Voyages au centre de la thèse #4 : « Arpenter le passé. Une journée à Leyde en août 1663 » par Laura Pennanec’h

Je vis à Leyde si tost que j’y arrivay ce fameux Peintre Mirris qui n’avoit qu’un de ses tableaux commencé d’une femme esvanoüye entre les bras des siens, & un Medecin qui regardoit son urine. Il n’y avoit de finy que le juste au corps de velours rouge doublé d’hermine de la femme, & la jupe isabelle, si bien faits qu’on eust asseuré que cétoist de l’estoffe, il en vouloit 1200. livres du pays quand il sera finy.

[Balthasar de Monconys, Journal des voyages, visite chez Frans van Mieris l’Ancien le 13 août 1663, p. 153]

Il y a de cela trois ans, j’ai commencé une thèse portant sur les liens entre genre et maladie dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle. Progressivement, mes recherches m’ont amenée à me concentrer sur la production artistique de Leyde, ville située dans l’actuelle province de Hollande-Méridionale, au sud-ouest d’Amsterdam. Le corpus, tant iconographique que textuel, était majoritairement disponible en ligne. Qu’on ne se leurre pas : cette facilité d’accès aux sources a été plus que commode alors que les voyages d’études requièrent des financements et une organisation dont je laissais bien volontiers la charge à mes collègues doctorant.e.s aux terrains plus lointains. En réalité, je ne pensais pas du tout mon travail en ces termes et à aucun moment l’idée d’avoir un « terrain de recherche » ne m’avait effleurée. Ne travaillant pas sur la ville en elle-même mais sur les peintures qui en avaient émergées, je pensais, naïvement, que cela suffirait.

Continuer la lecture de « Voyages au centre de la thèse #4 : « Arpenter le passé. Une journée à Leyde en août 1663 » par Laura Pennanec’h »