Voyages au centre de la thèse #4 : « Arpenter le passé. Une journée à Leyde en août 1663 » par Laura Pennanec’h

Je vis à Leyde si tost que j’y arrivay ce fameux Peintre Mirris qui n’avoit qu’un de ses tableaux commencé d’une femme esvanoüye entre les bras des siens, & un Medecin qui regardoit son urine. Il n’y avoit de finy que le juste au corps de velours rouge doublé d’hermine de la femme, & la jupe isabelle, si bien faits qu’on eust asseuré que cétoist de l’estoffe, il en vouloit 1200. livres du pays quand il sera finy.

[Balthasar de Monconys, Journal des voyages, visite chez Frans van Mieris l’Ancien le 13 août 1663, p. 153]

Il y a de cela trois ans, j’ai commencé une thèse portant sur les liens entre genre et maladie dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle. Progressivement, mes recherches m’ont amenée à me concentrer sur la production artistique de Leyde, ville située dans l’actuelle province de Hollande-Méridionale, au sud-ouest d’Amsterdam. Le corpus, tant iconographique que textuel, était majoritairement disponible en ligne. Qu’on ne se leurre pas : cette facilité d’accès aux sources a été plus que commode alors que les voyages d’études requièrent des financements et une organisation dont je laissais bien volontiers la charge à mes collègues doctorant.e.s aux terrains plus lointains. En réalité, je ne pensais pas du tout mon travail en ces termes et à aucun moment l’idée d’avoir un « terrain de recherche » ne m’avait effleurée. Ne travaillant pas sur la ville en elle-même mais sur les peintures qui en avaient émergées, je pensais, naïvement, que cela suffirait.

Continuer la lecture de « Voyages au centre de la thèse #4 : « Arpenter le passé. Une journée à Leyde en août 1663 » par Laura Pennanec’h »

Voyages au centre de la thèse #3 : « D’un nécessaire détour technique » par Timothée Deldicque

Lorsque je rentre en troisième année de licence de philosophie, un cours retient mon attention. Rangé sous la catégorie Philosophie morale et politique, il traite de « la technique ». Aux côtés de philosophes plus classiques, sont abordés d’autres auteurs dont je n’ai encore jamais entendu parler au cours de mes études : André Leroi-Gourhan, Georges Canguilhem et Gilbert Simondon. Le cours développe une conception des techniques comme phénomène culturel qui prolonge la vie. La proposition choque l’oreille de l’étudiant de philosophie candide que je suis. En effet, elle subvertit à peu près toutes les oppositions de la pensée moderne généralisée à partir de la fin du xixe siècle en Europe : nature / culture ; culture / technique ; sciences pures / sciences appliquées ; théorie / pratique ; désintéressement / utilité ; fin / moyen. Aussi, à première vue, il semblerait que l’on soit loin de la philosophie morale et politique… En fait, et je m’en aperçois assez vite, on est en plein dedans.

Continuer la lecture de « Voyages au centre de la thèse #3 : « D’un nécessaire détour technique » par Timothée Deldicque »

Voyages au centre de la thèse #2 : « « Think global! »: Le Brésil dans l’histoire globale des sciences » par Matheus Alves Duarte da Silva

J’ai récemment été invité à participer à un workshop à Londres dédié à l’écriture d’une histoire globale des sciences et des savoirs qui inclut l’Amérique latine. Pour aider à la réflexion, certaines questions ont été posées aux participant.e.s, dont la suivante : quel objet choisiriez-vous pour représenter la thématique générale de ce workshop ?

Continuer la lecture de « Voyages au centre de la thèse #2 : « « Think global! »: Le Brésil dans l’histoire globale des sciences » par Matheus Alves Duarte da Silva »

Voyages au centre de la thèse #1 : « Que faire d’archives au ras du sol ? Retour critique sur une expérience documentaire » par Marine Bellégo

Au cours d’un voyage de terrain en Inde financé par le Centre Alexandre-Koyré lors de ma première année de doctorat, j’ai séjourné quelques semaines dans le jardin botanique de Calcutta, un lieu de visite assez populaire parmi les habitant·e·s de la principale ville du Bengale et dont j’entreprenais alors d’écrire l’histoire. Lors d’une promenade, j’ai trouvé des tas de papiers dans un bâtiment désaffecté du jardin : parmi ces papiers se trouvaient d’anciennes archives que l’on avait déposées à cet endroit. Ces documents « désherbés[1] », placés en dehors des circuits officiels de consultation, constituent aujourd’hui une grande partie de mes sources et me permettent d’élaborer une histoire en gros plan du jardin botanique. En articulant cette focalisation rapprochée à des phénomènes de circulation à plus large échelle, j’ai ainsi pu produire une histoire sociale du jardin qui contraste avec les travaux réalisés jusqu’à présent à ce sujet. Je reviens ici, quelques années après, sur ma rencontre avec ces papiers et sur l’usage que j’en fais dans ma thèse.

Continuer la lecture de « Voyages au centre de la thèse #1 : « Que faire d’archives au ras du sol ? Retour critique sur une expérience documentaire » par Marine Bellégo »