suivante : quel objet choisiriez-vous pour représenter la thématique générale de ce workshop ?

Continuer la lecture de « Voyages au centre de la thèse #2 : « “Think global!”: Le Brésil dans l’histoire globale des sciences » par Matheus Alves Duarte da Silva »

3 questions à… Alain Bernard (ESPÉ de Créteil)

Maître de conférences à l’ESPÉ de l’académie de Créteil et membre statutaire du CAK, Alain Bernard est enseignant, chercheur et formateur. Il travaille sur la représentation culturelle des mathématiques et le rôle de l’histoire des sciences dans la formation et le développement professionnel des enseignants.

Continuer la lecture de « 3 questions à… Alain Bernard (ESPÉ de Créteil) »

3 questions à… Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS)

Dominique Juhé-Beaulaton est historienne et directrice de recherche au CNRS. Elle a intégré le Centre Alexandre-Koyré en 2018 où elle travaille sur l’histoire des collections de muséums.

Continuer la lecture de « 3 questions à… Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS) »

3 questions à… Hélène Guillemot (CNRS)

Hélène Guillemot est chargée de recherche au CNRS et membre statutaire au Centre Alexandre-Koyré. Ses travaux portent sur un domaine omniprésent dans l’espace public : le changement climatique.

Continuer la lecture de « 3 questions à… Hélène Guillemot (CNRS) »

Voyages au centre de la thèse #1 : « Que faire d’archives au ras du sol ? Retour critique sur une expérience documentaire » par Marine Bellégo

Au cours d’un voyage de terrain en Inde financé par le Centre Alexandre-Koyré lors de ma première année de doctorat, j’ai séjourné quelques semaines dans le jardin botanique de Calcutta, un lieu de visite assez populaire parmi les habitant·e·s de la principale ville du Bengale et dont j’entreprenais alors d’écrire l’histoire. Lors d’une promenade, j’ai trouvé des tas de papiers dans un bâtiment désaffecté du jardin : parmi ces papiers se trouvaient d’anciennes archives que l’on avait déposées à cet endroit. Ces documents « désherbés[1] », placés en dehors des circuits officiels de consultation, constituent aujourd’hui une grande partie de mes sources et me permettent d’élaborer une histoire en gros plan du jardin botanique. En articulant cette focalisation rapprochée à des phénomènes de circulation à plus large échelle, j’ai ainsi pu produire une histoire sociale du jardin qui contraste avec les travaux réalisés jusqu’à présent à ce sujet. Je reviens ici, quelques années après, sur ma rencontre avec ces papiers et sur l’usage que j’en fais dans ma thèse.

Continuer la lecture de « Voyages au centre de la thèse #1 : « Que faire d’archives au ras du sol ? Retour critique sur une expérience documentaire » par Marine Bellégo »

Éloge du CAKtus

Le Centre Alexandre-Koyré (CAK) a 60 ans et plus de 120 membres : statutaires, associé·e·s, partenaires, honoraires et correspondant·e·s, doctorant·e·s et postdoctorant·e·s, émérites. Il héberge trois revues scientifiques (Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, Histoire, médecine et santé, et Revue d’histoire des sciences humaines) le fonds de sa bibliothèque compte quelque 30 000 documents, il accueille tous les ans une dizaine de chercheur·e·s étrangers, ses membres animent ou coaniment une trentaine de séminaires de recherche. Il est au cœur de la mention « Histoire des sciences, technologies, sociétés » du Master en Sciences sociales de l’EHESS , il est associé à deux LabEx (HASTEC, « Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances » et SITES, « Sciences, innovation et techniques en société ») ses échanges et ses collaborations sont nombreux avec des partenaires en France, en Europe et dans le reste du monde. Il a un site web , un compte Twitter, et une lettre d’information mensuelle. Il a aussi, désormais, le blog que voici.

Continuer la lecture de « Éloge du CAKtus »